Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Hong Kong

Stephen COONTS

Titre original : Hong Kong, 2000
Traduction de Bernard BLANC

ALBIN MICHEL (Paris, France), coll. Romans étrangers
Dépôt légal : janvier 2003
Première édition
400 pages, catégorie / prix : 21.50 €
ISBN : 2-226-13608-8



Quatrième de couverture
Hong Kong, ville démente en proie au chaos :
une étincelle suffirait à l'embraser.

Jamais la mission du contre-amiral Jake Grafton
n'aura été aussi risquée : déjouer un cyber-complot,
sauver la vie de sa femme et celle... de la planète.

     De l'action pure et en temps réel dans une mégapole dominée par la peur : un des meilleurs techno-thrillers par l'auteur de Cuba, l'arme secrète.
Critiques
     Jack Grafton, désormais employé par le Pentagone, est envoyé à Hong Kong pour enquêter sur deux meurtres liées aux « contributions politiques » payées aux Etats-Unis par le gouvernement chinois, en échange de livraisons de technologies sensibles.
     Avec sa femme Callie, il se retrouve plongé au coeur d'un complot majeur, monté par l'un de ses anciens amis pilotes, Tiger Cole, dont il a jadis sauvé la vie au Viet-nâm, et actuel consul général US à Hong-Kong, et par un dissident chinois de premier plan, rescapé du massacre de la place Tian An Men, et beau-frère du patron du principal quotidien de Hong Kong en langue angaise, The China Post, (lui-même sympathisant du complot).
     Tandis que Tiger Cole met à exécution ses plans de cyber-attaque contre les communistes chinois (avec le soutien secret d'une partie du gouvernement US), et se lance dans la bataille de libération de Hong Kong à l'aide d'extraordinaires soldats-robots de son invention, Callie est enlevée par le chef de la mafia locale qui tâche de profiter de l'insurrection pour s'enrichir ou pour prendre le pouvoir.

     Après s'être attaqué au régime cubain, Stephen Coonts raconte à présent l'effondrement du communisme chinois. Parions que le sujet de son prochain livre tournera autour des leaders dinosaures de la Corée du Nord ! 1
     Sa description d'une révolution violente à Hong-Kong est parfaitement crédible, même si l'une des armes employées par les rebelles, les soldats-robots, est digne d'un film de SF à grand spectacle. Ces cyber-soldats donnent l'occasion de certaines scènes de combats de rue assez hallucinantes, à la hauteur de films comme Terminator ou Robocop. Le livre tout entier est d'ailleurs très cinématographique, et en particulier son unité de lieu et de temps : quelques jours en temps réel dans une des plus impressionnantes villes du monde en proie au chaos.
     On peut regretter, une fois encore, le peu d'intérêt accordé par l'auteur aux réactions mondiales à ce séisme géopolitique chinois (même problème que dans le livre précédent : Cuba). On peut penser aussi que les maîtres de la Chine communiste sont caricaturés, et que leur puissance est volontairement sous-estimée pour le bon déroulement de l'action romanesque.
     Cependant, le développement de la révolution à Hong Kong, mélange de combats de rue dignes du XIXème siècle et de cyber-terrorisme, est parfaitement crédible. Les intrigues parallèles et la multiplication des personnages qui y participent (c'est une des marques de fabrique des romans de Coonts) ajoutent au suspense et à l'intérêt du roman.
     Si, hélas, Toad Tarkington, le bras-droit de Grafton, n'apparaît pratiquement pas dans ce livre, on retrouve avec plaisir l'agent de la CIA, Tommy Carmellini, dont on a fait connaissance dans Cuba. Ce personnage attachant prend ici de l'ampleur, pour notre plus grand plaisir.
     Hong Kong est un Coonts d'une très bonne cuvée. Il se lit d'une traite. Les multiples récits imbriqués, absolument crédibles, tiennent le lecteur en haleine jusqu'au dernier chapitre. Et avec Coonts, bien sûr, on rêve de la démocratisation de la Chine communiste. Un beau sujet.


Notes :

1. En fait, non : America ( à paraître chez Albin Michel début 2004) est un thriller technologique sous-marinier, et le suivant, Liberty (paru aux Etats-Unis en 2003, et à paraître chez Albin Michel en 2005), raconte une attaque terroriste nucléaire contre les USA.

Bernard BLANC (lui écrire)
Première parution : 1/6/2003 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74392 livres, 82964 photos de couvertures, 70031 quatrièmes.
8532 critiques, 40343 intervenant·e·s, 1569 photographies, 3737 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.