Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Sable rouge

Paul J. McAULEY

Titre original : Red Dust, 1993
Première parution : New York, USA : Avon Book, 1993
Traduction de Nathalie SERVAL
Illustration de Grégoire HÉNON

J'AI LU (Paris, France), coll. Science-Fiction (2001 - 2007) n° 6773
Dépôt légal : novembre 2003, Achevé d'imprimer : 5 novembre 2003
Réédition
Roman, 448 pages, catégorie / prix : M
ISBN : 2-290-32581-3
Format : 11,0 x 17,8 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Après avoir initié la terraformation de Mars il y a des siècles, l'humanité laisse aujourd'hui lentement la planète rouge à l'abandon, délaissant un territoire régenté par une gérontocratie obsolète mais disputé par de nombreuses factions opposées. En aidant une jeune anarchiste à échapper aux forces gouvernementales, Wei Lee va devoir abandonner sa vie tranquille de technicien agronome pour devenir bien malgré lui un dangereux criminel en cavale. Cette fuite le conduira à travers un espace mourant peuplé de personnages étranges, réels ou virtuels, humains ou entités informatiques, en quête du savoir ultime : la vérité sur le meurtre des parents de Wei Lee, sur le destin de l'humanité et, surtout, sur la mort d'Elvis !
 
Paul J. McAuley
Né en 1955 dans le Gloucestershire, diplômé en biologie, docteur en botanique, il se consacre d'abord à la recherche. En 1998, il publie son premier roman, Quatre cents milliards d'étoiles, qui obtient le prix Philip K. Dick. Il est l'un des plus brillants représentants de la nouvelle science-fiction « sérieuse » britannique... qu'il délaisse ici le temps d'un délirant western de l'espace.
Critiques des autres éditions ou de la série
Edition FLAMMARION, Imagine (2000)

     « Mars était en train de mourir. » Par ces mots, nous entamons un étonnant road movie dans le décor crépusculaire de la planète rouge, tombée aux mains des Chinois après avoir été colonisée par des pionniers américains. Nous allons suivre le jeune Wei Lee dans un long parcours à travers les paysages moribonds de Mars, jusqu’à la fameuse Cité Interdite dominée par l’inquiétante figure d’un Empereur quasi immortel.

     Au roman chinois, Sable rouge emprunte le personnage du vagabond qui, après avoir perdu son statut et son honneur, traversera une série d’épreuves initiatiques. Certaines seront fortement oniriques et elles prendront souvent la forme de rencontres, d'une nature parfois quasi divine (dont celle avec le King des Cats, un clone déifié d’Elvis Presley…).

     Dans Féerie, les nanotechnologies permettaient d’imaginer, au sein d’un monde devenu « technologiquement magique », l’apparition de créatures surhumaines. Surhumaines ? Un peu plus ou un peu moins qu’humaines ? Voire inhumaines ? En tout cas, différentes…
     Dans Sable rouge, ce sont des virus « totipotents » qui transforment l’être humain pour le rendre plus fort et plus libre, mais à quel prix ?
     Dans ces deux romans, « l’infection » se propage à la manière d’une maladie sexuellement transmissible, par un baiser chargé de millions de particules virales ou nanotechnologiques. Ce baiser, qui dans les contes suffit habituellement à réveiller la princesse, amorce ici de subtiles transformations qui affectent la totalité de l’organisme et du psychisme.

     McAuley est un auteur difficile. Pour être appréciée, sa thématique ambitieuse demande une bonne connaissance de la science-fiction car son style est plus souvent allusif qu’explicatif. En mettant en scène des lieux sans âme et moribonds, des personnages froids et déshumanisés, il suggère une atmosphère avant de conter une histoire.
     La place de l’être humain semble réduite, comme s’il devait disparaître au profit d’une race transformée, peut-être moins angoissée, mais aussi privée de sentiments. De fait, ces derniers n’ont plus guère d'avenir dans un univers où règne le faux-semblant, où les personnages deviennent des marionnettes soumises à d’infimes particules qui prennent possession de leurs corps, où des entités virtuelles peuvent détenir un pouvoir absolu…
     Pourtant, l’auteur termine sur une note optimiste : « Nul dictateur, aussi universel et bienveillant soit-il, ne changera jamais la nature des êtres. » Etrange conclusion, alors que l’œuvre de McAuley semble tout entière centrée sur la modification profonde de la nature de l’humanité future.

     Sable rouge est une sorte de « rêve étrange et pénétrant », un puissant voyage aux limites de l’humanité. Il s’adresse plutôt à des lecteurs avertis, mais la richesse en est si grande que l’effort est pleinement récompensé. Après Les Conjurés de Florence et Féerie, McAuley confirme qu’il est une voix forte et originale de la SF moderne.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 5/6/2000
nooSFere


Edition FLAMMARION, Imagine (2000)

     Six siècles après sa terraformation, gouvernée par une gérontocratie chinoise qui chassa les premiers colons américains, Mars se meurt à nouveau. Le gouvernement des « Dix Mille Ans », dirigé par l'Empereur, qui n'est plus en réalité qu'une intelligence artificielle analogue à celles qui dominent la Terre débarrassée de ses vivants, trouve inutile de remettre le processus en route. De multiples factions s'opposent à cette décision, comme les représentants de la Libre Nation Yankee ou les cow-boys menant les troupeaux de yacks, qui se considèrent comme les vrais propriétaires de Mars, les pionniers du ciel et les anarchistes qui vivent dans des astéroïdes, le Mouvement de Libération Scientifique du Peuple et bien d'autres factions qui composent la mosaïque politique de la planète.
     Dans ce contexte, Wei Lee, un jeune homme de haute lignée, parce qu'il veut connaître la vérité sur ses parents disparus, est rebelle à l'autorité de son sévère arrière-grand-père, lequel le charge d'enlever la jeune et redoutable anarchiste Myriam Makepeace Mbele qu'on vient de capturer. Mission qui modifiera radicalement son existence, faisant de lui tour à tour un paria, un prophète et un libérateur.
     Mais l'intrigue n'est qu'un prétexte pour rendre compte d'une humanité confrontée aux profondes modifications de la biocybernétique  : Intelligences Artificielles prônant le règne de l'inorganique, clones optimisés et loués comme mercenaires, esprits reconstitués tel cette réincarnation d'Elvis Presley, le King des Cats comme l'appellent les Chinois, qui, depuis Jupiter, balance chansons et conseils, individus hantés comme cette fillette habitée par un dieu, ou comme Wei Lee à qui la mercenaire a transmis sa salive pour lui inoculer des « virus  » modifiant son matériel génétique. Elle s'exprime désormais à travers lui tandis qu'il devient un surhomme digne des comics de DC ou de Marvel.
     On se perd parfois dans ce roman au rythme échevelé accumulant les rebondissements et les effets surprenants qu'autorise une science sans contrôle, truffé de références et de clins d'œil au point de donner le vertige. Mais c'est ce vertige que McAuley cherche justement à provoquer, pour mieux nous faire éprouver ce que les technologies de demain ont de vertigineux et combien la poudre nanotechnologique ressemble à celle de perlimpinpin de nos contes de fées.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/6/2000
dans Galaxies 17
Mise en ligne le : 26/10/2001

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77404 livres, 88510 photos de couvertures, 73328 quatrièmes.
8627 critiques, 42090 intervenant·e·s, 1605 photographies, 3748 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.