Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Faiseur d'histoire

Alasdair GRAY

Titre original : A History Maker, 1994

Traduction de Céline SCHWALLER
Illustration de Alasdair GRAY

MÉTAILIÉ , coll. Bibliothèque anglo-saxonne
Dépôt légal : mars 2003
Première édition
Roman, 204 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 2-86424-462-4   
Genre : Hors Genre



    Quatrième de couverture    
     Au XXIIIè siècle, la vie est douce, les femmes font tourner le monde, élèvent collectivement des enfants qui appartiennent à tous, dispensent leurs faveurs à qui leur plaît tandis que les hommes jouent à se massacrer, sous le contrôle des Conventions de Genève, dans des guerres qui ressemblent à un tournoi de rugby. L'ensemble de la vie sociale et publique se déroule sous la surveillance de « l'Œil public », une variante envahissante de la télé-réalité.
     Un beau jour, le jeune et vigoureux Wat Dryhope ne respecte pas les règles du jeu guerrier et ce geste de libre arbitre bouleverse sa vie, le rend populaire, le met à la merci du désir d'une mystérieuse partenaire, puis entraîne une remise en question dramatique et fondamentale pour toute l'organisation de la société.
     Comme dans Lanark, Alasdair Gray nous raconte avec un style inimitable plein d'ironie et d'humour une semaine dans la vie d'un héros à la recherche de son identité.
     Un roman hors du commun.

     Alasdair GRAY est né en 1934. Peintre décorateur de théâtre, professeur aux Beaux-Arts à Glasgow, il écrit Lanark en 1981 puis, entre autres, Pauvres créatures et Anthology of Prefaces. // forme « L'École de Glasgow » avec James Kelman, Tom Leonard et Irvine Welsh.
 
    Critiques    
     Le chef de file de l'Ecole de Glasgow, auteur remarqué de l'incontournable Lanark (Métailié), j'ai nommé Alasdair Gray, nous envoie une nouvelle fois depuis les vertes et brumeuses collines des Highlands un texte surprenant et pour le moins atypique : Le Faiseur d'histoire. Le livre — notez qu'on ne parle pas ici de roman — se compose pour ses deux premiers tiers d'un récit qu'on pourrait appeler un conte. C'est, en tout cas dans la diégèse de l'œuvre, le récit d'une épopée destinée aux générations futures, l'histoire merveilleuse d'un héros du folklore écossais, Wat Dryhope. Sa légende prend racine dans le début de l'époque moderne, c'est-à-dire le XXIIIe siècle. La société, libérée de l'économie de marché par la vitaplante, ou corne d'abondance domestique gratuite, est alors régie par les femmes. Les hommes, dont l'existence est finalement assez accessoire, occupent leur temps en se faisant la guerre, mais avec un bon goût so scottish, et selon les strictes Conventions de Genève qui fixent les règles du jeu. Le tout se déroule sous le regard de l'Œil public, qui enregistre et retransmet en direct tout événement digne d'intérêt, parfois au mépris de toute pudeur (d'aucuns diraient la télé-réalité grandeur nature). Avec une bonne dose de poésie, d'humour et d'ironie, Le Faiseur d'histoire retrace sept jours capitaux dans la vie d'un homme dont le destin est de changer le monde.

     La seconde partie du livre est un glossaire. Le texte est en effet truffé d'expressions idiomatiques (qui ont dû donner à la traductrice bien du fil à retordre ; saluons ici le brio avec lequel elle s'en est sortie). Cet hommage vivant à la culture populaire écossaise constitue un complément essentiel au livre car il y est parfaitement intégré. Outre l'explication des parfois truculentes expressions sus-évoquées, de nombreux commentaires apportent un éclairage nouveau sur le monde au XXIIIe siècle, faisant ainsi du Faiseur d'histoire une œuvre d'anticipation fort valable.

     Mais là n'est pas vraiment le propos de l'auteur, dont la modernité se situe avant tout dans la conception romanesque. Si Lanark constituait un manifeste de sa volonté de casser la linéarité fictionnelle, c'est ici le point de vue narratif qu'Alasdair Gray déconstruit en dédoublant, parfois au sein d'un même paragraphe, la voix de son narrateur. Ainsi glisse-t-on de l'histoire personnelle de Wat (vue par Wat, bien qu'il « écrive » à la troisième personne) à la légende de Dryhope (vue à travers l'Œil public, c'est-à-dire le regard de l'histoire).

     Les illustrations de l'auteur lui-même (couverture et illustrations intérieures) achèvent de rendre ce livre unique. Livre qu'on ne saurait que vous conseiller, à placer d'urgence dans votre bibliothèque au côté de Lanark (que vous avez lu, bien sûr. Non ? Mais courez donc chez votre libraire, espèce de bigorneau atavique !)

Thibaud ELIROFF
Première parution : 1/10/2003 dans Bifrost 32
Mise en ligne le : 10/1/2005


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70931 livres, 81311 photos de couvertures, 66126 quatrièmes.
8470 critiques, 38100 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.