Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Ogre de l'espace

Gregory BENFORD

Titre original : Eater, 2000
Première parution : Eos, 2000

Traduction de Dominique HAAS
Illustration de Amy HALPERIN

PRESSES DE LA CITÉ (Paris, France)
Dépôt légal : septembre 2001, Achevé d'imprimer : septembre 2001
Roman, 444 pages, catégorie / prix : 18,90 €
ISBN : 2-258-05567-9
Format : 13,9 x 22,6 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     « Gregory Benford est une rareté : un savant qui décrit avec un réel talent de narrateur aussi bien les trous noirs et autres corps cosmiques que les angoisses et les désirs humains. »
The New York Times Book Review
 
     Directeur du Centre d'astrophysique des hautes énergies, le Dr Benjamin Knowlton mène des recherches susceptibles de rèvolutionner notre compréhension de l'Univers. C'est un homme au faîte de la gloire, mais il n'a pas de quoi se réjouir : son épouse et collègue, Channing, ex-astronaute reconvertie dans l'astronomie, est atteinte d'un cancer. Elle n'a plus que quelques mois à vivre.
     C'est alors qu'un signal atypique attire l'attention de Benjamin et de son équipe sur un trou noir errant au-delà de l'orbite de Pluton. Chez les scientifiques, l'excitation se mue en stupeur, puis en angoisse lorsque le corps céleste émet un message codé : la chose est vivante, intelligente.
     Et elle semble s'intéresser vivement à la Terre... et à ses habitants.
 
     Professeur de physique à l'université d'Irvine, Californie, Gregory Benford est un théoricien et un expérimentateur dans les domaines de l'astrophysique et de la physique des plasmas. Ses romans lui ont valu de nombreux prix dont le Nebula, en 1980, pour Paysage du temps.
 
    Critiques    
     Un beau jour, les observations astronomiques révèlent des perturbations d'origine inconnue dans une zone proche du système solaire. Les scientifiques comprennent progressivement l'origine du phénomène : une singularité, sorte de trou noir, qui se rapproche peu à peu de la Terre en ricochant sur les astéroïdes. Le branle-bas de combat se déclenche, les enjeux politiques s'opposant aux considérations scientifiques. Au milieu de cette agitation, un couple : le docteur Benjamin Knowlton, l'astronome qui a découvert le « nouveau venu » et sa femme Channing, une ancienne astronaute retenue sur Terre à cause d'une terrible maladie qui amoindrit peu à peu ses facultés. Oscillant entre la douleur d'une fin qu'ils savent inéluctable et l'excitation de la découverte de cet Ogre de l'espace (comme l'a baptisé Channing), le couple y entrevoit la possibilité d'une solution partielle au drame qu'il vit.
     Comme les personnages de ce roman, tiraillés de toutes parts, le lecteur ne sait véritablement sur quel pied danser. D'un côté, la rencontre avec le « dévoreur  » occasionne de beaux moments de hard-science, comme celui de la découverte de son existence. Dans ces moments-là, Benford se révèle convaincant, et on en vient même à apprécier la poésie de termes arides comme « sursauts à rayonnement gamma » ou « lumière zodiacale ». Malheureusement, de l'autre côté, l'ogre de Benford joue l'Arlésienne durant toute la première partie du récit, qui se perd alors dans les fastidieuses palabres de tractations politiques officielles ou confidentielles, nettement moins intéressantes à suivre. Le lecteur trouvera toutefois un certain plaisir à se demander qui, de Benjamin le gentil idéaliste ou de Kingsley le génial opportuniste, tirera le mieux son épingle du jeu.
     Tout écrivain de hard-science qu'il est, Benford n'oublie pas de s'occuper de ses personnages, qui ont d'ordinaire une certaine épaisseur. Cette fois-ci pourtant, la figure de Channing semble trop forcée. Bien sûr, l'auteur ne surexploite pas le registre du pathétique, mais ce personnage de malade quasi mourante, qui continue de se battre jusqu'au bout dans l'espoir d'une improbable rémission, n'est pas assez nuancé pour être un véritable atout. Comme de surcroît elle cristallise la rivalité de Kingsley et Benjamin, ayant été la maîtresse de l'un avant de devenir la femme de l'autre, on aboutit à une accumulation de poncifs du roman sentimental tout justes digne d'un mauvais Harlequin.
     Cette dernière faiblesse, associée à celle d'un développement ennuyeux, gâche la poésie scientifique d'un roman dont la matière est au départ excitante.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/12/2001 nooSFere


     Benjamin Knowlton a bâti sa carrière scientifique sur les certitudes administratives, et se trouve à la tête d'un prestigieux laboratoire d'astrophysique à Hawaii. Tout va changer dans sa vie avec l'arrivée d'une source inédite de rayonnements gamma, vite reconnue comme un trou noir en balade dans le système solaire, et pire : un trou noir intelligent. Plus rien n'est alors prévisible pour Knowlton, pour sa femme Channing et son vieux rival britannique Kingsley, tous emportés dans l'orbite instable d'un monde affolé par l'arrivée d'un Méphistophélès cosmique. Car l'Ogre, capable de détruire la Terre d'une chiquenaude, propose à la race humaine un contrat inacceptable.
     Si, comme La Sphère ou Artefact, ce roman est propulsé par l'irruption d'un phénomène physique extraordinaire dans le monde contemporain, il pousse beaucoup plus loin l'aspect humain et politique de son intrigue. Les trois personnages centraux forment un triangle amoureux, troublé par un élément tragique peu fréquent en science-fiction : incurablement malade, Channing n'a plus que quelques mois à vivre. Mais, même mise sur la touche professionnellement, c'est elle qui a les idées importantes.
     Plus qu'un triangle sentimental, les protagonistes incarnent un triangle de choix de carrières scientifiques : Channing est toujours restée proche de la science active, Knowlton s'est engagé dans la direction de laboratoire, mais Kingsley est allé beaucoup loin en devenant expert en manipulation des médias et des décideurs politiques, jusqu'aux États-Unis, seul théâtre d'opérations qui compte au niveau mondial. Il bat Knowlton, le protagoniste auquel on s'identifie le plus, à son propre jeu. Au passage, on se voit plongé dans le monde universitaire américain, avec un réalisme d'autant plus serré que l'intrigue est démesurée. En un sens, Un paysage du temps, La Sphère et L'Ogre de l'Espace forment une trilogie sur le thème « La science au péril du pouvoir ». Chez les scientifiques de chair et d'os, l'émerveillement devant le sujet étudié cède le pas aux impitoyables (et parfois mesquines) rivalités entre membres d'un même milieu.
     Benford n'abat ses cartes que progressivement, et réussit le tour de force d'une présentation crédible et contemporaine de ce vieux cliché de la SF qu'est l'envahisseur extra-terrestre d'une irréductible hostilité, décidé à détruire l'humanité. Quoique les intelligences magnétiques qui vivent dans le halo du trou noir, qui comptent parmi les plus belles trouvailles science-fictives de Benford, ne soient jamais explorées en détail.
     L'Ogre de l'Espace est le meilleur ouvrage de l'auteur depuis au moins une décennie pourtant marquée par une poignée d'excellents romans (et des recueils de nouvelles toujours intéressants). On peut reprocher à Benford un certain cynisme, on peut être profondément irrité par les choix politiques affichés. Mais je connais peu d'écrivains de SF capables (tout en menant une carrière scientifique de haut niveau) de mettre un style reconnaissable et travaillé au service d'une connaissance aussi profonde de la science, de la politique et des rapports humains. Un livre incontournable.

Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/12/2001 dans Galaxies 23
Mise en ligne le : 1/9/2003


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68910 livres, 76159 photos de couvertures, 63952 quatrièmes.
8350 critiques, 36504 intervenant·e·s, 1475 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.