Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Utopiae 2001, fin de l'odyssée ?

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Bruno DELLA CHIESA


Cycle : Utopiales  vol. 3 


Illustration de Patrick WOODROFFE

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne n° (46)
Dépôt légal : octobre 2001, Achevé d'imprimer : octobre 2001
224 pages, catégorie / prix : 2
ISBN : 2-84172-191-4
Format : 13,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Huit langues. Neuf nationalités. Dix auteurs européens... et autant de descentes aux enfers du futur, parmi les lendemains qui déchantent et les sombres méandres de l'âme. Eros hante ces textes, et Thanatos n'est jamais loin. Comme le chantait le poète de l'orgasmic rock, « le futur est incertain et la fin toujours proche ».
     Voyages au centre du cauchemar ? Bien sûr, il y a le cratère du Snaeffelsjökull. Mais aussi le Stromboli. Et Gräuben.

    Sommaire    
1 - Bruno DELLA CHIESA, Des lectures extrêmes..., pages 9 à 12, Introduction
2 - Brian ALDISS, Tu ne m'as jamais demandé mon nom (You Never Asked My Name), pages 13 à 35, trad. Patrick COUTON
3 - Elia BARCELO, Les Réapparus (Muertos), pages 37 à 47, trad. Sylvie MILLER
4 - Glen STIHMOE, Arabesque néorétro de dyn'-pop' (Neoretro popdyn arabesk), pages 49 à 68, trad. Odile BILLY
5 - Jeanne FAIVRE D'ARCIER, L'Écume de l'espoir, pages 69 à 80
6 - Rafal ZIEMKIEWICZ, Une fée (Dobra Wrozka), pages 81 à 89, trad. Patrick COUTON
7 - Franco RICCIARDIELLO, Turin (Torino), pages 91 à 127, trad. Éric VIAL
8 - Elena ARSENIEVA, Un bouleau, un renard blanc... (Bereza, belaïa lisitsa), pages 129 à 148, trad. Catherine PERREL
9 - Paul G. TORICKX, Fortuna Imperatrix Mundi, pages 149 à 153
10 - Eduardo VAQUERIZO, Les Chemins du rêve (Los caminos del sueño), pages 155 à 176, trad. Sylvie MILLER
11 - Michael MARRAK, Quo vadis, Armageddon ? (Quo vadis, Armageddon ?), pages 177 à 212, trad. Claire DUVAL
12 - COLLECTIF, Les Auteurs présentés par eux-mêmes, pages 213 à 220, Dictionnaire d'auteurs
 
    Critiques    
     Comme le fait remarquer Bruno della Chiesa dans la préface de cette anthologie européenne, toutes les nouvelles qui la composent ont en commun un fond plutôt dystopique, ou du moins une ambiance post-cataclysmique. Pas d'« utopie » donc à proprement parler, mais plutôt des nouvelles axées principalement sur deux thèmes : la transformation de l'humain, et l'expression des sentiments.
     Car la moitié de ces nouvelles traite d'abord, sur des modes très différents, de l'amour. Dans ce registre, on retiendra tout particulièrement trois textes très frappants : d'abord Tu ne m'as jamais demandé mon nom, de Brian Aldiss, une étude sur la fragilité de l'homme confronté à l'amour d'une machine, au sein d'une société au cadre rigide. L'Écume de l'espoir, de Jeanne Faivre d'Arcier, relate l'amour insolite et touchant de deux mutants, sur une Terre devenue grotesque et stérile. Enfin, Une fée, de Rafal Ziemkiewick, est un court récit très efficace, empreint de décadentisme, sur la recherche de l'amour au sein de la banalisation sexuelle des réalités virtuelles.
     L'autre moitié du recueil traite plutôt des transformations de l'homme, confronté à l'étrangeté d'univers changeants ou nouveaux. En cela, ces textes rejoignent les courants plus classiques de la SF. Deux nouvelles se détachent ici du lot : Un bouleau, un renard blanc..., d'Elena Arsenieva, présente l'égarement de deux astronomes sur une planète, où ils doivent conserver un mutisme absolu sous peine de mort. Quo vadis, Armaggeddon ?, de Michael Marrak, est un régal d'humour cruel, alors que l'on suit le désespoir d'un homme oublié par l'apocalypse et condamné à errer sur une morne plaine sans fin.
     D'autres textes pourraient servir de charnière entre ces deux axes sous-jacents, en particulier Arabesque néo-rétro de dyn'-pop', de Glen Sithmøe, récit inventif qui relate l'aventure sentimentale d'un barman avec une artiste spécialisée... en dynamique des populations.
     Mais n'oublions pas non plus les autres auteurs du recueil : Les Réapparus d'Elia Barceló, Les Chemins du rêve d'Eduardo Vaquerizo et Fortuna Imperatrix Mundi de Paul G. Torickx sont tous les trois de bons textes, mais on pourra regretter qu'ils passent un tant soit peu inaperçus en comparaison des précédents. En définitive, seul un texte risque de décevoir : Turin, de Franco Riccardiello, à cause d'un mode de narration peu clair, et de sa distance par rapport au genre.
     Utopiæ 2001 est une anthologie de grande qualité, qui révèle de nombreuses et talentueuses plumes européennes, pour certaines inconnues en France. Il plane sur les textes de ce recueil comme un soupçon d'appréhension, que ce soit face à une « déshumanisation » progressive de nos sociétés, ou face à l'évolution régulière de notre nature intrinsèque. Voilà qui pourrait fort bien préfigurer les préoccupations de l'Homme au cours du siècle à venir...

Lionel DAVOUST (lui écrire)
Première parution : 1/3/2002 dans Galaxies 24
Mise en ligne le : 11/9/2003


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66398 livres, 66976 photos de couvertures, 61237 quatrièmes.
8090 critiques, 36311 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.