Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Harmelinde et Deirdre

Nicolas CLUZEAU

Première parution : Paris, France : Nestiveqnen, Fractales/Fantasy, Octobre 2001
Cycle : Harmelinde et Deirdre vol. 1 


Illustration de Sandrine GESTIN

NESTIVEQNEN (Paris, France), coll. Fractales / Fantasy
Dépôt légal : octobre 2001, Achevé d'imprimer : octobre 2001
Première édition
Recueil de nouvelles, 224 pages, catégorie / prix : 15 €
ISBN : 2-910899-35-7
Format : 13,0 x 19,9 cm
Genre : Fantasy



Quatrième de couverture
     La réputation de la thaumaturge Harmelinde en matière de résolution d'énigmes n'est plus à faire, et c'est à travers l'ensemble du pays que l'on sollicite ses services. Accompagnée de sa fille Deirdre, toutes deux vont devoir enquêter sur des affaires étranges de Vampires et de Dragons, de prophétie et de forêt mouvante...
     Quelles que soient les situations dans lesquelles elles se trouveront, les deux femmes savent qu'elles ne devront jamais se départir de leur sang-froid et de leur lucidité. Car les apparences sont parfois trompeuses, surtout dans un monde où la magie est une science exacte...
 
     Né en 1968, Nicolas Cluzeau a passé une grande partie de sa vie à s'interroger sur l'existence de la magie dans le monde. A trente-trois ans, il n'est pas encore sûr de la réponse lorsqu'il contemple avec amertume la chape de pollution écrasant Paris, sa ville natale. Grand voyageur, il rencontre les muses du monde entier et les histoires qu'elles lui murmurent, comme la musique, sont toujours des portes vers d'autres mondes.
     Il a écrit deux romans dans l'univers de Nordhomme (Embûches et Erika, aux éditions Nestiveqnen) et co-écrit deux autres romans publiés aux éditions Fleuve Noir, Les Chroniques de la Terre déchirée : Fiançailles et Epousailles.
Sommaire
Afficher les différentes éditions des textes
1 - (non mentionné), (Carte), pages 4 à 5, carte
2 - L'Affaire du Sang Ténébreux, pages 7 à 39, nouvelle
3 - Sage comme une Image, pages 41 à 74, nouvelle
4 - L'Affaire de la Forêt Déménageuse, pages 75 à 106, nouvelle
5 - L'Affaire du Millénaire Désenchanté, pages 107 à 147, nouvelle
6 - L'Affaire des Saveurs Oniriques, pages 149 à 182, nouvelle
7 - Le Syndrome du Dragon Inversé, pages 183 à 222, nouvelle
Critiques
     Harmelinde et Deirdre, magiciennes de mère en fille, ne gaspillent pas leurs talents à conquérir le monde ou à transformer les princes en grenouilles. Ces véritables « Sherlock Holmes » de fantasy préfèrent résoudre des énigmes toutes plus étranges les unes que les autres. Elles appliquent la déduction, la recherche d'indices et d'autres méthodes dignes d'une « police scientifique » à des « affaires » de nature magique.

     Mais comment « raisonner » dans un univers où, par définition, tout est possible ? Comment s'intéresser par exemple à un meurtre en chambre close quand tout le monde peut passer à travers les murs ?
     Pour permettre à ses enquêtrices de travailler, Nicolas Cluzeau a dû définir un mode de fonctionnement de la magie. Comme dans ses deux précédents romans, Embûches et Erika, la magie fait appel à une énergie dite « ondiligne », dont les lignes et champs de force sont perceptibles par qui sait les reconnaître, voire visibles à l'aide d'instruments appropriés — comme les bésicles de Deirdre, qui remplacent avantageusement la loupe de Holmes. « Scanne, immatérialité, déphasage, rémanence, résonances ondilignes... sont quelques-uns des termes utilisés dans le cadre de cette magie clairement mécanisée  » qui « ressemble fort à une science » selon André-François Ruaud. 1

     Cette vision mécaniste de la magie n'est pas unique — les enquêtes d'Harmelinde évoquent irrésistiblement celles de Lord Darcy, un personnage de Randall Garrett qui évolue dans une uchronie où la magie a remplacé la technologie — , mais elle demeure assez rare pour que l'on éprouve à la lecture une réelle sensation d'originalité. Ce qui surprend, c'est que l'intrigue policière paraisse parfaitement rigoureuse — les personnages devant se soumettre aux règles strictes que suppose l'usage de la magie — , alors que cette rigueur n'est qu'illusion  : l'auteur créé ces lois au fil des récits, leur inventant des failles si le besoin s'en fait sentir. Cluzeau s'écarte alors délibérément des contraintes qu'il s'est lui-même fixées, retrouvant la totale liberté d'imagination de la fantasy. Le lecteur pourrait s'estimer trahi par cette démarche, si Nicolas Cluzeau ne se montrait pas si habile dans l'élaboration de ses récits et dans le dosage des agissements pseudo-rationnels et des « faits » irrationnels.

     Bref, ce mélange impossible fonctionne. Et même très bien. D'autant mieux que les situations sont inventives, stimulantes et souvent spectaculaires, que le sense of wonder est bien présent et que l'auteur parvient à émailler son récit de quelques touches d'humour sans pour autant désamorcer la tension dramatique.

     Les aventures d'Harmelinde et Deirdre sont ce que l'auteur a écrit de mieux jusqu'à présent, et même si on a déjà pu lire ailleurs plusieurs de ces nouvelles, cet ouvrage est une bien heureuse découverte. Il ne fait aucun doute que Nicolas Cluzeau tient ici des personnages forts, du genre qui pousse les lecteurs à réclamer de nouvelles aventures. Gageons que dans quelques années, plusieurs autres recueils seront venus compléter celui-ci !

Notes :

1. Pour une topologie rapide de la magie, in Emblèmes n°2  : Sortilèges. Editions de l'Oxymore. Mai 2001.

Pascal PATOZ (lui écrire)
Première parution : 1/5/2002 dans Faeries 7

Prix obtenus
Imaginales, Artiste / Illustrateur, 2002


retour en haut de page

Dans la nooSFere : 75198 livres, 84162 photos de couvertures, 70913 quatrièmes.
8542 critiques, 41115 intervenant·e·s, 1578 photographies, 3741 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.