Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Héros meurent aussi

Matthew Woodring STOVER

Titre original : Heroes Die, 1998
Première parution : États-Unis, New York, Del Rey Books, août 1998

Traduction de Carine CHICHEREAU
Illustration de Philippe CAZA

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne n° (31)
Dépôt légal : janvier 2001, Achevé d'imprimer : janvier 2001
640 pages, catégorie / prix : 159 F
ISBN : 2-84172-158-2
Format : 14,5 x 20,0 cm  
Genre : Imaginaire



    Quatrième de couverture    
     Sur Autremonde, c'est une légende vivante. Qu'on l'admire ou qu'on le craigne, du palais de Colhari aux bas-fonds d'Ankhana, on vibre en entendant son nom. Caine est un assassin.
     Sur Terre, Caine n'existe pas. Il n'y a que Hari Michaelson, l'acteur qui s'incarne en lui, la star dont les aventures passionnent un public de milliards de fidèles avides de les vivre « de l'intérieur  ». Une star, mais aussi un homme enfermé dans une société de castes autoritaire et rigide. Que leur importe, à lui, ses fans et ses producteurs, que les hommes meurent réellement sur un monde lointain pour le divertissement lucratif de la planète  ?
     Jusqu'au jour où la femme qu'il aime, actrice elle-même, disparaît dans les troubles violents qui agitent Ankhana. Sa vie est en péril. Pour la sauver, Hari/Caine affrontera le grand défi de sa vie, contre les dirigeants les plus puissants, les plus habiles et les plus fourbes de deux mondes à la fois.
     Les héros meurent aussi  : un grand roman de science-fiction et de fantasy à la fois, où les enjeux de deux univers s'entrecroisent dans une intrigue somptueuse et fascinante.
 
    Critiques    
     Hari Michaelson est un acteur célèbre. Mais un acteur d'un genre très particulier. Lorsqu'il incarne Caine, un assassin sans pitié, il ne fait pas que jouer un rôle, il est véritablement projeté sur Autremonde, un univers parallèle à la Terre où règne la magie, mais qui n'en est pas moins réel.
     Sur une Terre où la population est désormais soumise à un complexe système de castes qui n'autorise pas la moindre liberté aux classes inférieures, Autremonde n'est qu'un divertissement pour les masses, un monde de substitution bien plus passionnant que la morne réalité, un loisir extrêmement populaire régenté par le tout-puissant Studio qui gère les droits de diffusion des aventures vécues par les acteurs. Lorsque Shanna, la femme de Hari elle aussi actrice, est mise en danger sur Autremonde à cause des magouilles d'un administrateur du studio, celui-ci est obligé de faire face aux problèmes de deux mondes qui sont bien plus liés qu'il ne le croyait.

     Si les Héros meurent aussi est avant tout un roman d'action avec de nombreux rebondissements spectaculaires et d'impressionnants combats, c'est aussi mine de rien une l'occasion d'une réflexion sur le divertissement en tant que moyen d'oppression sociale. Les terriens ne vivent que par procuration à travers les yeux de leurs héros et accordent plus d'importance à cet autre univers qu'au leur. Le personnage principal est contraint d'affronter une double réalité. Alors qu'il croyait échapper à sa condition et être totalement libre lorsqu'il se trouvait sur Autremonde, Hari se rend bientôt compte qu'il n'est qu'un rouage, un jouet pour le Studio. Il s'aperçoit qu'à force d'incarner Caine, il a fini par devenir celui-ci au détriment de lui-même. Il a fini par confondre la réalité et la fiction, et ce d'autant plus facilement que la fiction n'est qu'une réalité différente. Afin de retrouver et de reconquérir sa femme, il va être obligé de redéfinir ses propres règles en usant de son intelligence plutôt que de ses muscles. Il va ainsi se défaire peu à peu du conditionnement du Studio. Cet aspect du roman le rend d'autant plus passionnant, car le lecteur est amené à considérer l'intrigue d'un point de vue plus distancié, plus ironique. Ainsi, quand l'acteur Caine s'adresse au spectateur de ses aventures qui se repaît de la violence de ses actions, c'est aussi au lecteur qu'il interpelle et qu'il implique dans son aventure, l'amenant à reconsidérer la nature du plaisir qu'il prend par procuration. En opposition à la médiocrité des terriens, Autremonde est un univers bien plus fascinant avec des personnages hauts en couleur. Pourtant, c'est sur la morne Terre que se situent les véritables enjeux de l'intrigue.
     Les Héros meurent aussi est un roman particulièrement prenant, un roman très riche, bourré d'action mais qui porte en lui la source d'une réflexion qui le sort du lot des simples romans d'aventures pour en faire une véritable réussite.

     Les éditions de l'Atalante font décidément un travail exceptionnel en publiant des romans passionnants d'auteurs injustement méconnus en France. Avec cet épais roman qui mêle science-fiction et fantasy, Matthew Woodring Stover vient donc s'ajouter à la longue liste des auteurs de talent publiés par cet éditeur.

Frédéric BEURG (lui écrire)
Première parution : 25/3/2001 nooSFere


     Régulièrement, Hari Michaelson se fait transférer incognito sur un monde parallèle au nôtre, Autremonde ; une terre médiévale-fantastique, violente, où sa mission, est de « risquer sa vie de manière intéressante ». Car Hari Michaelson, comme tous ses collègues, est un acteur d'un genre nouveau ; il transmet, par une puce implantée sous son crâne, tout ce qu'il voit, pense et ressent à ses millions de spectateurs avides de sensations fortes, confortablement installés dans des chaises de réalité virtuelle.
     En effet, sur Autremonde, Michaelson est Caine, le célèbre assassin redouté et invaincu, rapide comme l'éclair, et qui laisse un sillage de mort partout où il passe. Et il importe peu à son public que, là-bas, de véritables êtres de chair et de sang vivent et meurent ; pour le Studio, seuls le divertissement et les bénéfices comptent !
     Mais sur Terre, malgré son immense succès et ses millions de fans, Michaelson est un homme éteint ; il ne s'est jamais remis de sa séparation avec l'actrice Shanna, sa femme, qui est également la magicienne Pallas Ril sur Autremonde. Alors, lorsqu'il apprend qu'elle est en danger de mort, Hari / Caine reprend les armes, et part à sa recherche dans la cité impériale d'Ankhana ; il lui faudra lutter contre les viles manigances de ses ennemis des deux mondes à la fois.
     Les Héros meurent aussi mélange avec bonheur des éléments de science-fiction et de fantasy ; cependant, il penche plutôt du côté de cette dernière, car les trois quarts de l'histoire se déroulent en Ankhana. Mais, surtout, l'intérêt principal du livre réside en ses personnages, hauts en couleurs. Caine d'abord, légende vivante sur le retour, est parfait : sa cruauté qui cohabite avec son amour aveugle pour sa femme en font un anti-héros de premier choix. Les autres caractères sont justes et bien campés ; de l'empereur à ses sbires, des petites frappes aux seigneurs mafieux.
     Car il ne faudra pas chercher trop d'originalité dans l'histoire elle-même. Stover n'innove pas vraiment, et reprend les ficelles classiques de la fantasy — quoique avec efficacité ; son intrigue est bien ficelée. Cependant, il s'agit d'un livre très orienté sur les combats, d'ailleurs fort bien décrits ; prudence donc, leur fréquence lassera sans nul doute le lecteur peu féru d'action.
     Il ne faudra pas chercher non plus d'étude, sociale ou morale, de ce nouveau divertissement un peu spécial dont la Terre raffole. Si quelques éléments sont abordés en filigrane, le récit reste centré sur Caine uniquement, et il se moque pas mal de ce genre de considérations.
     Mais comme on l'a dit, c'est là toute la force du livre. Michaelson / Caine (et dans une moindre mesure, Shanna / Pallas) vit une sorte d'initiation au cours de son ordalie en Ankhana, et apprend à évoluer. Malgré son absence quasi-totale de scrupules, on s'attache énormément à lui, car il est très humain. On frémit réellement à ses côtés, les coups de théâtre sont nombreux et le suspense haletant jusqu'à la fin.
     Voilà donc un divertissement de grande qualité, qui ne s'oubliera pas de sitôt. Caine frappera les esprits ; il est si bon de vivre l'aventure à ses côtés !

Lionel DAVOUST (lui écrire)
Première parution : 1/3/2001 dans Galaxies 20
Mise en ligne le : 3/6/2002


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 66099 livres, 65958 photos de couvertures, 60890 quatrièmes.
8090 critiques, 36180 intervenant·e·s, 1459 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.