Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Biplans de D'Annunzio

Luca MASALI

Titre original : I biplani di d'Annunzio, 1996

Traduction de Maria GRAZZINI & Isabelle LAMBERT
Illustration de Gilles FRANCESCANO

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Grand format - SF n° (6)
Dépôt légal : juin 1999
308 pages, catégorie / prix : 13 €
ISBN : 2-265-06506-4   
Genre : Science-Fiction

Ce livre a obtenu le prix Urania du meilleur roman en 1995.



    Quatrième de couverture    
     La guerre de 14-18 aurait pu avoir une fin différente de celle que nous lui connaissons.
     Telle est la conviction d'un groupe subversif du XXI° siècle qui entreprend de « survoler » cette période clé de notre histoire afin d'en modifier les contours...
     Mattéo Campini, aviateur surdoué, devient ainsi le héros de deux batailles dans deux siècles différents, passant des duels dans le ciel de la Première Guerre mondiale aux massacres de la Bosnie contemporaine.
     Une extraordinaire aventure acclamée par le public et couronnée en Italie par un des plus prestigieux prix littéraires.

     Né à Turin en 1963, Luca Masali est informaticien. Lauréat du prix Urania, la plus haute récompense décernée en Italie à un écrivain de science-fiction, Luca Masali compte aujourd'hui parmi les meilleurs auteurs de la jeune S.-F. italienne.

    Prix obtenus    
Bob Morane, roman étranger, 2000

    Cité dans les pages thématiques suivantes :     

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
    Critiques    
     Après Evangelisti, voici un autre Italien qui mêle SF et histoire, aventures et actualité. Là, il s'agit du XXe siècle, et d'uchronie  : la guerre de 1914 s'éternise, Max de Bade a écarté le Kaiser (voyez Mallet et Isaac, ou Berstein et Milza) et créé une Mitteleuropa prête à triompher. Derrière, il y a manipulation de l'histoire par des voyageurs temporels — mais les voyages se faisant par bonds d'ampleur fixe, à peu près un siècle — un voyageur partant six jours après un autre ne peut arriver que six jours après lui — , cela interdit toute intervention « préventive » éliminant un perturbateur dès son arrivée : le suspense y gagne. S'y ajoutent moults vieux coucous, des poursuites, des retournements, des incertitudes initiales quant aux motivations des personnages, des manipulations emboîtées, des questions qui dérangent (quand des nazis veulent refaire l'histoire pour s'éviter le génocide, leur projet n'est pas moins terrifiant), et un lien fort avec l'actualité, côté Balkans et nationalistes serbes mécontents de notre XXe siècle.
     La référence très italienne du titre (qui a lu, ici, l'illisible Gabriele D'Annunzio, et connaît son rôle politique ?) n'a pas à inquiéter : si spécificité il y a, elle est triestine, et renvoie au nord-est italien qui fut austro-hongrois, aussi étranger à Turin ou Naples qu'à Brest ou Paris. Le lecteur ne sera pas plus dépaysé ici que de l'autre côté des Alpes. Et on retrouve par ce biais triestin les Balkans, et la question des appartenances nationales, « ethniques » ou politiques, chère à Masali. Au-delà, il faut dire qu'on a essentiellement un roman d'aventures, et qu'une lecture palpitante est assurée aux amateurs de vieux avions, d'histoire contemporaine, et d'univers parallèles ou uchroniques : vingt ans en aval du steampunk, biplans et années vingt remplacent dirigeables et ère victorienne, fournissant un nouveau folklore à une nouvelle branche de la SF.

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/3/1999 dans Galaxies 12
Mise en ligne le : 15/12/2000


     En 192l, la première Guerre Mondiale n'est pas terminée : l'Autriche-Hongrie est toujours debout et n'a pas donné naissance à la Yougoslavie, la Russie désire faire annexer la Bosnie-Herzégovine par une Serbie autonome. Ce qui n'est, pour le professeur Princip, descendant de l'assassin de l'archiduc Ferdinand à Sarajevo, qu'un jeu intellectuel, un roman uchronique, est la réalité pour Mattéo Campini, qui pourrait être un des aviateurs du Grand Cirque décrit par Closterman. Jusqu'à ce que Flavia et Augusto réclament son aide pour les aider à changer le cours du passé. Ils lui avouent venir de 202l et appartenir à l'agence de voyage Belle Epoque, spécialisée dans le tourisme historique. Ils ont besoin de ses talents de pilote pour se rendre à Vienne, en territoire ennemi à l'aide d'un biplan bricolé avec les apports technologiques de demain, afin de mettre fin à la guerre et supprimer cette chronoligne dérivée avant qu'elle ne se substitue à l'histoire réelle.
     Dans le présent, un couple de journalistes indépendant travaillant sur Internet traque Mirko Svobodak, le Boucher de Srebreniva qui se trouve être en relation avec Di Michele, le directeur de l'agence de voyages temporels.
     En effet, celui-ci, nationaliste serbe convaincu, tente de restaurer une Grande Serbie en s'inspirant de l'uchronie de Princip pour influencer au bon moment les personnages clé de la période historique visée. Pour empêcher le rétablissement de la ligne temporelle originale, il agit dans le plus grand secret, en fermant l'accès du XXème siècle aux touristes.
     A cheval sur deux guerres, le roman de Masali établit un lien historique direct entre l'actuelle guerre des nationalistes serbes et celle de 14-18, époque charnière pour l'histoire du monde : la première grande guerre dessine le visage de l'Europe actuelle, voit la naissance des principes de nationalité, de démocratie, du communisme, des idées de classe.
     Faisant preuve d'une excellente connaissance de cette période historique, l'auteur met en scène, dans des rôles décalés, des personnages aussi divers que Hermann Göring, Armando Diaz, le poète D'Annunzio et d'autres acteurs de second plan, voire des personnages de roman (Settembrini apparaît chez Thomas Mann). Malgré les explications délivrées au cours du récit, il n'est pas toujours facile de s'y retrouver parmi les protagonistes et de saisir tous les enjeux. De même, la partie dévolue à l'aviation démontre l'érudition de Masali dans le domaine et risque d'agacer les profanes par des explications trop circonstanciées. Il n'est heureusement pas nécessaire d'être féru en histoire ou en aviation pour apprécier l'intrigue et la réflexion qui la sous-tend. Un roman qui a obtenu en Italie le prix Urania, l'équivalent du Hugo américain.


Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/9/1999 dans Bifrost 15
Mise en ligne le : 1/9/2001


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65773 livres, 65225 photos de couvertures, 60540 quatrièmes.
8089 critiques, 36065 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.