Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Écumeur des étoiles

David GERROLD

Titre original : Space Skimmer, 1972
Première parution : Ballantine, 1972

Traduction de Bruno MARTIN
Illustration de François ALLOT

OPTA , coll. Galaxie-bis n° 38/127
Dépôt légal : 4ème trimestre 1974
Roman, 256 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : néant
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Au commencement :

     ...A la fois un nom et une description.
     Produit d'un monde à forte gravité et d'une race génétiquement modifiée, il ne mesure que quatre pieds, mais pèse 318 livres, tout en muscles et en os, en force contenue.
     Son corps est dur, un solide roc de chair, d'une densité rare chez les créatures vivantes.
     Dans ses veines, son sang bouillonne comme du cuivre en fusion ; ses nerfs irradient l'électricité ; son corps vibre des pulsations vitales.
     Il a fallu mille années de croisements, d'adaptation et de sélection raciale pour faire cet homme. Il est natif de Streinveldt.
     Une planète. Et un fléau.

     masse.

    Sommaire    
1 - Algis BUDRYS, Caméléoneries (Protective Mimicry), pages 241 à 254, nouvelle, trad. Charles CANET
 
    Critiques    
 
     Du microcosme au macrocosme, du particulier au général, de l'individuel au collectif, tout est communication. Communiquer c'est transmettre un message, faire partager une émotion, se situer sur un plan politique, social, humain. « L'écumeur des étoiles », sous la parure du space-opera, nous propose une réflexion tous azimuts sur cette importante notion de communication.
     « La domination dépend des communications. Faiblesse des transmission égale faiblesse du gouvernement » (p. 16). Un Etat qui ne peut faire circuler l'information ou qui ne la maîtrise pas est un Etat en danger. « La chute de l'Empire n'a été que l'écroulement des communications à grande distance » (p. 169). Mais l'abus d'informations (et mal digérées de surcroît) est tout aussi nocif que son absence. « Avec la brusque explosion des renseignements... il a dû se produire un chaos économique et politique » (p. 171). David Gerrold démontre donc, entre les lignes, que l'information est une chose trop importante pour être confiée aux seuls journalistes, et que l'idée d'une information libre est une utopie que l'Etat — par simple instinct de conservation — ne peut se permettre.
     Préférant individualiser son propos, Gerrold passe du général au particulier, s'attardant sur les difficultés de ses personnages à se comprendre. Le roman n'évite pas tout à fait les écueils du roman psychologique bourgeois ni les clichés du type presse-du-cœur, tant l'incommunicabilité, dans sa banalité, est un sujet difficile à traiter. Mais son originalité est de s'être rendu compte que ces problèmes d'incommunicabilité sont essentiellement d'ordre linguistique. Les passagers de « L'écumeur des étoiles » ne parlent pas le même langage. Le fait est rendu patent par les dialogues entre le synthétique Ike et Masse, mais est tout aussi valable pour le commun des humanoïdes (Masse, Tapper, Edelith). Communiquer, se comprendre c'est adopter un même signifié pour un même signifiant, c'est pratiquer « un échange total de toutes les données sensorielles » (p. 144). Le filtre des mots semble une barrière insurmontable ; code à la fois trop strict et trop flou. C'est un constat d'impuissance de la linguistique comme meilleure connaissance d'autrui que dresse Gerrold. La solution est au-delà du langage, dans une approche de l'autre quasi-mystique. Une connaissance empathique / télépathique basée sur la notion de Gestalt, qui détruit les inhibitions et met à nu le moi profond.
     Il est à noter que la recherche de l'autre n'est pas autre chose qu'une recherche de soi, communiquer avec les autres étant communiquer avec soi-même. « Curieux comme la perception de soi modifie les perceptions que l'on a de toutes autres choses » (p. 85).
     David Gerrold n'ignore pas que l'œuvre littéraire — surtout lorsqu'elle est inscrite dans un genre aussi fortement connoté que le space-opera — peut fonctionner de manière autonome, s'interposer entre l'auteur et le lecteur, et réfracter le sens du texte dans une direction autre que celle voulue par son auteur. Aussi a-t-il tenté une déconstruction du genre, utilisant les ingrédients usuels du space-opera (Empire galactique, vaisseau spatial, etc...) comme de simples éléments de décor, vides de sens.
     « L'écumeur des étoiles » n'est pas un roman parfaitement abouti, mais l'ambition de son propos en fait un ouvrage intéressant et digne d'estime qui, par ses préoccupations, a sa place parmi les œuvres qui font la SF d'aujourd'hui.


Denis GUIOT
Première parution : 1/6/1975 dans Fiction 258
Mise en ligne le : 9/3/2015


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69612 livres, 78416 photos de couvertures, 64721 quatrièmes.
8417 critiques, 36949 intervenant·e·s, 1477 photographies, 3711 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.