Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Un cas de conscience

James BLISH

Titre original : Case of conscience, 1958

Cycle : After such knowledge  vol. 3

Traduction de Jean-Michel DERAMAT
Illustration de Pascal MORET

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 30
Dépôt légal : décembre 1987
228 pages, catégorie / prix : 6
ISBN : 2-207-30030-7
Format : 11 x 18 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     À cinquante années-lumière de la Terre, sur la planète Lithia, quatre savants envoyés par l'ONU étudient les conditions d'exploitation de l'énergie thermonucléaire. Mais ce qui frappe particulièrement l'un d'entre eux, le jésuite Ruiz-Sanchez, c'est moins le fait que les habitants de Lithia soient d'énormes sauriens intelligents que leur vie heureuse en l'absence de tout système politique, économique et religieux. Or ce nouvel Eden n'est-il pas tout simplement l'oeuvre de Satan ?
     Et si Satan est lui aussi créateur...
     Et si c'est au bonheur qu'il vise...
     Le plus redoutable cas de conscience, en vérité.

    Prix obtenus    
Hugo, roman, 1959
Retro Hugos, novella / Court roman, 1954
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition GALLIMARD, Folio SF (2006)


     Un cas de conscience, prix Hugo du meilleur roman en 1959, pourrait à première vue décontenancer quelques lecteurs. Écrit par un auteur classique de la SF, James Blish, réputé pour avoir à la fois une puissance d'écriture hors normes, un vrai talent d'imagination visionnaire et un style aride, on ne peut nier que ses références, en matières scientifique, biologique, philosophique, donnent au ton du récit, une certaine sécheresse, même si celle-ci, grâce aux qualités littéraires du roman, peut être dépassée sans mal.

     Imaginez seulement deux planètes, la Terre où les hommes se sont littéralement enterrés dans des abris anti-atomiques — qui remplacent aujourd'hui leurs mégalopoles géantes — afin de survivre à un conflit nucléaire dévastateur (qui n'a toujours pas eu lieu) ; et la planète Lithia, récemment découverte par les hommes, où une autre forme de vie évoluée défie leur intelligence. Cette planète-là, à comparer avec la Terre, semble être le paradis... Ses habitants, d'immenses reptiles de près de trois mètres de haut, ont créé, grâce à une intelligence supérieure, une civilisation à la fois technologiquement très avancée, et surtout totalement pacifique. Les habitants de Lithia vivent sans arts, sans philosophie, sans histoire, sans religion, sans jeux, sans sports, n'ont jamais connu la guerre... Peuvent-ils seulement rêver ou cauchemarder ? « Était-il possible qu'il pût exister dans l'univers une créature raisonnable qui ne fût jamais paralysée un instant par la question soudaine, la terreur de voir, au travers de l'absurdité de l'action, de l'inanité du savoir, de la gratuité de l'existence même ? » (p. 79) Voilà donc la vraie question. Les lithiens ne cachent-ils pas un terrible secret ? Le père Ruiz-Sanchez, un biologiste et père jésuite appartenant à une délégation de quatre hommes, venue sur Lithia pour décider du sort de cette planète (la coloniseront-ils pour exploiter ses ressources minérales tout en réduisant si besoin la population autochtone à l'esclavage, ou chercheront-ils à collaborer étroitement avec les Lithiens, afin de réaliser un important bénéfice d'échange de technologie ?) a son idée sur la question : derrière la façade paradisiaque de la planète Lithia, il faut voir une création du malin, à la fois séduisante mais également dangereuse. Après tout, est-il seulement possible de comprendre des créatures comme les Lithiens, qui semblent ignorer le bien et le mal ?

     Les Lithiens ont su construire une civilisation de la non-violence, parfaitement structurée, loin de cette société hobbesienne qu'un jeune Lithien né sur la planète Terre, découvre révolté. Que peut-il donc penser d'un monde déchiré, aux valeurs égarées, divisé, toujours au bord de l'Apocalypse, d'un monde d'hommes définitivement orphelins de Dieu, ou plus précisément d'hommes déjà morts : « la mort, dans les époques préscientifiques, était toujours à la fois imminente et immanente, extérieure et intérieure à chacun, mais jamais transcendante. Dans ce temps-là, seul Dieu était extérieur, intérieur et transcendant tout à la fois, et c'est en cela que les hommes mettaient leur espoir. Aujourd'hui, à la place de cet espoir, nous leur avons donné la mort. » (p. 183) Quel est le rôle de Dieu ? Quelle conséquence un messie peut-il avoir sur une société stable ? Les concepts de Bien et de Mal sont-ils de fausses valeurs ? Laquelle des deux planètes, Lithia ou la Terre, est la plus terrifiante ?

     Le talent de James Blish est triple : armé d'une écriture forte, et sans défauts, il sait construire des récits inventifs, haletants, servis par des connaissances scientifiques solides et, sans tomber dans le piège d'un piètre manichéisme, interroger avec pertinence la théologie, la nature humaine, les questions politiques et technologiques qui divisent le genre humain et déstructurent ses relations.

     Un grand roman de SF, à lire comme une méditation philosophique digne de celle d'un visionnaire.

Marc ALPOZZO
Première parution : 1/4/2006
dans Galaxies 39
Mise en ligne le : 4/3/2009




 

Dans la nooSFere : 62662 livres, 58933 photos de couvertures, 57152 quatrièmes.
7958 critiques, 34386 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.