Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Sang d'immortalité

Barbara HAMBLY

Titre original : Those who hunt the night, 1988

Cycle : James Asher vol.

Traduction de Isabelle GLASBERG
Illustration de Pierre-Olivier TEMPLIER

POCKET (Paris, France), coll. Terreur n° 9101
Dépôt légal : janvier 1994
320 pages, catégorie / prix : 7
ISBN : 2-266-05694-8   
Genre : Fantastique

Ce roman a été publié en Angleterre sous le titre "Immortal blood".


Autres éditions
   in Le Sang d'Immortalité, suivi de Voyage avec les Morts, MNÉMOS, 2010

    Quatrième de couverture    
     Quand la peur s'empare des vampires, les mortels ont toute raison d'être terrifiés...

     Londres, à la fin du siècle dernier...
     Qui donc s'attaque aux vampires ? Qui donc fracasse leurs cercueils pour que la lumière du soleil les réduise en cendres ?
     Ne pouvant traquer le meurtrier en plein jour, ceux-ci n'ont d'autre choix que de demander l'aide d'un mortel. C'est ainsi que James Asher, ancien espion de sa Gracieuse Majesté, se voit soumis à un odieux chantage sur la vie de sa jeune épouse et contraint de rechercher le tueur de vampires.
     Mais, même s'il le trouve, que se passera-t-il ensuite ? Quel sera le sort de quelqu'un qui connaît les identités et les cachettes des morts vivants ? La réponse n'est que trop évidente.

     Professeur d'histoire médiévale en Californie, mannequin et moniteur de karaté, Barbara Humbly est déjà bien connue des lecteurs français pour ses romans de fantasy « Fendragon » et de la trilogie de « Darwath ».

    Prix obtenus    
Locus, roman d'horreur, 1989
 
    Critiques    
     [Chronique commune à deux romans de Barbary Hambly : Ishmaël et Le sang d'immortalité] 1

     Barbara Hambly ne s'est pas arrêtée en si bon chemin : elle a depuis fait une carrière passionnante dans le domaine de la Fantasy (souvenez-vous de l'article que lui a consacré Sylvie Denis dans notre Dossier Fantasy, YS #86). En fait, je la considère comme étant un(e) des auteur(e)s les plus intéressants du genre, à l'heure actuel. Même lorsqu'elle donne dans la Fantasy la plus « générique », elle sait toujours appliquer aux thèmes une légère distorsion, ajouter quelques points d'ironie, qui font toute la différence (voir par exemple Fendragon, aux Presses de la Cité).

     Avec Le Sang d'immortalité, Hambly est sortie de la Fantasy conventionnelle pour donner dans le steampunk — cet enfant bâtard de la SF, du fantastique gothique et de Sherlock Holmes, qu'a illustré avec brio un Tim Powers, par exemple, ou un Brian Stableford (Les loups-garous de Londres).
     Il y a un tueur dans les rues de Londres, en ce début du siècle. Mais ses proies ne sont pas de chair mortelle. Quelqu'un tue les vampires de Londres. Quelqu'un les chasse, et les assassine alors qu'ils dorment dans leur cercueil durant le jour. Un tueur qui semble décidé à effacer toute trace de sang immortel à Londres.
     James Asher, lui, n'a rien d'un vampire. C'est un citoyen britannique comme les autres, enfin, presque : accessoirement, il a été agent secret pour les services de Sa Majesté. Et c'est bien pour cela que Don Simon Xavier Christian Morado de la Cadena-Ysidro l'a choisi pour enquêter sur les meurtres de vampires. Créatures nocturnes, les vampires n'ont pas la liberté de mouvement d'un humain pour mener à bien une telle enquête.

     Le Sang d'immortalité est à la fois un polar passionnant,(agréablement kitsch, comme il se doit quand on écrit dans un style à la Sherlock Holmes), et un roman d'horreur trés efficace : pas d'effets de Grand-Guignol, nulle trace de gore, Barbara Hambly joue sur du velours, bâtit l'angoisse par petites touches, sans avoir l'air d'y toucher. On avait déjà pu apprécier ses talents dans le domaine de la terreur avec la trilogie Darwath (en français au C.L.A. Opta), sorte d'alchimie entre Lovecraft et Tolkien. Cette fois on se trouve du côté de Bram Stoker et de Conan Doyle, et la réussite est encore plus éclatante !

     On ne peut que louer l'éclectisme éclairé de Patrice Duvic dans ses choix pour « Terreur ». Voilà enfin une collection qui n'hésite pas à régulièrement présenter des livres isolés d'auteurs (in)connus, et qui sait jouer de toute la gamme que peut lui offrir le genre fantastique moderne. Regrettons qu'il n'y ait plus aujourd'hui, en France, de collection de science-fiction aussi intelligente.

Notes :

1. Le début de la chronique, qui portait sur le roman Ishmaël, est disponible sur la fiche de celui-ci. [note de nooSFere]


André-François RUAUD (lui écrire)
Première parution : 1/3/1994 Yellow Submarine 108
Mise en ligne le : 4/3/2004


 

Dans la nooSFere : 62663 livres, 58977 photos de couvertures, 57153 quatrièmes.
7958 critiques, 34386 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.