Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Histoires déconcertantes

Frédéric DARD


Illustration de Jean-Claude CLAEYS

NOUVELLES ÉDITIONS OSWALD (NéO) (Paris, France), coll. Le Miroir obscur n° 15
Dépôt légal : 1980
Recueil de nouvelles, 224 pages
ISBN : 2-7304-0066-4
Genre : Hors Genre

Critiques
 
     Publié une fois déjà dans la collection policière de chez Oswald (avec Coma, suivi de Puisque les oiseaux meurent), le créateur de San Antonio nous livre ici une troisième facette de son talent (qu'il n'a à ma connaissance exploitée qu'en cette occasion) : le fantastique. Histoires déconcertantes, ce sont en effet vingt histoires courtes qu'on avait déjà pu lire en 1977 au Fleuve Noir dans la collection « Frédéric Dard », où le volume portait le numéro 100. Vingt histoires du fantastique le plus classique, mais placées dans un cadre contemporain, banal : ici nuls oripeaux gothiques pour habiller la réalité, mais des lieux... communs -appartements, quartiers tranquilles, terrains vagues, une salle de spectacle, une cellule de prison.
     Dard nous décrit les réactions des passagers d'un autocar qui tombe dans le vide (Babel), les fantasmes d'une vieille dame qui s'écrase au sol en passant à travers la photo d'un journal (Un pas dans le vide), l'agonie d'un touriste au soleil (L'insolation). Chacun de ces contes pourrait être tiré de faits divers un peu bizarres, trouvés dans un journal. Et comme la mort est l'élément-clé de tous les faits divers, c'est la mort qui est le sujet unique de Dard (fausse mort, mort imprévue, mort annoncée, mort reculée), installée dans ses récits par un gauchissement du temps ou de l'espace (comme dans Le salon d'attente, où un moribond est en proie à une distorsion de la durée). En fait, la plupart de ces contes pourraient trouver leur place dans l'anthologie de Presses Pocket, Histoires d'aberrations.
     Bien sûr des puristes pourront reprocher à Dard des facilités (aucun de ses thèmes n'est vraiment original) et des faiblesses (le style contient quelques imperfections dues à une écriture rapide, et certaines chutes sont un peu prévisibles). Mais l'ensemble constitue un divertissement de qualité.

Jean-Pierre ANDREVON (lui écrire) (site web)
Première parution : 1/4/1981 dans Fiction 317
Mise en ligne le : 2/12/2007

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72598 livres, 86397 photos de couvertures, 67924 quatrièmes.
8502 critiques, 39091 intervenant·e·s, 1501 photographies, 3731 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.