Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Bonnes nouvelles de l'espace

John KESSEL

Titre original : Good news from outer space, 1989

Traduction de Pierre K. REY
Illustration de Hubert de LARTIGUE

J'AI LU (Paris, France), coll. Science-Fiction (1992 - 2001, 3ème série - dos violet/blanc) n° 3744
Dépôt légal : juillet 1994
512 pages, catégorie / prix : 8
ISBN : 2-277-23744-2   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     John Kessel

     Il est né en 1950 à Buffalo, dans l'État de New York. Études de littérature et de physique à l'université de Rochester puis du Kansas. Quand il n'écrit pas des romans de science-fiction incisifs et drôles, il enseigne la littérature américaine à l'université de Caroline du Nord.

     Bientôt l'an 2000 ! Chômage, drogue, maladies, violence et misère gangrènent l'Amérique. Les médias inondent le pays de nouvelles à sensation : ovnis, meurtres, virus, événements surnaturels...
     Les prédicateurs annoncent la venue du Messie sur terre. Second avènement du Sauveur ? Apocalypse ? Extraterrestres envahissant la planète ? Seule certitude le changement viendra de l'espace.
     George, le zombie revenu d'entre les morts, sait bien que les anges annonciateurs de l'Apocalypse sont en fait des extraterrestres. Il en a découvert un et le traque d'un État à l'autre. Si seulement il arrivait à convaincre la chaîne de télévision pour laquelle il travaille ! Le temps presse...
     31 décembre 1999, 23 h 59 : plus qu'une minute avant l'an 2000...
 
    Critiques    
     La science-fiction de John Kessel dénonce les prophètes d'Apocalypse. D'une actualité brûlante.

     Bonnes nouvelles de l'espace
     Ils ont tort, ceux qui ne voient dans la science-fiction qu'un passe-temps gratuit, détaché de la réalité. Parfois le futur rejoint à point nommé le présent.

     « Bonnes nouvelles de l'espace », de l'Américain John Kessel, n'a rien d'un roman d'évasion. Cette anticipation à court terme (la veille de l'an 2000) a pour décor une Amérique déglinguée, où se sont exacerbés tous les maux du siècle qui s'achève : chômage, drogue, épidémies, violence urbaine et misère.
     Cette société gangrénée devient le terrain de chasse idéal des prophètes de tout poil. Les masses désemparées accueillent avec dévotion les prédicateurs millénaristes qui annoncent la venue du Messie ou l'invasion des extra-terrestres. Partout, l'on voit des OVNIs et des anges. Des voix ou des messagers divins se font entendre. Meurtres ou sacrifices rituels défrayent chaque jour la chronique. La science et les valeurs démocratiques, battues en brèche par la crise qui refuse de prendre fin, font place au fanatisme religieux et aux croyances les plus débridées.
     Les protagonistes du roman vivent, chacun à leur manière, cette montée tragique de l'obscurantisme. Il y a Georges Eberhart, journaliste à sensation, qui collectionne les faits divers troublants à la manière de Charles Fort, afin de démontrer que la planète est devenue le jeu de forces occultes qui la mènent à sa perte. Il y a le révérend Gilray, télévangéliste à la mode, dont l'ambition est de construire un terrain d'atterrissage pour la Jérusalem Céleste. Il y a le cynique Richard, qui organise sans y croire la croisade du révérend et, enfin, Lucy, la femme de Georges, devenue malgré elle l'instrument d'un groupuscule terroriste.
     Tous ces personnages avancent dans le récit comme des grains dérisoires dans l'engrenage d'un broyeur. Ce ne sont plus des personnes, mais les victimes de mouvements de foules, des ludions ballotés par le destin collectif, hypnotisés par l'imminence de la fin des temps.

     John Kessel livre une analyse lucide des mécanismes psychologiques qui amènent des individus à sacrifier leur vie ou leur intégrité mentale à l'irrationnel. Un contexte social et économique défavorable en est le premier facteur. L'acharnement des médias à asséner sans recul au public une avalanche de nouvelles extraordinaires participe d'autre part à l'érosion de la raison critique et fait revenir au galop les plus folles superstitions. Puis viennent les motivations particulières : les carences affectives de l'enfance, qui appellent la protection d'un gourou ; les pulsions suicidaires, la foi rendue aveugle par la paranoïa, l'égoïsme ou la désillusion.
     L'écrivain américain lance un avertissement autant qu'un cri d'espoir. Le livre s'achève non sur l'Armageddon sanglant attendu par les prophètes de malheur, mais par un retour à la réalité de la vie. « Il y a des choses plus importantes que la fin du monde », finit par déclarer un des personnages. Au vu de l'actualité, c'est une leçon de prix.

François ROUILLER
Première parution : 7/10/1994 24 heures
Mise en ligne le : 10/11/2000


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 66100 livres, 65958 photos de couvertures, 60891 quatrièmes.
8090 critiques, 36180 intervenant·e·s, 1459 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.