Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Fiancée du dieu Rat

Barbara HAMBLY

Titre original : Bride of the Rat God, 1994
Première parution : Del Rey, 1994
Traduction de Michelle CHARRIER
Illustration de Caroll' PLANQUE

LES MOUTONS ÉLECTRIQUES , coll. Nouvelles et Romans n° (4)
Dépôt légal : septembre 2005
Première édition
Roman, 320 pages, catégorie / prix : 15 €
ISBN : 2-915793-08-5
Genre : Fantastique



Quatrième de couverture
     La Fiancée du dieu Rat

     Du Gin, des gemmes, et une vie étourdissante...
     Chrysandra Flamandre est la plus fastueuse des vamps du grand écran. Dans le Los Angeles du cinéma muet, elle a tout ce qu'elle désire — des amis éperdus d'amiration pour elle, des soirées brillantes, des distractions exotiques et plus de bijoux qu'elle ne peut en porter. Une belle vie de star, jusqu'au jour où un vieux Chinois la prévient que le joyau ancien qu'elle a porté lors de son dernier triomphe cinématographique l'a désignée comme la fiancée d'un dieu maléfique de Mandchourie. Chris ne l'écoute évidemment pas — pas avant que des meurtres étranges soient commis autour d'elle, et que des traces de dents ne viennent ronger les fondations de la maison...
     Se pourrait-il que le dieu Rat soit réellement réveiller ?


     Barbara Hambly

     Est connue aussi bien pour ses romans policier historiques (la série des Benjamin Janvier chez 10/18) que pour ses oeuvres de Fantasy épique (Fendragon, la Trilogie Darwarth) et de fantastique vampirique (Le Sang d'immortalité). Avec La Fiancée du dieu Rat, réjouissant et captivant hommage à l'âge de muet d'Hollywood et aux films horifiques de série Z, Barbara Hambly réalise une remarquable fusion de tous ces genres de prédilection, pour un magistral polar fantastique entre rire léger, émotion forte et suspense à vive allure.
Critiques
     Hollywood, du temps du cinéma muet. Chrysandra Flamande croque la vie à pleines dents ; star capricieuse, éternellement accompagnée de ses trois pékinois, elle enchaîne les films et les conquêtes masculines, à un tel rythme que seuls l'alcool et la drogue lui permettent de tenir. Dans son ombre, sa belle-soeur, Norah Blackstone — veuve depuis que son mari est mort à la guerre — , qu'elle a ramenée de Manchester où elle se morfondait. Hormis les dépendances de Chris, tout pourrait aller bien dans le meilleur des mondes. Malheureusement, une nuit, un jeune cascadeur éphèbe est tué ; son amant, un acteur vieillissant, disparaît. Ce n'est que le point de départ d'un enchaînement de drames, dont l'origine sera peu à peu dévoilée (à ce propos, on ne pourra que regretter le choix du titre, qui donne la clé de l'énigme alors qu'il faut attendre la page 160 du roman pour savoir quelle terrible menace pèse sur les protagonistes).

     Ce thriller fantastique, par l'auteur qui nous avait donné Fendragon, superbe fantasy (et quelques novelisations Star Wars, car après tout il faut bien manger...), est marqué du sceau d'un humour omniprésent. Tout en décrivant de manière minutieuse et particulièrement réussie le milieu d'Hollywood dans les années 20 (on y croise Rudolph Valentino, Mary Pickford ou encore D.W. Griffith), Hambly ne se prive pas pour lancer quelques répliques assassines à propos de certains acteurs de l'époque, divas incapables d'être crédibles en tant qu'actrices, ou jeunes premiers au jeu aussi fin que celui d'un éléphant. Ce mélange de nostalgie (car certains prennent leur travail vraiment à coeur) et de sarcasme — cette profonde tendresse pour ses personnages, en somme — contribue à donner du charme au roman dans sa première partie, et heureusement, car le rythme est somme toute assez lent. Mais après tout, à l'époque, on tournait en 16 images par seconde, et non 24... Toujours est-il qu'ensuite le roman s'accélère, à mesure que la menace se fait plus précise. Et si l'on ne frissonne pas vraiment, si le roman ne ménage pas de grande surprise (ceux qu'on identifie comme des gentils au départ sont au final... gentils, idem pour les méchants), on se prend d'amitié pour la plupart des protagonistes, tous crédibles, tous humains, avec leurs failles et leurs espérances. Et l'on referme ce livre avec le sentiment d'avoir lu un ouvrage particulièrement délassant, pas un chef-d'oeuvre, non, mais bien plutôt une réussite mineure.

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/1/2006 dans Bifrost 41
Mise en ligne le : 1/4/2007

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 75154 livres, 84016 photos de couvertures, 70865 quatrièmes.
8542 critiques, 41089 intervenant·e·s, 1577 photographies, 3741 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.