Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Olympos

Dan SIMMONS

Titre original : Olympos, 2005

Cycle : Ilium  vol. 2

Traduction de Jean-Daniel BRÈQUE
Illustration de Jackie PATERNOSTER

Robert LAFFONT (Paris, France), coll. Ailleurs et demain n° (203)
Dépôt légal : mai 2006, Achevé d'imprimer : avril 2006
Première édition
Roman, 792 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 2-221-09451-4
Format : 13,5 x 21,5 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Ilium chantait les exploits de la guerre de Troie, surveillée par le scholiaste Thomas Hockenberry pour le compte des posthumains divinisés qui habitent sur Mars le mont Olympos.
     Depuis, les choses se sont corsées. Echappant au scénario d'Homère, Grecs et Troyens, Achille et Hector, se sont alliés pour vaincre les dieux et assiéger leur forteresse martienne. Ils profitent de la porte ouverte dans l'espace par les Moravecs, qui leur apportent un sérieux appui.
     Mais la porte commence à se refermer...
     Sur Terre, les Voynix, qui ont longtemps été les serviteurs des Derniers Hommes, ont soudain entrepris de les massacrer. Les Derniers Hommes, élevés dans la soie, vont devoir apprendre à se battre.
     Ophu d'Io et Mahnmut sont envoyés sur Terre pour prévenir un cataclysme qui menace la planète depuis des millénaires, sous la forme d'un sous-marin doté de missiles à trous noirs.
     Harman retrouvera-t-il Ada après un périple qui lui fera traverser la moitié de la Terre sous la conduite d'un Prospero qui n'est peut-être que le fantôme d'une Intelligence Artificielle ?
 
     Mêlant avec génie sa vaste culture littéraire à des actions débridées, Dan Simmons fournit toutes les réponses aux énigmes dont il avait peuplé Ilium. Et en suscite quelques autres...
 
     Après Hypérion et Endymion, le nouvel exploit de Dan Simmons, Ilium, a été l'un des plus grands succès de la collection « Ailleurs et demain ».
 
    Critiques    
[Chronique de la V.O.]

     Figure incontournable de la science-fiction moderne, Dan Simmons fait partie de ces icônes littéraires dont chaque roman est un événement. Après quelques années d'absence au rayon space opera (et après le coup de maître que fut Hyperion), l'arrivée du diptyque Illium/Olympos a de quoi séduire inconditionnels et curieux. Au menu du premier tome, mystère cosmique quant à la quasi extinction de l'espèce humaine, discussions érudites et irrésistibles entre des intelligences artificielles semi-organiques autour de Shakespeare et de Proust, guerre de Troie décrite de l'intérieur par des chercheurs ressuscités pour l'occasion, sans oublier la trouvaille incontestable du roman, à savoir la description aussi hilarante qu'intelligente de tout un panthéon de dieux grecs obsédés par L'Illiade et aussi égoïstes que le veut la tradition. Cocktail détonnant, donc, d'autant que les scènes de bataille atteignaient des sommets de violence, confirmant au passage l'exceptionnel talent de l'auteur. Mais si Illium était évidemment truffé de qualités (on relira la critique du Bifrost n°33 pour se rafraîchir la mémoire), Dan Simmons n'en dévoilait pas trop et restait dans le médiocre quant aux passages situés sur la Terre. Rien de grave, la suite étant censée redéfinir la S-F dans son ensemble, à en croire les laudateurs.

     Disponible depuis juillet 2005 mais pas annoncé avant 2006 pour une parution en France, Olympos achève donc une oeuvre ambitieuse, démesurée et, il faut bien l'admettre, complètement ratée. Un constat amer qui n'en reste pas moins vrai. Oui, Dan Simmons a loupé son coup. Non, il n'a aucune excuse, tant les incohérences scénaristiques sont inexcusables pour un écrivain de ce gabarit. Est-ce la faute de l'éditeur, clairement démissionnaire face à son génial (et précieux) poulain ? Un débat intéressant dans lequel nous n'entrerons pas, mais qui a le mérite de se poser très exactement dans les mêmes termes pour des auteurs aussi différents que Iain Banks et J.K. Rowling (souvenez-vous de la critique de The Algebraist, nouveau roman S-F de Banks totalement raté et à paraître en France chez Bragelonne — cf. Bifrost n°37). Autre pilule difficile à avaler, le fond idéologique remarquablement nauséabond qui filtre entre les lignes... Même si cette trame n'est somme toute qu'accessoire, elle est suffisamment présente pour gêner le lectorat le plus apolitique. Bref, il ne reste pas grand-chose à sauver du naufrage, naufrage d'autant plus douloureux qu'aucune nuance d'humour ne vient tempérer le propos. Sérieux, sérieux, désespérément sérieux, Dan Simmons hésite entre la leçon de morale et l'exercice de style tout au long des quelques 600 pages poussives et épuisantes, traversées (reconnaissons-le) de quelques morceaux de bravoure, mais essentiellement vaines et (plus grave) incompréhensibles. Au final, le lecteur sort lessivé de la chose, à mi-chemin entre l'éclat de rire et la nausée, en fonction de son humeur du moment. Correctement coupée (environ 75 % du tome 2 et 15 % du tome 1), l'entité Illium/Olympos aurait fait un formidable livre. La mode étant à l'obésité, les contingences financières étant ce qu'elles sont, ne nous étonnons pas trop et voyons de plus près de quoi il retourne.

     Là où Illium se terminait par l'alliance improbable entre Achéens et Troyens, unis contre les dieux, Olympos démarre quelques neufs mois plus tard, alors que la guerre se poursuit de manière aussi assommante que routinière. Comme Dan Simmons a promis 600 pages et qu'il faut bien meubler, l'histoire est habilement découpée en une multitude de sous-intrigues judicieusement enchaînées et coupées au meilleur moment (on sent le grand professionnel) afin d'attraper le lecteur à la gorge et le pousser à ne jamais lâcher le pavé. Hélas, on s'en rend compte assez rapidement, ces sous-intrigues n'apportent strictement rien à l'ensemble. Même quand il s'agit de personnages importants (Hélène, vraie traîtresse qui réussit à échapper au poignard vengeur de Menelaus, ou encore Achille, machine à découper les dieux qui n'hésitera pas à massacrer quelques femmes sans défense lassées d'une guerre interminable). Bref, Simmons fait ce qu'il peut, mais brasser de l'air ne fait pas vraiment avancer les choses. Personnage impeccablement réussi, Hockenberry est malheureusement relégué au second plan, son rôle lui permettant juste de servir de témoin à quelques scènes clés (comme la chute de Jupiter, chassé du trône par Héphaïstos et... Achille lui-même). Rien d'autre. La partie qui intéresse le plus l'auteur, ce n'est plus Troie (où les scènes de batailles se suivent et se ressemblent dans l'éviscération, sans jamais atteindre le souffle qui animait le premier tome), ça n'est même plus les sympathiques moravecs (dont les discussions théoriques donnent à l'ensemble un semblant de crédibilité, crédibilité qui ne va jamais au-delà de L'Univers en folie, par l'indispensable Fredric Brown), mais bien la partie terrestre, celle-là même qui était complètement ratée dans Illium. Car il nous reste à découvrir ce qui est vraiment advenu des humains, ce que sont les post-humains, et ce que mijotent ces curieuses entités auto baptisées Prospero, Ariel et autres Sycorax. De fait, les humains redécouvrent la vie primitive et réapprennent à vivre à l'âge de pierre, fortement aidés par le personnage d'Ulysse. D'où vient Ulysse ? Que fait-il ici ? A quoi sert-il ? Mais à rien. Comme bon nombre d'éléments de ce décidément inutile roman. Les communautés sont menacées par les Voynix, d'abord serviteurs puis exterminateurs de la race humaine. A tel point que les dernières poches de résistance commencent à tomber les unes après les autres, et qu'il va bien falloir trouver une solution. Partis à la recherche d'un remède pour Ulysse agonisant, Harman et ses amis découvrent des vérités cosmiques qui vont changer la face du monde. Enfin, surtout Harman, embarqué dans un voyage initiatique injustifiable d'un point de vue narratif et d'une incohérence qui laisse pantois. Simmons promène son lecteur exactement là où il veut l'emmener : sur l'épave d'un sous-marin atomique échoué depuis plusieurs milliers d'années, L'épée d'Allah. Dans cette carcasse de métal, plusieurs missiles non pas nucléaires, mais chargés d'un minuscule trou noir stabilisé. Piloté par des Palestiniens fanatiques bien décidés à pulvériser la Terre, le sous-marin a fort heureusement coulé sans faire détonner ses sinistres charges. Car, il est nécessaire de le savoir, les Palestiniens n'étaient pas satisfaits de leur virus déjà responsable de la quasi extinction de l'espèce humaine, il leur en faut toujours plus. Mais comme ce ne sont somme toute pas autre chose que des sauvages rétrogrades et qu'ils sont évidemment incapables de construire leurs propres armes, cette jolie technologie leur est gentiment donnée par... les Français. Eternels antisémites et suppôts du terrorisme international, comme chacun sait. Pas grave, l'apocalypse est évitée grâce à l'intervention des gentils moravecs et la société humaine se reconstruit doucement (juifs et grecs, uniquement, nous sommes entre gens bien). Quant aux post-humains transformés en dieux grecs, on n'en apprendra pas grand-chose de plus.

     A ce stade du roman, on ressent comme un immense vertige. Un sionisme aussi militant et une paranoïa aussi patente peuvent faire rire, mais ne peuvent masquer une extrême indigence de pensée. On pardonnerait si le livre restait passionnant de bout en bout et impeccablement construit, mais Olympos n'est qu'un patchwork vide de petites scènes parfois réussies, souvent inutiles, sans que jamais un grand dessein n'apparaisse. Peuplés de personnages attachants mais vains, de situations bien vues mais éclatées, sans trame narrative claire, les éléments du roman tombent comme des pierres. Pas de justification, pas d'enchaînements. Rien que des cases péniblement comblées par un auteur qui n'a plus rien à dire.

     C'est un euphémisme de dire qu'Olympos ne tient aucune des promesses d'Ilium, c'est aussi un euphémisme d'évoquer la consternation du lecteur une fois la dernière page tournée. Dan Simmons a-t-il définitivement basculé dans la folie furieuse ? Une question véritablement nécessaire. Et brûlante.

Patrick IMBERT
Première parution : 1/10/2005 dans Bifrost 40
Mise en ligne le : 18/11/2006


     S'il est une chose qu'on ne pourra jamais enlever à la force livresque de Dan Simmons, c'est la production colossale, voire dantesque, de ses cycles, aussi puissants que contrastés. Après le cultissime Ilium, dans lequel toutes les fulgurances fascinantes se retrouvaient pour nous offrir une guerre de Troie futuriste, où les destinées humaines, les projets des dieux, et l'esprit grec convergeaient soudainement sous la plume d'un Dan Simmons qui se faisait un tendre plaisir de les réinventer, le prolifique auteur américain nous envoie une suite et fin, aux accents des plus homériques : Olympos. Retour donc, au temps d'Ilium, où l'Olympe était ce repère des dieux qui, sorte de posthumains, détenaient des pouvoirs illimités, une immortalité totale, qu'ils devaient aux développements considérables de la science. Retour également à un temps où l'Olympe voyait l'espèce humaine en pleine débâcle, risquant sa disparition définitive. Retour à l'univers du premier tome. Retour à la guerre meurtrière et totale qui opposait les dieux aux Troyens et aux Achéens qui avaient tenté de s'associer dans cette furieuse entreprise contre ces dieux tout-puissants.

     C'est vrai : la mythologie grecque est bien connue pour cela : nous conter les aventures de ces pauvres humains cupides et mortels qui, un jour de grande folie, ont désespérément tenté de défier les dieux et leur incroyable grandeur. La suite d'Ilium met en scène un Achille et un Hector furieusement lassés de s'entretuer sous les regards de ces dieux bienheureux et immortels, habitant le mont Olympos, et s'amusant à observer de leurs hauteurs, ces misérables aptères d'humains se déchaînant dans le bruit et la fureur dont seul un fou peut rendre compte. Décidés à continuer la guerre totale, Achille et Hector se sont unis. Et ainsi, Achéens et Troyens ont conclu de se lancer ensemble à l'assaut de la forteresse martienne...

     Dans ces guerres Ouvertes menées de main de maître par les Moravecs, diverses intrigues et sous-intrigues voient le jour. Et au centre, Dan Simmons, avec le souffle et l'ambition qu'on lui connaît, nous raconte l'histoire des derniers hommes apprenant, dans une tentative presque désespérée, à se battre pour leur survie... alors que sur la planète Terre, les Elois, déchus, sont amenés à se débrouiller seuls. Obligés de tout réapprendre : de la découverte du feu à l'organisation de la Cité. Désordres et chaos, souvent décrits dans les romans de SF, dans un monde humain réduit à un monde machinique.

     Conçu comme un seul et même livre en deux volumes, Ilium et Olympos forment une œuvre foisonnante, déjantée et hallucinée... En prise avec les questions bioéthiques, géopolitiques, et épistémologiques modernes et contemporaines, Dan Simmons montre ici une inquiétude certaine, à propos de la très brûlante question de l'avancée foudroyante des techniques et de la science, avec pour horizon indépassable et inexorable, la disparition de l'espèce humaine en tant que telle. Que ce soient les robots semi-organiques ou ce panthéon de dieux grecs littéralement « shootés » aux nanotechnologies, la question éthique que posent toutes les technologies de notre futur pas si lointain, est au centre même de ce deuxième tome.

     Avec une totale maîtrise de l'écriture, Dan Simmons donne un souffle unique à un texte épique, nous proposant une relecture littéralement colossale de la mythologie grecque. Que dire ? L'ambition de l'entreprise propulse sans mal Olympos à des milliers d'années-lumière du piètre infini littéraire qu'on vous sert aujourd'hui aux cantines de la littérature française...

     Les deux tomes représentent plus d'un millier de pages. Des pages qui touchent parfois au génie littéraire... Des pages qui nous étonnent et nous épatent bien souvent, parfois nous agacent, aussi nous intriguent... Olympos est un sommet de la littérature SF. Un pic dans le genre du space opera. Promesses tenues... Dan Simmons nous livre un roman intelligent, érudit, et brillamment construit, subtil festin de références et de citations. La Grèce à l'âge du futur, pour lecteurs avertis.

Marc ALPOZZO
Première parution : 1/5/2007 dans Galaxies 42
Mise en ligne le : 4/3/2009


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70943 livres, 81371 photos de couvertures, 66138 quatrièmes.
8470 critiques, 38108 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.