Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Héroïne d'un jour

Elizabeth MOON

Titre original : Once a Hero, 1997
Cycle : Heris Serrano  vol. 4

Traduction de Mélanie FAZI
Illustration de Stephan MARTINIÈRE

BRAGELONNE (Paris, France), coll. Science-fiction
Dépôt légal : octobre 2005
Première édition
Roman, 368 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 2-915549-16-8
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Au cours d'une mutinerie, le lieutenant Esmay Suiza s'est retrouvée presque par accident aux commandes d'un vaisseau de guerre et a joué un rôle décisif dans un combat spatial. Lors de son passage en cour martiale, ses supérieurs s'interrogent : comment un officier considéré comme terne et sans histoires a-t-il pu cacher un tel talent pour le commandement ? Esmay elle-même semble la première surprise.
     De retour sur sa planète natale pour échapper au battage médiatique entou­rant le procès, Esmay découvre un mensonge familial qui pourrait expliquer certaines de ses zones d'ombre. Affectée sur un gigantesque vaisseau de maintenance hyperspatial où se trame un complot, elle se voit offrir une nouvelle occasion de prouver ses talents et d'apprendre à les accepter.

     Elizabeth Moon a eu une vie bien remplie. Née en 1945, diplômée en biologie, elle s'engage dans les « Marines » en pleine guerre du Viét-Nam et devient programmatrice. Plus tard, elle travaille comme assistante para­médicale, puis conseillère municipale. Enfin, elle se lance dans la Fantasy, puis dans la SF, et rencontre un succès étourdissant, dans la lignée des Miles Vorkosigan de Lois McMaster Bujold ou des Honor Harrington de David Weber. Héroïne d'un jour est un roman autonome, bonne occasion d'embarquer immédiatement !
Critiques
     Esmay Suiza est une héroïne bien malgré elle. Venue d'une planète rurale aux coutumes patriarcales, elle a intégré les FSM (Forces Spatiales de Métier) pour échapper à ce monde et à ses cauchemars personnels. On apprend en effet après quelques chapitres qu'enfant, la jeune femme a été violée et que sa famille le lui a toujours caché. D'où un flagrant complexe d'infériorité. C'est pourtant bien elle qui parvient à dénouer un complot à bord d'un vaisseau de guerre, prenant la tête d'une mutinerie et démasquant les traîtres. Ainsi sauve-t-elle la très célèbre Heris Serrano (qui fait l'objet d'une trilogie du même auteur). Mais nous ne sommes pas dans un livre de Boris Cyrulnick, et le vilain petit canard est affecté sur un gigantesque vaisseau de maintenance, le Koskiusko, au service Coque et Architecture, autant dire le trente-sixième dessous. Elle continue pourtant à garder la tête haute, exécutant le moindre petit boulot avec la plus diligente obéissance. Mais surtout pas d'initiative, surtout ne pas se faire remarquer. Malheureusement pour elle (et heureusement pour le lecteur), la Horde Sanguinaire parvient à introduire le vaisseau et à y semer la panique. La demoiselle va devoir à nouveau faire preuve de ses talents refoulés.

     Ce livre est loin d'être un des plus gros des éditions Bragelonne mais il parvient quand même à être un peu long. L'héroïne passe d'abord en cour martiale puis rentre sur sa planète où elle découvre la vérité sur son passé. Lorsqu'elle rejoint la Flotte (page 115), aucune intrigue n'est encore dessinée, hormis un groupe infiltré dans le Koskiusko chargé de saboter le mécanisme d'autodestruction du vaisseau. Puis elle se frotte au personnel, officiers et sous-officiers, se révèle réservée mais efficace, envahie par ses cauchemars et attirée par le cousin du grand chef, un autre Serrano. Une amourette se dessine. Quand la Horde pointe enfin le nez, on soupire de soulagement : il va enfin se passer quelque chose (vers la page 200). Et effectivement, le récit des combats est bien mené, sanglant, cruel, efficace. Un modèle du genre, quand on aime les méchants vraiment méchants et les gentils qui s'en tirent. On s'étonnera tout de même d'une certaine naïveté des officiers supérieurs et de leur inaptitude crasse au combat.

     Bref, pas de quoi se péter les neurones, l'équilibre entre la trame psychologique et l'action n'étant pas atteint. Les grosses ficelles de la psychanalyse sont convoquées en ultime recours explicatif, achevant à la truelle le badigeon psychologique plutôt bien conduit jusque-là. Restent le divertissement, la fluidité de l'écriture et la simplicité psychologique des personnages secondaires qui font de ce one shot un vite lu, vite oublié, mais après tout pourquoi pas, les livres sont aussi là pour ça...

Sandrine BRUGOT MAILLARD
Première parution : 1/4/2006 dans Galaxies 39
Mise en ligne le : 4/2/2009

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 74061 livres, 81939 photos de couvertures, 69663 quatrièmes.
8527 critiques, 40052 intervenant·e·s, 1540 photographies, 3735 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.