Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Spectres

Dean R. KOONTZ

Titre original : Phantoms, 1983
Première parution : Putnam, 1983

Traduction de Jacqueline LAHANA
Illustration de Don BRAUTIGAM

J'AI LU (Paris, France), coll. Épouvante n° 1963
Dépôt légal : février 1994, Achevé d'imprimer : 14 février 1994
Roman, 416 pages, catégorie / prix : 6
ISBN : 2-277-21963-0
Format : 11,0 x 16,5 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Dean R. Koontz
     Né en 1945, il vit en Californie avec sa femme Gerda. Il est l'auteur de plus de cinquante romans parus sous différents pseudonymes et traduits en seize langues. Pendant douze ans, il a écrit onze heures par jours, sept jours sur sept. Maintenant qu'il est célèbre dans le monde entier, il se limite à un livre par an et s'accorde un jour de congé par semaine !
 
     Dès leur arrivée dans Snowfield, petite station de montagne sans histoires, Jenny et sa jeune sœur Lisa ont ressenti une impression de calme étrange, surnaturel.
     Le premier cadavre qu'elles découvrent dans la maison, c'est celui de Hilda, la femme de ménage. Les yeux exorbités d'horreur, figée dans un cri, la chair noire et boursouflée. La demeure voisine est déserte, le souper encore chaud sur la table, la chaîne stéréo jouant une symphonie de Beethoven...
     Terrorisées, les deux jeunes femmes se précipitent à la boulangerie pour y chercher du secours : sur le comptoir, deux mains tiennent les extrémités d'un rouleau à pâtisserie. Deux mains humaines tranchées.
     Un frisson glacé parcourt la nuque de Jenny et de Lisa. Tapi dans l'obscurité, quelqu'un ou quelque chose les épie.

    Sommaire    
1 - Dean R. KOONTZ & Jacqueline LAHANA, Note au lecteur, pages 413 à 413, notes

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
Phantoms , 1998, Joe Chappelle
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition J'AI LU, Épouvante (1986)


 
     Les Éditions J'ai Lu viennent de lancer une nouvelle collection, intitulée Épouvante, et nous offre pour débuter quatre titres dont Spectres de Dean R. Koontz, sans doute le meilleur volume de cette première livraison.
     Contrairement à certains romans, où l'action se met lentement en place par petites touches successives, ceux de Stephen King par exemple, Spectres entre immédiatement dans le sujet en accumulant, dès le premier chapitre, des scènes fortes (découverte et descriptions minutieuses de cadavre, présence d'un ennemi invisible redoutable...). Mais l'inquiétude naît également du mystère qui entoure ces morts — de quelle manière ont-ils été tués ? — et de l'ampleur du drame — tous les habitants de la petite station de Snowfield ont été assassinés en quelques minutes.
     Malgré un délayage évident de la part de l'auteur — l'intrigue aurait gagné à être resserrée et non dispersée comme c'est le cas pour plusieurs passages peu utiles aux développements ultérieurs — et un manichéisme outrancier, Spectres demeure un bon roman qui vaut surtout par la nature de l'adversaire terrifiant qu'affrontent les différents protagonistes de l'histoire. Un être hors du commun qui n'est pas sans rappeler les créatures du Mythe de Cthulhu, cher à Lovecraft (dans le roman, il est d'ailleurs surnommé « l'ennemi ancien ») et La chose d'un autre monde de J.W. Campbell dont il partage la faculté d'adopter de multiples formes. L'affrontement final est, à cet égard, très réussi.

Elisabeth CAMPOS
Première parution : 1/7/1986
dans Fiction 376
Mise en ligne le : 12/10/2008


 

Edition POCKET, Terreur (1999)


     Un soir, la tranquille petite ville de Snowfield est plongée dans l'horreur : ses habitants ont disparu ou sont morts, assassinés avec une perverse imagination dans la mise en scène macabre. Les animaux sont également absents. Des voix enfantines chantonnent des menaces au téléphone. Des papillons géants dissolvent le crâne des policiers dépêchés sur les lieux par une femme médecin qui revenait chez elle avec sa petite sœur.
     Le shérif est rapidement dépassé par la situation, de même que les militaires venus à la rescousse. Les événements les plus inimaginables se succèdent, ponctués par des décès atroces. Ce qui rôde à Snowfield est protéiforme, gigantesque, d'une puissance inimaginable, d'une cruauté sans borne et se présente avec des noms sataniques.
     La première version de Spectres inaugurait, il y a treize ans, la collection Épouvante chez J'ai lu. Cette nouvelle édition revue et corrigée par l'auteur compte une centaine de pages supplémentaires et n'échappe pas, de fait, à certaines longueurs. Koontz a amélioré le suspense de quelques passages, approfondi la psychologie de certains personnages et actualisé les détails scientifiques relatifs à la génétique. La naissance de Dolly n'est probablement pas étrangère à cette révision.
     Spectres reste en tout cas un Koontz d'un excellent niveau, équivalent au Ça de Stephen King pour ce qui est des manifestations incompréhensibles liées à un phénomène protéiforrne qui dépasse les humains.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/4/1999
dans Ténèbres 6
Mise en ligne le : 1/11/2003




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69636 livres, 78450 photos de couvertures, 64747 quatrièmes.
8417 critiques, 36952 intervenant·e·s, 1478 photographies, 3711 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.