Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Coalescence

Stephen BAXTER

Titre original : Coalescent, 2003

Cycle : Les Enfants de la destinée vol. 1 

Traduction de Dominique HAAS
Illustration de Gandee VASAN

PRESSES DE LA CITÉ (Paris, France)
Dépôt légal : mai 2006
540 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 2-258-06687-5   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     En Angleterre, à notre époque, George Poole, quarante-cinq ans, divorcé sans enfant, informaticien sans grand avenir, vit et travaille à Londres. En rentrant à Manchester pour l'enterrement de son père, il découvre un secret de famille : il a une sœur jumelle, Rosa, qui a « disparu » alors qu'ils avaient trois ans.
     Ses recherches sur cette mystérieuse sœur l'amènent à Rome, où Rosa a été élevée par une étrange institution, l'Ordre de Sainte Marie Reine des Vierges, fondé au début de l'ère chrétienne. George, qui soupçonnait une sorte de secte, découvre moins une religion qu'un nouveau mode de vie destiné à changer fondamentalement la nature humaine.
     Mais, pour lui, les surprises ne font que commencer...
     Dans ce premier volet d'une ambitieuse trilogie intitulée « Les Enfants de la destinée », Stephen Baxter, salué comme le digne successeur du grand H. G. Wells, aborde les différentes évolutions possibles de l'humanité. Un époustouflant roman de science-fiction, qui réussit tout à la fois à décrire avec un réalisme impressionnant la décadence de l'Empire romain et, via un saut temporel singulièrement hardi, à la relier à l'époque actuelle.

     Né en 1957, Stephen Baxter a toujours été fasciné par l'évolution de l'humanité, qu'elle soit passée ou à venir. Son roman précédent, intitulé justement Evolution, a été salué comme un chef-d'œuvre absolu par la presse spécialisée, qu'elle soit anglo-saxonne ou française.
 
    Critiques    
     De nos jours. A la mort de son père, George Poole, informaticien londonien, apprend qu'il aurait eu une sœur jumelle. Cherchant à résoudre ce secret familial, sur lequel sa sœur aînée, Regina, expatriée aux Etats-Unis, refuse de se répandre, il se lance sur la piste de l'Ordre de Sainte Marie Reine des Vierges, une institution basée à Rome, spécialisée dans la généalogie, aidé par Peter, un ancien camarade d'école qui élabore des idées bizarres sur la nature de l'univers, la mécanique quantique ou sur l'Anomalie de Kuiper, l'étrange lumière récemment apparue dans la ceinture d'astéroïdes.
     Sous la domination romaine, Regina, fille de dignitaires occupant la Bretagne, voit son univers se délabrer : sa famille dispersée ou décimée en peu de temps, elle est hébergée par la famille de son esclave affranchie, laquelle essuie à son tour des revers et fuit devant les invasions barbares. Malgré la série de malheurs qui l'accablent, Regina, au fort instinct de survie, se fraie un chemin dans la vie, jusqu'à intégrer, à Rome, une communauté féminine, qu'elle va faire évoluer pour assurer à sa descendance un havre de paix. Dans les catacombes transformées en abri inviolable, les femmes de l'Ordre de Sainte Marie prospèrent à l'écart de la folie du monde.
     De nos jours encore, Lucia, élevée dans l'Ordre, est effrayée par le destin qui l'attend car elle est capable, au contraire de ses sœurs stériles, de concevoir des enfants d'une façon non orthodoxe.

     Ces trois récits entrelacés forment une fascinante intrigue qui permet à Stephen Baxter de se pencher, une fois de plus, sur le thème de l'évolution. Ici, il développe le concept d'émergence en étudiant la façon dont un agrégat d'actions isolées, une coalescence, se transforme en structure : c'est l'embouteillage automobile résultant de décisions individuelles prises dans l'ignorance, c'est la ville adoptant sa physionomie avec ses rues commerçantes et ses quartiers insalubres, ou encore une mosaïque d'activités comme le transport de marchandises, les services de voirie ou de sécurité débouchant sur un système autonome, une société qui perdure malgré les actions des dirigeants à leur tête. C'est la ruche, où l'individu, dont le rôle est permutable, n'a pas de vision globale du système. Par sa perfection même, cette eusocialité figée est une impasse évolutive.

     La démonstration qu'en fait Baxter à travers son roman est aussi implacable que vertigineuse. Il la poursuit même vingt mille ans dans l'avenir, dans une conclusion opposant l'Expansion à la Coalescence. Et par une de ces acrobaties intellectuelles dont il a le secret, l'auteur parvient à relier son propos à la manipulation de l'espace-temps par un générateur de trou noir et à l'Anomalie de Kuiper qui pourrait bien se révéler être une menace pour l'évolution de l'humanité... dans un volume à venir.

     On a du mal à apparenter ce roman à de la science-fiction tant l'essentiel du récit, alternativement conté sur le mode du thriller ou de l'épopée romanesque, est faible en éléments permettant de le reconnaître pour tel. Les révélations entraînant ces puissantes spéculations n'interviennent qu'en fin de volume, après que Poole est parvenu au terme de sa passionnante enquête et que le récit de Regina, superbe reconstitution historique de la décadence romaine, s'achève, et juste avant de conclure de façon magistrale ce fascinant opus. Baxter est si stimulant intellectuellement que personne n'a plus honte, grâce à lui, de lire de la science-fiction ; on aurait plutôt honte d'avouer qu'on n'a pas encore lu Baxter. Magistral.

Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/7/2006 dans Bifrost 43
Mise en ligne le : 19/9/2007


     Ce roman, ouvrant une nouvelle trilogie SF de Stephen Baxter, peut surprendre les lecteurs plus familiers de ses épopées spatiales ou de ses spéculations sur l'évolution, car à première vue, il s'agit d'un thriller sur fond de conspiration millénaire qui ne déplairait pas aux amateurs de Dan Brown. Mais les choses prennent vite une envergure qui dépasse largement le cadre d'un vulgaire complot politico-religieux, et certains indices font croire que les prochains tomes se développeront sur une échelle plus grande encore.

     Pour le moment, nous avons le cas de George Poole (ce nom de famille mettra sans doute déjà la puce à l'oreille aux plus avertis de l'œuvre de Baxter...), informaticien quadragénaire vivant en Angleterre à notre époque, divorcé, sans enfant, et à vrai dire, sans point d'ancrage dans la vie. En rangeant les affaires de son père, récemment décédé à Manchester, Poole tombe sur les traces d'un secret dans sa famille : il aurait une sœur jumelle, Rosa, dont il ignorait l'existence car elle fut séparée du foyer paternel à l'âge de trois ans. Perplexe, il finit par découvrir que Rosa a été envoyée à Rome pour être élevée par un mystérieux Ordre de Sainte Marie Reine des Vierges. À part ses activités éducatives, cette organisation semble se dédier principalement aux recherches généalogiques, mais Poole craint que tout cela ne cache des fins plus sectaires. Il rencontre aussi un certain Peter McLachlan, ami d'enfance devenu membre du « Slan(t) », une communauté d'internautes fascinés par l'Anomalie de Kuiper qui vient d'être détectée aux confins du système solaire, ainsi que par d'autres phénomènes astrophysiques bizarres. McLachlan s'intéresse à l'enquête de Poole et pousse ce dernier à faire une visite à Rome pour essayer de rencontrer Rosa.

     Pendant qu'il suit ces pistes, Baxter nous raconte également par chapitres intercalés l'histoire de Regina, ancêtre de la famille Poole. Fille d'aristocrates habitant au sud-ouest de la Britannia romaine (qui deviendra plus tard l'Angleterre) au début du Ve siècle de l'ère chrétienne, Regina connaîtra bien des péripéties pendant l'effondrement social déclenché par la retraite des forces impériales et le début des incursions barbares. Livrée à elle-même après le suicide de son père, la fuite de sa mère à Rome et la mort de son grand-père soldat défendant le Mur d'Hadrien, Regina deviendra le chef d'une petite bande de survivants fuyant devant les ravages des Saxons, cherchant à tout prix à préserver quelques bribes du savoir et de la culture en attendant un « retour à la normale » de plus en plus hypothétique. Au cours des décennies, sa quête d'un environnement stable et civilisé pour elle et sa descendance tourne à l'obsession. Malgré les nobles efforts de quelques seigneurs de guerre pour résister à l'avance saxonne, Regina sait qu'il n'y a aucun havre sûr dans son propre pays. Comme tous les chemins y mènent encore, elle prend un bateau pour Rome, accompagnée par sa fille. Là-bas, elle rencontre sa mère et d'autres parents qui acceptent de les accueillir. Mais l'Empire romain occidental vit ses derniers jours et sa capitale est à son tour menacée par les forces barbares. Dans cette période de désespoir ultime, au sein d'un Ordre apparemment chrétien mais de nature singulière, Regina et sa famille vont jeter les bases d'un nouveau mode de vie qui les mettra définitivement à l'abri des affres de l'Histoire. Mais après 1500 ans d'évolution à part, fait-on toujours partie de l'espèce humaine ?

     Ce roman fournit maints plaisirs au lecteur : une intrigue rondement menée, des personnages surprenants (voire parfois... légendaires) mais crédibles, le tout dans une vaste fresque historique dépeinte dans le style hyper-réaliste caractéristique de cet auteur, avec une richesse dans les détails et un sens aigu de la façon dont la technologie et l'organisation sociale, la culture et la biologie, sont étroitement imbriquées. On ne doit pas oublier non plus que ce livre s'insère dans une trilogie (les tomes suivants sont intitulés Exultant et Transcendent en anglais, avec en prime un recueil de nouvelles qui s'y rattachent : Resplendent), qui elle-même fait partie du cycle « Xeelee », une immense « histoire du futur » dont les autres épisodes (Raft, Timelike Infinity, Flux et Ring, plus un recueil, Vacuum Diagrams) restent inédits en langue française. La plupart des critiques anglo-saxons le mettent déjà au même rang que les grandes œuvres d'Asimov, Heinlein et Stapledon. On ignore si l'éditeur français se limitera à traduire les trois romans des Enfants de la destinée ou bien publiera l'intégralité du cycle, mais saluons le fait que les lecteurs français auront enfin accès à une partie au moins de cet opus magnum de Stephen Baxter.

Tom CLEGG (lui écrire)
Première parution : 1/5/2007 dans Galaxies 42
Mise en ligne le : 25/2/2009


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66519 livres, 67224 photos de couvertures, 61372 quatrièmes.
8090 critiques, 36385 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.