Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Clairvoyante

Glenda LARKE

Titre original : The Aware, 2003

Cycle : Îles Glorieuses (trilogie des) vol.

Traduction de Mélanie FAZI
Illustration de Arnaud CREMET

J'AI LU (Paris, France), coll. Grand format
Dépôt légal : décembre 2007
352 pages, catégorie / prix : 21,50 €
ISBN : 978-2-290-00572-9
Format : 15 x 23 cm  
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     Braise Sangmêlé s'était juré de ne jamais remettre les pieds à la Pointe-de-Gorth, repaire de tout ce que les îles Glorieuses comptent de désespérés, de trafiquants, d'escrocs et de criminels sans foi ni loi prêts à tuer père et mère pour quelques setus ou une choppe de bineille. Mais les Vigiles, qui règnent en maîtres sur l'archipel, ne l'entendent pas de cette oreille. Braise est la seule à pouvoir mener à bien une mission délicate pour leur compte : ramener le plus discrètement possible la castenelle de Cirkase en fuite. Et on ne lui demande pas son avis.
     Mais à peine débarquée, braise se rend compte que quelque chose ne tourne pas rond : son enquête se heurte au mutisme des matelots et une odeur inquiétante de magie carmine semble s'attacher au moindre de ses pas. Car en plus d'être une combattante hors pair, armée d'une épée aux proportions exceptionnelles, Braise Sangmêlé possède le don de Clairvoyance qui lui permet de sentir la magie à l'œuvre. Quoique pratique, ce talent fait d'elle une cible de choix pour les sorciers de tout poil qui n'apprécient guère qu'on se mêlent de leurs projets de domination du monde.
     Bref, Braise s'est encore mise dans de sales draps.

     « Une série passionnante, réaliste et pleine d'esprit. »
Trudi Canavan

     Glenda Larke. Elle est née au pays des kangourous mais vit en Malaisie. Bien plus ambitieuse qu'elle n'y paraît de prime abord, la trilogie des îles Glorieuses l'a consacrée comme une des étoiles montantes de la fantasy des antipodes.
 
    Critiques    
     Après avoir publié son premier roman sous son nom de femme mariée, Glenda Noramly (Havenstar, 1998), c'est en 2003 que l'australienne Glenda Larke publie le premier volume de sa trilogie des « Îles Glorieuses » (suivie depuis par une autre trilogie, « The Mirage Makers »). Deux cycles qui, il faut bien le reconnaître, n'ont guère déchaîné les foules. Ni celle des lecteurs, ni celle des journalistes.

     Si je reproduis ci-après le début de la quatrième de couverture de Clairvoyante, ce n'est point par paresse, mais tout simplement parce que ce texte de présentation donne une bonne idée de l'ouvrage :

     « Braise Sangmêlé s'était juré de ne jamais remettre les pieds à la Pointe-de-Gorth, repaire de tout ce que les Îles Glorieuses comptent de désespérés, de trafiquants, d'escrocs et de criminels sans foi ni loi prêts à tuer père et mère pour quelques setus ou une choppe de bineille. Mais les Vigiles, qui règnent en maître sur l'archipel, ne l'entendent pas de cette oreille. Braise est la seule à pouvoir mener à bien une mission délicate pour leur compte : ramener le plus discrètement possible la Castenelle de Cirkase en fuite. Et on ne lui demande pas son avis. »

     Une magicienne en mission, une noble femme disparue, un méchant magicien, un bel homme de foi... Le terrain est connu. Connu. Connu. Et les rares secrets seront bien vite éventés. Tant et si bien qu'on s'ennuie ferme. Le tout est maîtrisé, correctement écrit, bien foutu, bien traduit (encore que l'emploi de la première personne du passé simple, à la place du passé composé, peut poser problème), mais au final, c'est propre, fleuri, professionnel (comme le carrelage de salle de bain de Tante Edna). Et ce n'est pas un ou deux passages convenus dans les bordels des Îles Glorieuses qui changent foncièrement la donne. C'est du sous-Robin Hobb, jamais scandaleux, jamais mauvais — professionnel, vous dis-je... Voilà un livre qui, une fois la dernière page tournée, évoque ces vieux westerns où, après une journée de chevauchée dans le désert et l'échange de plomb chaud contre quelques volées de flèches, de bons sudistes descendent de cheval en pantalon et chemise parfaitement repassés, sans tache, ni auréole sous les bras.

     Sergio Leone, Sam Peckinpah et Clint Eastwood n'ont eu de cesse de révolutionner le western. Il serait bon qu'un trio de cette envergure s'attaque à la fantasy.

Thomas DAY
Première parution : 1/7/2008 dans Bifrost 51
Mise en ligne le : 19/9/2010


 

Dans la nooSFere : 62614 livres, 58821 photos de couvertures, 57103 quatrièmes.
7958 critiques, 34338 intervenant·e·s, 1333 photographies, 3654 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.