Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Dernier testament

Philip LE ROY



Illustration de ZEFA

AU DIABLE VAUVERT (Vauvert, France) n° (31)
Dépôt légal : janvier 2005
700 pages, catégorie / prix : 23 €
ISBN : 2-84626-075-3   

Photo de couverture (c) Zéfa.



    Quatrième de couverture    
     Né en 1962 à Toulouse, influencé par Hitchcock, Kubrick, De Palma et Tarantino, initié aux arts martiaux et bassiste rock à ses heures, Philip Le Roy vit à Vence. Après deux premiers polars coup de poing, il emprunte ici la voie du samouraï pour enquêter sur la mort, forcer les portes du Vatican et s'imposer comme une des révélations françaises du thriller !

     Judée, en 70 après J.-C. : Yehoshua Ben Yossef enterre son testament.
     Fairbanks, de nos jours : une équipe de scientifiques, travaillant sur le mystérieux projet Lazare, est massacrée dans un laboratoire clandestin de recherche clinique. Parmi les victimes, deux prix Nobel de médecine, un agent du FBI et un cobaye humain dont l'autopsie révèle qu'il était déjà mort. Bientôt des créatures monstrueuses rôdent par moins quarante autour de la ville... Le FBI rappelle alors Nathan Love, crack du profiling rompu aux arts martiaux et adepte du zen, qui vit reclus depuis le meurtre de sa femme.
     Faisant équipe avec une Esquimaude, Nathan va enquêter sur une série de meurtres de plus en plus violents de l'Alaska à la Californie, de l'Europe aux Philippines et des plus hautes officines secrètes du pouvoir américain jusqu'au Vatican... pour lever le voile sur l'un des secrets les mieux gardés de l'humanité : le testament de Yehoshua Ben Yossef, dit Jésus.
 
    Critiques    
     Massacre dans un laboratoire, à Fairbanks, Alaska. Deux prix Nobel, une infirmière, un cobaye humain, quatre rats et un agent du FBI ont été liquidés. L'enquête entraîne le lecteur au long d'un labyrinthe de trajectoires qui se mêlent et se confondent (où il croise mafias, sectes, officines paragouvernementales, tueurs psychopathes et chasseurs de primes), en quête des tenants et des aboutissants de ce projet Lazare, dont les enjeux, au-delà du désir humain, trop humain, d'immortalité, tutoient tantôt l'au-delà et ses mystères, tantôt le cynisme le plus vulgaire, la volonté de puissance la plus dénaturée.

     Thriller biblique imbibé d'adrénaline (un cocktail détonant de courses poursuites tout autour de la planète, de fusillades et d'explosions, de combats droit sortis d'un Wu Xia Pian hongkongais), Le Dernier Testament surfe sans complexe — ou sans scrupule, suivant qu'on affectionne ou qu'on dédaigne le genre — sur l'air du temps. Son personnage central semble même combiner en lui un certain nombre de poncifs... Ancien profiler retiré du monde après l'assassinat particulièrement ignoble de sa femme, Nathan Love accepte pourtant de revenir parmi les hommes, tel Zarathoustra descendu de sa montagne. Quitter l'œil du cyclone pour regagner un univers d'illusions, de bruit et de fureur. Une résurrection, en quelque sorte. Adepte du za-zen, pratiquant particulièrement doué de l'aïkido, gros consommateur d'aphorismes orientaux et de Coca-Cola (sans doute pour le sucre), Love est un avatar du surhomme nietzschéen, qui n'est aucun homme et les est tous. Il a jeté son ego aux orties et avance dans l'enquête en passant d'une personnalité à l'autre, comme on change de chemise. Pour retrouver l'assassin de son meilleur ami ? À moins que ce ne soit pour revoir les démons et les merveilles du monde, une dernière fois, avant de réconcilier en lui le Christ et l'Antéchrist, à l'instar du prophète de Gibran. Et c'est ce personnage, à la recherche de lui-même, en définitive, qui donne au livre la profondeur dont manque trop souvent cette littérature de suspense et d'action.

     Une révélation, sulfureuse mais très zen, attend le lecteur in fine. En d'autres temps, elle aurait probablement déclenché les fureurs de certaines ligues zélées...

     Un livre captivant et souvent surprenant, où Le Roy a mis beaucoup de lui-même.

Jonas LENN
Première parution : 1/6/2005 dans Galaxies 37
Mise en ligne le : 26/1/2009


 

Dans la nooSFere : 61962 livres, 57422 photos de couvertures, 56352 quatrièmes.
7958 critiques, 33878 intervenant·e·s, 1281 photographies, 3649 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.