Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Peter & Max

Bill WILLINGHAM

Titre original : Peter & Max: A Fables Novel, 2009

Cycle : Fables vol. 1

Traduction de Maxime LE DAIN
Illustration de Daniel DOS SANTOS
Illustrations intérieures de Steve LEIALOHA

BRAGELONNE (Paris, France)
Dépôt légal : novembre 2010
Première édition
Roman, 360 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-35294-439-3   
Genre : Fantasy



    Quatrième de couverture    
     « Les fans retrouveront le charme et l'humour de Fables. Willingham a su rester fidèle aux frères Grimm : son roman est sombre, rythmé, efficace et divertissant. »
Publishers Weekly

Le premier roman dans l'univers de Fables, la série de comics
récompensée par douze Eisner Awards

     « J'ai reçu cette flûte il y a fort longtemps, de la main tremblante d'un prince mourant qui disait être le dernier de sa race. »

     Givre est la plus puissante des flûtes magiques. Sculptée dans l'os du doigt d'un géant, elle appartient à la famille Piper depuis la nuit des temps et ne doit jamais être perdue, ni volée, ni donnée à qui que ce soit excepté ceux de leur sang.
     Ce trésor va pourtant les déchirer : lorsque la guerre les frappe, Peter Piper et son frère Max fuient dans les profondeurs de la Forêt Noire pour échapper à l'armée de l'Empire et aux gobelins. Mais les forces maléfiques qui rôdent dans l'ombre des arbres vont s'emparer de leurs destins.
     Détrousseur au service du roi, assassin, ménestrel, enquêteur, sorcier, mendiant : la mélodie de la vengeance entraînera Peter et Max dans une course-poursuite depuis les âges sombres des contes jusqu'à notre monde moderne...

     Inclus dans ce volume : Le Prix d'une fin heureuse, le comics inédit qui fait le lien avec la série Fables.

Bill Willingham et Steve Leialoha ont œuvré ensemble à la création
de la formidable série de comics Fables.

    Sommaire    
1 - Steve LEIALOHA & Bill WILLINGHAM, Le Prix d'une fin heureuse, pages 347 à 354, bande dessinée, trad. Maxime LE DAIN
 
    Critiques    
     Après Alan Moore 1 ou Warren Ellis 2, voici un nouveau scénariste de comics qui s’essaye au roman. Mais contrairement aux deux auteurs anglais, Bill Willingham a choisi de placer son récit dans le cadre de sa série fétiche : Fables. Toujours en cours, celle-ci compte aux États-Unis 93 épisodes dont 59 ont été traduits en France (regroupés en 11 tomes). Récompensée par de nombreux Eisner Awards, cette bande dessinée raconte les aventures d’une communauté de personnages de contes (nommés Fables) réfugiés sur notre Terre pour fuir l’invasion de leur monde natal... Si ce point de départ peut paraître enfantin, ou du moins simpliste, l'histoire ne l’est pas du tout. Au contraire. Bill Willingham réussit le défi d'insérer de manière tout à fait convaincante des figures aussi emblématiques que Blanche-neige, le Prince charmant ou encore le Grand Méchant Loup dans notre univers composé de « communs », autrement dit d’hommes sans magie.

     Que les lecteurs ne connaissant pas le cycle originel ne soient pas rebutés : l'intrigue peut être considérée comme un one-shot (pour reprendre un terme propre à la BD) où l'auteur prend le soin d'exposer préalablement les fondements de sa création.

     D'ailleurs, pour aborder ce nouveau mode d’écriture, Bill Willingham a décidé de suivre des personnages absents de sa série graphique : Max, Peter et sa compagne Bo. Le roman commence à New York aujourd’hui, dans la « Ferme » où se rassemblent les Fables non humanoïdes et ceux qui ne souhaitent pas vivre près des communs. À partir de là, le récit emprunte deux fils narratifs parallèles : d'une part l’enquête que mène Peter pour rechercher son aîné, d'autre part la jeunesse des deux garçons dans leur univers originel, le monde de Hesse, jusqu'à la querelle qui les a séparés.

     Basée sur la légende du Joueur de Flûte de Hamelin, le célèbre conte retranscrit par les frères Grimm, l'histoire traite d’oppositions et de jalousie dans une famille de saltimbanques, sur fond d’invasion. On retrouve à l’écrit le même humour et la même « noirceur » que dans la série graphique — quoique le terme de réalisme soit plus adéquat : le texte ne se veut pas violent, sombre ou malfaisant, mais l’auteur n’hésite pas à tuer des personnages considérés comme centraux pour faire avancer son texte. En fait, on peut considérer que toute la dialectique de la série, ce fameux réalisme adulte opposé aux insouciances de l'enfance, trouve sa traduction dans la querelle des deux frères : l’univers des contes n’appartient pas qu’aux seuls enfants et ne s’apparente aucunement à un idyllique « conte de fées » — du reste cette expression témoigne du malentendu puisque les fées, dans le folklore anglais, sont tout sauf de gentils êtres dénués de méchanceté. Au contraire, cet univers doit être interprété à travers un œil moins « naïf », car la dureté des contes reflète les brutales désillusions du passage de l’enfance à l’âge adulte. La naïveté du héros ne pourra survivre face aux dangers que recèle un monde violent, égoïste et cruel.

     Ainsi à travers l’écriture (mélange de second degré et de rudesse) et le scénario (qui joue toujours autant sur les changements de rythme), l’ambiance de Fables se retrouve ici. De plus, bien qu’il ne soit pas le dessinateur attitré des comics, les illustrations de Steve Leahola ajoutent au rapprochement des deux supports (roman et BD). Sa patte apporte un renouveau dans le style graphique tout en collant à l’idée générale et au texte en particulier. En outre, les changements de style, comme autant de modifications du point de vue, n’étant pas inhabituels dans Fables, ce nouveau coup de crayon ne dérangera pas les connaisseurs.

     Le seul petit défaut du livre est d’ordre éditorial, plus précisément lié au calendrier. En effet, même si ce roman peut tout à fait se lire indépendamment, il s’insère quand même dans la série de comics puisqu’on y retrouve certains personnages récurrents et majeurs. Or, dans la chronologie de Fables, cette histoire se glisse après les numéros parus en français... Le doute est permis pour le roman lui-même (bien que clairement situé après l’épisode 50, c’est-à-dire le tome 9), mais pour la BD « qui fait le lien avec la série Fables », le récit se passe après celui du tome 11, le dernier édité en France. Il apparaît donc dommage, même si compréhensible, que la parution du livre n'ait pas été en phase avec celle de la bande dessinée.

     Malgré cette objection, ce roman reste conseillé aux amateurs de la série graphique qui se plairont à en découvrir un autre versant. Les autres y découvriront une fantasy référentielle et proche des contes ainsi qu’une bonne histoire dans un univers tout à fait particulier.


Notes :

1. La Voix du feu aux Moutons Electriques.
2. Artères souterraines au Diable Vauvert.


Gaëtan DRIESSEN
Première parution : 13/12/2010 nooSFere


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70383 livres, 80368 photos de couvertures, 65538 quatrièmes.
8455 critiques, 37619 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3722 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.