Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Un voyage en Arcturus

David LINDSAY

Titre original : A voyage to Arcturus, 1920

Traduction de Claude SAUNIER

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 207
Dépôt légal : août 1975
352 pages, catégorie / prix : 3
ISBN : néant
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Fantasy


Autres éditions
   CALLIDOR, 2019
   DENOËL, 1976 sous le titre Voyage en Arcturus, 1992

    Quatrième de couverture    
     Vous qui cherchez un sens à votre vie, suivez ce gentleman dans sa fusée de cristal : pendant quatre jours et quatre nuits, il va vivre des aventures où le bien, le mal, et surtout les gens qu'il va croiser, l'amèneront peu à peu à la vérité et à l'explication du monde.
 
    Critiques    
 
     Malgré le titre trompeur, ce livre de 1920 n'est pas de la SF : « Il était sur une autre planète, mais cela ne l'émut ni ne l'exalta. Seules comptaient à présent pour lui les idées morales. » (p. 169-170) L'étrange y relève du merveilleux à valeur allégorique, comme ce bateau propulsé par des « pierres-mâles » qui « dévorent les particules féminines s'élevant de la terre ». (p. 279) et sert de cadre à l'itinéraire initiatique d'un personnage appelé Maskull (= « masculin » ?) qui, jonchant sa route des cadavres des hommes et des femmes qu'il rencontre, recherche le vrai dieu entre Spade — vil (« Spade » + « devil » = « bèche-diable » ?), Surtur, Hator (« hâter », celui qui hait ?), Crystalman, Shaping (celui qui donne forme), Faceny, Krag. L'intérêt s'émousse vite, car le décor manque de consistance, les personnages de vie et les épisodes de cohésion ; le style est très didactique et d'un classicisme très rigide (jusqu'à l'alexandrin : « je détruis la nature et j'établis la loi », p. 173). Quant à la pensée — à une époque où D.H. Lawrence ébranlait déjà le victorianisme — elle est carrément rétrograde : la passion de l'homme est « porteuse de honte », l'instinct de la femme « d'obéir à sa destinée » (p. 239) ; et finalement, c'est la douleur qui est divinisée. Encore un beau cadeau de départ de Kanters !

George W. BARLOW
Première parution : 1/5/1976 dans Fiction 269
Mise en ligne le : 1/1/2014


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65123 livres, 63765 photos de couvertures, 59843 quatrièmes.
8086 critiques, 35709 intervenant·e·s, 1419 photographies, 3684 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.