Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Train de la réalité et les morts du général

Roland C. WAGNER



Illustration de LERAF
Illustrations intérieures de LERAF

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne n° (302)
Dépôt légal : février 2012
192 pages, catégorie / prix : 2
ISBN : 978-2-84172-576-2   
Genre : Imaginaire



    Quatrième de couverture    
     « Voilà, ça s’est passé comme ça. La mort du Général.
     Et c’est moi qui étais derrière la mitrailleuse.
     Un grand coup, vraiment.
     Pourquoi on l’a fait ?
     Je dirais parce qu’on s’ennuyait. »

     Dans Le Train de la réalité, Roland C. Wagner poursuit l’expérience littéraire et sociopolitique de Rêves de Gloire. Il nous donne à entendre, là encore, ces gens qui montent dans le « train de l’Histoire » et la font... ou croient la faire.
     Des textes plus expérimentaux, plus violents, plus provocateurs. Des personnages qui affirment tour à tour avoir tué le général de Gaulle... et un philosophe ventre-mou, un espion à la solde de l’URSS libraire à Marseille, une terroriste, un Algérois amateur de rock yougoslave, un barjot, un rockeur.

    Prix obtenus    
Bob Morane, nouvelle / Short story, 2013
 
    Critiques    
 
     L'année dernière paraissait Rêves de gloire (chroniqué par Olivier Legendre dans le Bifrost 63), lourd pavé de près de six cent pages accouché au terme d'une gestation douloureuse de quelques décennies. Une uchronie, si l'on s'en tient à la classification orthodoxe, mais une acception trop restrictive puisque Roland C. Wagner y laissait infuser quelques-unes de ses passions. Science-fiction, contre-culture, histoire du rock et physique quantique ; l'objet proposait un cocktail roboratif, entre érudition et spéculation, ne paraissant à aucun moment indigeste.
     Le Train de la réalité plonge à nouveau le lecteur au cœur de ces années, ces cinquante ans où la jeunesse, la musique et la drogue ont tenté de remodeler le monde dans un sens plus utopique, plus généreux, alimentant une chronique historique différente, mais au final pas si éloignée de la nôtre.
     Fort heureusement, Wagner ne se contente pas d'une simple redite en recyclant des chutes de son univers. Bien au contraire, il creuse son sillon, poussant un cran plus loin encore l'expérimentation. Ainsi, Le Train de la réalité n'apparaît pas comme un roman. Il n'est pas davantage un recueil de nouvelles. On se trouve en fait devant un hybride, une sorte de collage prémédité où des fragments de récit entrent en résonance les uns avec les autres et où la petite histoire alimente la Grande. En somme, un texte choral, voire quantique, où la divergence des points de vue et des formats communie autour de la thématique de la multiplicité : multiplicité des acteurs historiques et multiplicité de l'Histoire. De quoi défriser la barbe du plus orthodoxe historien marxiste.
     Avec Le Train de la réalité, Roland C. Wagner file la métaphore ferroviaire. Il multiplie les aiguillages et les stations, entremêlant destins collectifs et itinéraires personnels. A l'image de cette jeune femme, embarquée dans une spirale terroriste, qui finira guillotinée avant le terme naturel de son voyage.
     Agent dormant soviétique amateur de SF, philosophe existentialiste, dernier punk d'Alger, rockeur à la fois partout et nulle part, comme contaminé par une variété de transparence, jeune homme à la personnalité explosée par la drogue, tous passent par le confessionnal. Tous témoignent dans un registre intime, marqué par un phrasé oral, un parler écrit qui peut certes rebuter, surtout lorsqu'un accent et une tournure argotique déforment leurs mots. Tous exposent leur point de vue sur l'Histoire, avec sincérité, voire truculence, via le filtre de leur propre récit. Ainsi le hors champ devient-il l'objet de l'étude historique. Un récit multiple où les relations de causalité fluctuent au gré des témoins, dans une sorte de déterminisme flou.
     Au final, Roland C. Wagner gagne son pari : nous faire revisiter Rêves de gloire sous une multitude d'angles, un faisceau de probabilités, n'attendant qu'à se réaliser sous la plume de l'historien. Pour toutes ces raisons, Le Train de la réalité s'avère une lecture futée et diablement stimulante. Bref, digne d'être recommandée.

Laurent LELEU
Première parution : 1/7/2012 dans Bifrost 67
Mise en ligne le : 5/12/2015


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65769 livres, 65200 photos de couvertures, 60533 quatrièmes.
8089 critiques, 36062 intervenant·e·s, 1453 photographies, 3688 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.