Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Mimosa

Vincent GESSLER



Illustration de Corinne BILLON

L'ATALANTE (Nantes, France), coll. La Dentelle du Cygne n° (303)
Dépôt légal : février 2012
Roman, 344 pages, catégorie / prix : 4
ISBN : 978-2-84172-577-9   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Qu'ont en commun Lambert Wilson, Adolf Hitler, le docteur Snuggles, Jésus-Christ, Philippe Katerine et James Brown ?
     Ils participent tous à une folle aventure au cœur de Santa Anna, ville emblématique d'un monde devenu végétarien, où la mode est d'être le sosie d'une personne célèbre, réelle ou fictive...
     Sauf Tessa.
     À la tête de l’agence Two Guns Company & Associates, elle enquête sur un mystérieux souvenir enregistré, sans se douter qu’elle va au-devant d’étonnantes révélations sur son passé. En compagnie, bien sûr, d'Ed Harris et de Crocodile Dundee.
     Entre contemplation philosophique et action survoltée, Mimosa nous entraîne dans une saga improbable où se télescopent clones, doubles virtuels, intelligences artificielles, légendes du crime et du cinéma.

     Vincent Gessler, comme dans Cygnis, confronte ses personnages au problème de l’identité et de la mémoire, jouant avec la forme même du roman. Une œuvre surprenante et jubilatoire.
 
    Critiques    
 
     Contre-pied de son précédent roman, le contemplatif et post-apocalyptique Cygnis (critiqué par Sam Lermite dans le Bifrost n°59), Mimosa cueille le lecteur à froid avec un cocktail survitaminé d'action, de violence et d'ironie postmoderne. Un déchaînement pyrotechnique, sonore et technoscientifique, au final très visuel, pour ne pas dire cinématographique au vu des allusions filmographiques et télévisuelles. Mimosa apparaît rapidement comme une succession de fausses pistes, de coups de théâtre, de saillies drolatiques à destination des geeks, de private jokes et de morceaux de bravoure un peu vains quand même. Ça cabotine, ça surjoue avec des gros guns, dans un état d'esprit potache et foutraque que ne désavoueraient pas Vincent Lagaf et Michael Youn.
     Le roman commence sous les auspices du thriller mâtiné de SF. Un associé tué d'une balle dans la tête et un autre interné en centre psychiatrique, l'affaire ne pouvait pas plus mal commencer pour Two Guns Company & Associates, l'agence que Tessa dirige avec des gros flingues. Et comme si cela ne suffisait pas, la police de Santa Anna, en particulier deux flics, sosies de Sean Astin et de Harry « Dirty » Callahan, lui cherche désormais des noises. Tout cela à cause d'un enregistrement mémoriel, seule piste dont elle dispose pour mener l'enquête à son terme. Il en faudrait bien sûr davantage pour décourager Tessa, vraie personne dotée d'une authentique personnalité. Pas le genre à copier un acteur, un chanteur ou toute autre célébrité, comme le font ses concitoyens. Car dans l'univers de Mimosa, copier les choses ou autrui semble être devenu la règle. Copie de viande, de bois et de personnalité. Rien de plus simple puisque la technologie — bio-ingénierie, chirurgie plastique, câblage du système nerveux — permet des miracles.
     Abandonnant le registre du thriller, mais toujours avec des gros flingues (bis), Vincent Gessler opte ensuite pour une intrigue plus intime, focalisée sur la quête d'identité de Tessa. Les certitudes de la jeune femme s'effondrent. Elle, la meneuse d'hommes dont la frêle silhouette cache une condition physique à faire pâlir un marathonien et les ressources d'une machine à tuer. Elle doute d'elle-même... A grand renfort de clones, d'IA et de sosies — Gessler frôle ici l'introspection, flirtant avec quelques pistes de réflexion prometteuses. Pas longtemps. On retourne au charbon, le thriller ayant entretemps mué en affrontement, en conflit généralisé. On se bat à l'arme lourde dans les rues de Santa Anna. On s'entretue, on s'élimine, on s'annihile... Bref, on défouraille dans un déballage de gros flingues (ter). Mais tout ceci n'empêche pas le rythme d'accuser d'importants coups de mou, principalement à cause d'un humour perclus de clins d'œil envahissants. Et la montagne accouche d'une souris que l'on avait vue venir depuis cent pages...
     Au final, sous couvert de réflexion sur l'identité et sur la mémoire, Mimosa s'avère un divertissement anecdotique et dispensable. Un mille-feuilles indigeste contredisant la quatrième de couverture. Mimosa ne joue en effet que de manière superficielle sur la forme du roman. Il joue surtout avec la bienveillance du lecteur. Passons...

Laurent LELEU
Première parution : 1/7/2012 dans Bifrost 67
Mise en ligne le : 5/12/2015


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69411 livres, 77749 photos de couvertures, 64502 quatrièmes.
8384 critiques, 36812 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3710 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.