Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
New Victoria

Lia HABEL

Titre original : Dearly, Departed, 2011

Cycle : New Victoria vol.

Traduction de Audray SORIO

CASTELMORE (Paris, France)
Dépôt légal : août 2012
576 pages, catégorie / prix : 17,20 €
ISBN : 978-2-36231-061-4   

Design de couverture: David Stevenson ; photographies © Michael Frost (personnage) / © Richard Jenkins/Plainpicture (cimetière).


Autres éditions
   BRAGELONNE, 2012
   in New Victoria - l'intégrale, 2014

    Quatrième de couverture    
     L’amour est immortel.

     L’amour ignore les frontières, dit-on. Et celle entre la vie et la mort ?
     Bienvenue à New Victoria, le dernier refuge d’une humanité éreintée par les guerres.
     Les jeunes filles de bonne famille y ont un destin tout tracé : épouser un membre de la haut société et collectionner les robes de bal.

     Nora n’a jamais aimé se plier aux règles, surtout depuis la mort de son père, l’éminent docteur Dearly. Mais rien, dans sa délicate éducation victorienne, ne l’a préparée à un violent kidnapping, ni à survivre dans le camp d’une faction rebelle. Avec l’aide d’un séduisant soldat, elle devra pourtant surmonter ses craintes et ses préjugés pour comprendre la nature du véritable danger qui menace les vivants... comme les morts !
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition BRAGELONNE, (2013)


 
          On ne devrait jamais s'engager à la légère... Quand j'ai choisi ce livre pour fin de critique dans Bifrost, je me suis laissé tenter par la très belle couverture steampunk signée Didier Graffet. Le titre, également, m'attirait : que pouvait donc bien être cette « New Victoria » ? Certes, l'auteure m'était inconnue, mais ça n'en fait pas un motif de méfiance ; j'aurais dû lire la quatrième de couverture...
          Toutefois, une fois les premières pages parcourues, j'avais compris, et m'attendais au pire. Qu'on en juge : une jeune femme, Nora Dearly, qui a perdu son père, vit des relations conflictuelles avec sa tante, cette dernière ayant décidé de lui trouver un bon parti, dans un monde post-apocalyptique où la société a pris des allures néo-victoriennes. Des dirigeables croisent dans le ciel, et les artefacts steampunk côtoient des résidences souterraines où le ciel prend la forme d'écrans à cristaux liquides. Un jour, Nora se trouve confrontée à des zombies, et, de fil en aiguille, se voit propulsée au cœur d'une guerre...
          Vous avez maintenant une petite idée du gloubiboulga que constitue ce livre qui, à trop vouloir mélanger les thèmes, devient une espèce de roman-pudding d'une lourdeur (plus de quatre cents pages serrées, tout de même) et d'une niaiserie incommensurables. Un petit coup d'œil à la quatrième de couverture m'a conforté dans cette impression : « Lia Habel a une vingtaine d'années, [...] elle est fascinée par les monstres depuis sa plus tendre enfance — avec des geeks pour parents. » Parents geeks, si jamais vos enfants veulent un jour embrasser le métier d'écrivain, détournez-les très vite vers des jobs plus à leur mesure, tels ingénieur informaticien ou brasseur de bière !
          Finalement, le principal problème de ce livre, c'est son positionnement. Il s'agit là clairement d'un ouvrage pour jeunes adultes (mais alors très jeunes, et pas trop précoces non plus), ce que confirme une visite au site de l'auteure, intitulé « Zombies are Love » et où Lia Habel se décrit comme « author of young adult fiction ». Du coup, ce roman aurait davantage eu sa place chez Castelmore — label clairement estampillé jeunesse — que Bragelonne. Comment ? Qu'apprends-je ? Ce livre, comme d'autres auparavant, est sorti à la fois chez Castelmore et chez Bragelonne ? Alors là, j'avoue ne plus rien comprendre à la politique éditoriale de certains éditeurs. Je veux bien que certains livres puissent plaire à tous les publics (Gaiman, Connolly), mais cela ne saurait être le cas de New Victoria, romance niaise à l'eau de rose mâtinée de zombies qui, eux, ne sentent pas la rose !

Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/1/2013
Bifrost 69
Mise en ligne le : 11/12/2017




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65131 livres, 63771 photos de couvertures, 59851 quatrièmes.
8087 critiques, 35710 intervenant·e·s, 1419 photographies, 3684 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.