Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Blanc comme un astéroïde

Philippe HEURTEL



Illustration de NOOTILUS

L'OEIL DU SPHINX (ODS) , coll. Les Manuscrits d'Edward Derby (II) n° 12
Dépôt légal : décembre 2011
178 pages, catégorie / prix : 16 €
ISBN : 2-914405-71-5   



    Quatrième de couverture    
     Publiées pour la plupart dans des revues francophones bien connues (Luna Fatalis, Lanfeust, Hors Service, etc.), les nouvelles de Philippe Heurtel rassemblées dans ce recueil réjouiront le lecteur par leur humour toujours un peu décalé, marqué du sceau de la dérision cher à l'auteur, ainsi que de nombreuses références à notre cadre de vie familier. Elles se situent dans la droite ligne de l'esprit de la littérature S-F classique, dans une version mise à jour façon XXIe siècle. L'ombre de l'auteur rôde d'ailleurs souvent parmi ces pages, dans le fauteuil de certain détective, entre autres...
     Philippe Heurtel propose de savoureuses révisions de thèmes connus abordés par de grands auteurs comme Jules Verne, Charles Perrault, ou dans de fameux classiques comme le Nouveau Testament, les films d'horreurs hollywoodiens ou l'histoire des mathématiques. On retrouve également l'univers du Space Opera, dans une version plutôt « brèves de comptoir spatial » et autres galères galactiques, et notamment le capitaine Hamilton et son pilote Murphy à bord du vaisseau Rien ne va plus, toujours en quête d'un fret plus ou moins officiel dans l'espoir de se renflouer.
     Suivons le conseil de Freddy l'illustre griffu noctambule : « Bonne nuit les enfants. Faites de beaux cauchemards ! ».

     Né en 1970, Philippe Heurtel est l'auteur d'une trentaine de nouvelles. Certaines d'entre elles ont été réunies dans le recueil Puzzles, aux Editions de l'Œil Du Sphinx, pour lesquelles il a également dirigé deux anthologies (Rêves d'Altaïr et Maurice Limat, entreprise du rêve). On peut le retrouver sur son site : http ://www.philippe.heurtel.info/

    Sommaire    
 
    Critiques    
     Il y a des écrivains à ce point discrets qu'ils mériteraient des baffes. Philippe Heurtel en fait partie. Voilà plus d'une quinzaine d'années qu'il écrit et publie, souvent dans des supports amateurs aux tirages des plus restreints, et qu'il bâtit au fil des ans une œuvre qui mériterait pourtant une audience bien plus large. Et ce n'est sans doute pas la parution de Blanc comme un astéroïde, son troisième recueil de nouvelles aux confidentielles éditions de L'Œil du Sphinx, qui changera quoi que ce soit à cet état de fait, et il est malheureusement probable que la grande majorité des lecteurs de science-fiction continuera d'ignorer son existence.

     L'autre erreur à ne pas faire à propos de Philippe Heurtel serait de ne voir en lui qu'un écrivain potache, simple auteur de courtes nouvelles à chute plus ou moins rigolote. On trouve certes quelques textes de la sorte au sommaire de ce recueil, mais on y trouve surtout des nouvelles bien plus roboratives et abouties. Des récits humoristiques et satiriques pour la plupart, où l'auteur s'approprie tous les stéréotypes du genre qu'il aborde pour les tourner en dérision avec une inventivité qui fait plaisir à lire. C'est le cas par exemple avec « Objets du désir », première nouvelle du recueil et seul inédit au sommaire, enquête criminelle dans un univers cyberpunk peuplé d'IAs aussi omniprésentes que caractérielles, avec « Les Trois petites victimes et le grand méchant Psyko », situé dans le même univers que son roman Psykoses (éd. Rivière Blanche), qui revisite le conte pour enfants en mode slasher, ou encore avec « L'Affaire Sandra Lion », réécriture des mésaventures de Cendrillon en forme de roman noir. L'exemple le plus farfelu en est sans doute « Achille contre Zénon », histoire de super-héros masqué dans la grande tradition du genre, si ce n'est qu'elle se déroule au temps de la Grèce Antique.

     Bien entendu, lorsqu'on parle de science-fiction humoristique, on ne peut s'empêcher de penser au Galaxy des années 50 et aux grands nouvellistes qui ont fait son heure de gloire, Robert Sheckley en tête. Plusieurs nouvelles au sommaire, parmi les meilleures, se situent dans ce registre, comme « Contre-inférences », qui imagine un monde où les effets précèdent les causes, et pousse cette logique absurde jusque dans ses derniers retranchements, ou « La Question de madame Pandore », variation amusante sur une idée développée autrefois par Clifford D. Simak dans « Le Zèbre poussiéreux ». On rangera dans la même veine les trois derniers textes du recueil, contant les malheurs à répétition de deux contrebandiers de l'espace, Hamilton et Murphy (rebaptisés on ne sait trop pourquoi Williamson et McMurphy dans la dernière nouvelle), doués comme personne pour se trouver au mauvais endroit, au mauvais moment. Tout cela n'a d'autre prétention que de faire rire ou sourire le lecteur, ce qui, l'air de rien, requiert une sacrée dose de finesse et de talent, et dans l'ensemble le contrat est rempli haut la main.

Philippe BOULIER
Première parution : 1/4/2012 dans Bifrost 66
Mise en ligne le : 4/6/2013


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66409 livres, 66993 photos de couvertures, 61248 quatrièmes.
8090 critiques, 36327 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.