Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Cœur d'acier

Brandon SANDERSON

Titre original : Steelheart, 2013
Première parution : New-York, USA : Delacorte Press, 24 septembre 2013

Cycle : Cœur d'acier vol. 1 

Traduction de Mélanie FAZI
Illustration de Mike BRYAN

ORBIT
Dépôt légal : janvier 2014
Première édition
Roman, 336 pages, catégorie / prix : 14,90 €
ISBN : 978-2-3605-1103-7
Format : 15,3 x 23,8 cm  
Genre : Science-Fiction

Illustration de couverture : (c) Mike Bryan / AA Reps Inc. Maquette : Angela Carlino. Adaptation : Iceberg.



    Quatrième de couverture    
On les appelle les Épiques.
II y a dix ans, ils ont été frappés par
un éclair. Depuis ils possèdent
d'incroyables pouvoirs. Mais leurs
intentions ne sont pas bonnes...

     À Newcago, un Épique appelé Cœur d'Acier s'est emparé du pouvoir. On le dit invincible : aucune balle ne peut le blesser, aucune épée trancher sa peau, aucune explosion le détruire. Seuls les Redresseurs, un groupe d'humains ordinaires qui ont consacré leur vie à étudier les Épiques afin de découvrir leur point faible, lui résistent.
     David Charleston a dix-huit ans. Quand Cœur d'Acier est arrivé à Newcago, il a tué son père. Depuis des années, David rêve de se venger, et il possède quelque chose dont les Redresseurs ont besoin... Le jeune homme a vu l'impossible : il a vu saigner Cœur d'Acier.

Le début d'une nouvelle série de
super héros bientôt adaptée au cinéma,
et déjà best-seller aux États-Unis.

« De L'action et du rythme, une imagination
débordante et un impressionnant sens du
rebondissement font de Cœur d'Acier
un véritable page-turner. »
Publishers Weekly
 
    Critiques    

            Changement de registre pour Brandon Sanderson : lui qui était plutôt familier des univers de fantasy s’attaque avec Cœur d’acier au monde des super-héros. Avec, comme on va le voir, un assez fort potentiel d’adaptation cinématographique (les droits du livre furent d’ailleurs acquis un an avant la parution du roman !).

            L’action se déroule à Chicago. Ou plutôt Newcago, puisque la ville a été défigurée à l’arrivée de Cœur d’acier, un super-vilain doté de la capacité de changer en métal tout objet ou chose inanimée… En effet, dix ans avant le début du livre, manquant d’être tué, Cœur d’acier a transformé l’intégralité de Chicago en acier. Alors âgé de huit ans, David Charleston assista à la scène : son père et lui se trouvaient sur les lieux, et c’est d’ailleurs son père qui faillit stopper Cœur d’acier avant que ce dernier ne réplique et l’abatte. David n’a depuis cessé de vouloir venger la mort de son géniteur, amassant toute la documentation possible sur les super-héros. Contrairement aux idées reçues, il sait que Cœur d’acier est vulnérable, puisqu’il l’a vu saigner… Mais il sait aussi que seul, il n’a aucune chance de l’emporter. Aussi décide-t-il de rejoindre les rangs des Redresseurs, les seuls à s’opposer aux super-vilains…

            Le monde créé par Sanderson – et destiné à être exploré par d’autres romans – regorge de mutants aux super-pouvoirs. Mais il semble qu’il ne s’agisse que de super-vilains qui mettent sous coupe réglée les êtres « normaux ». De fait, le parti-pris de l’auteur d’adopter le point de vue des êtres humains coulait de source, une manière astucieuse d’aborder le « genre super-héroïque » : il reste extérieur aux mutants tout en nous montrant en permanence leur potentiel, puisque l’ensemble du décor est la conséquence des pouvoirs de l’un d’entre eux. Les super-vilains ne sont pour autant pas oubliés, ils apparaissent régulièrement, essentiellement dans des scènes de combats extrêmement visuels, et ont une vraie personnalité que Sanderson dépeint avec son professionnalisme habituel (dans l’année qui a précédé Cœur d’acier, il a publié le quatrième tome de « Fils-des-Brumes », un volume de « La Roue du Temps » repris à la mort de Robert Jordan, et le début d’une autre série !). La maîtrise narrative de Sanderson fait d’ailleurs merveille dans ce récit, mené tambour battant de la première à la dernière page, avec ce qu’il faut de rebondissements sciemment distillés et de personnages solidement campés. Bref : un roman qui se lit d’une traite, procure un plaisir largement supérieur à nombre de films de super-héros actuels, et une nouvelle réussite dans l’œuvre de Sanderson. Vivement la suite !


Bruno PARA (lui écrire)
Première parution : 1/4/2014 dans Bifrost 74
Mise en ligne le : 28/3/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70964 livres, 81406 photos de couvertures, 66160 quatrièmes.
8471 critiques, 38117 intervenant·e·s, 1488 photographies, 3725 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.