Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Contacteurs

Christian LÉOURIER

Première parution : Rennes, France : Ad Astra, septembre 2011

Cycle : Lanmeur (omnibus)


Illustration de Tomislav TIKULIN

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 487
Dépôt légal : mai 2014
Recueil de romans, 640 pages, catégorie / prix : F11
ISBN : 978-2-07-045715-1
Format : 10,8 x 17,8 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Quand les hommes de la planète Lanmeur accèdent au voyage spatial, ils ont la surprise de découvrir que d'autres humanités s'épanouissent dans l'univers. Un hasard ? Peut-être pas. Lanmeur lance alors l'idée du Rassemblement et envoie des contacteurs sur ces mondes plus ou moins avancés, avec pour mission de les intégrer à sa propre civilisation. Mais quel projet se cache derrière ces sociétés si différentes ? Qui sont les Rêveurs de l'Irgendwo, auxquels Lanmeur devra tôt ou tard se confronter ?

     Voici le premier tome de l'intégrale des romans constituant Le cycle de Lanmeur, pièce maîtresse de l'œuvre de Christian Léourier et véritable classique de la science-fiction française. La réédition du cycle a été couronnée par le prix spécial du Grand Prix de l'Imaginaire en 2013.

     Christian Léourier naît en 1948. Il publie ses premiers romans aux Éditions Robert Laffont dans la collection « Ailleurs & Demain » (Les montagnes du soleil, La planète inquiète), avant de se faire connaître auprès des jeunes lecteurs avec L'arbre-miroir. Puis il entame, en 1984, la publication de son œuvre majeure : Le cycle de Lanmeur, conclu (provisoirement) en 1994 par La terre de promesse.

    Sommaire    
1 - Ti-Harnog, pages 9 à 268, Roman
2 - L'Homme qui tua l'hiver, pages 269 à 442, Roman
3 - Mille fois mille fleuves..., pages 443 à 600, Roman
4 - L'Origine du genet, pages 603 à 608, Poésie
5 - La Chanson d'Odaïnsaker, pages 609 à 611, Poésie
6 - La Chanson de la perle unique et de l'avare Marchand, pages 612 à 621, Poésie
7 - La Chanson de l'adar et de la jeune fille, pages 622 à 623, Poésie
8 - Myn-Gyffes, pages 624 à 624, Poésie
9 - Talhael, pages 625 à 626, Poésie
10 - Chant de l'origine des Connaisseurs, pages 627 à 629, Poésie
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition AD ASTRA, Ad-Ventures (2012)


     Le monde humain de Lanmeur, qui a développé le voyage spatial, explore l'univers et découvre une étrange constante : de nombreuses planètes sont aussi peuplées d'humains. A cette particularité s'en ajoute une autre : les langues que parlent ces populations montrent des ressemblances, tout comme leurs cultures. Il n'en faut pas plus pour que naisse l'idée du Rassemblement qui doit regrouper sous une même bannière ce qui est peut-être une diaspora, ou peut-être tout autre chose. Mais au fil du temps, l'idéologie du Rassemblement évoluera. Contact, négoce, colonisation ou guerre, quel sera l'instrument de ce processus ?

     Le cycle de « Lanmeur » comprend sept livres publiés par J'ai Lu sur une décennie, de 1984 à 1994. Il s'agit d'une œuvre ambitieuse, ouverte et encore en devenir. Les éditions Ad Astra prévoient de le rééditer en trois volumes, dont le premier, et sans doute le plus imposant, comporte trois romans enrichis d'un matériau dont on reparlera.

     Ti-harnog, qui ouvre cette série, définit le cadre. Twern, un Contacteur, vient d'arriver sur la planète éponyme après un voyage de plusieurs dizaines d'années en hibernation, quand sa navette se trouve détruite. Il survit, nanti du minimum vital, dont une balise pour envoyer ses rapports, mais dépourvu des connaissances locales qu'auraient dû lui apporter ses « abeilles », minisondes d'observation désormais perdues. C'est mal préparé qu'il va devoir affronter un monde nouveau, organisé en castes, préindustriel, dont les humains présentent une particularité biologique qui le marque irrémédiablement comme étranger. Pourtant, aidé de Talhael le Conteur, Twern, bientôt désigné comme Visiteur, va parvenir tant bien que mal à s'intégrer, au prix de maintes pérégrinations, d'une guerre, et d'une découverte qui jettera un voile sur les méthodes de Lanmeur.

     Avec L'Homme qui tua l'hiver, il n'est plus question de simple contact, car, sur Nédim, il y a d'ores et déjà une colonie lanmeurienne, qui coexiste avec les indigènes dans un climat, au sens propre comme au figuré, plutôt difficile. Sous ces conditions, Akrèn parviendra-t-elle à achever la mission qui l'amène, soit exhumer des glaces l'antique cité de Glogeth et percer ses mystères ? Son guide qui prétend tuer l'hiver pour ramener le printemps n'est-il qu'un illuminé, ou la nouvelle incarnation d'un héros mythique ?

     Jusqu'à présent, on adoptait le point de vue lanmeurien, mais Mille fois mille fleuves renverse la perspective. Ynis coule des jours paisibles quand, insigne honneur, elle est choisie pour épouser le Finllion, l'un des nombreux cours d'eau qui irriguent son monde. Mais voilà que Vieux Saumon, dans sa dernière incarnation en date, la convoque, car il désire que « chaque fleuve lui remette le meilleur de lui-même ». Les temps changent, il faut gagner la Cité Secrète, mais ce sera l'occasion pour Ynis de découvrir qui sont ces « hommes oiseaux » au bénéfice desquels ce tribut semble organisé... quitte à trahir son fluvial époux en tombant amoureuse de l'un d'eux.

     Christian Léourier est l'un des secrets les mieux gardés de la SF française. Discret, rare, peu présent dans le milieu, il a pourtant bâti un corpus plus que respectable. La quatrième de couverture de ce pavé (imprimé peut-être un rien trop petit pour un confort de lecture optimal, mais il faut avouer qu'il y a de la matière) invoque Vance et Asimov, mais je lui trouve, pour ma part, d'autres cousinages. Avec Ursula Le Guin d'abord, qui, dans sa saga de l'Ekumen, brasse des préoccupations semblables : l'écologie, la recherche de l'autre, la diversité biologique et culturelle. Avec Poul Anderson ensuite, du fait de l'influence celtique notable qui imprègne ce cycle et du motif de la mise en présence, et de la confrontation, de civilisations qu'un abîme tant idéologique que technologique sépare. Avec Iain M. Banks enfin, car on peut voir dans le Rassemblement, du moins lorsqu'il se présente sous son jour le moins sinistre, une sorte de proto-Culture, même s'il convient de rappeler que notre écrivain a entamé sa propre série trois ans avant la parution originale d'Une forme de guerre. Léourier, surtout, dispose d'un atout majeur dans son style, élégant sans maniérisme, riche sans lourdeur. Si on y ajoute des personnages complexes, une grande inventivité sociétale et un sens de la mesure qui donne des romans concis mais alertes, on ne peut que souhaiter à cette réédition un franc succès.

     Pour conclure, signalons que ce volume comprend également une série de poèmes et de chants excisés de Ti-Harnog lors de sa première publication, un entretien passionnant où l'auteur montre autant d'humilité que d'intelligence, et une bibliographie.

Pierre-Paul DURASTANTI (lui écrire)
Première parution : 1/1/2012
dans Bifrost 65
Mise en ligne le : 5/3/2013




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68119 livres, 71495 photos de couvertures, 63081 quatrièmes.
8160 critiques, 36306 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.