Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Foyer Sainte-Lucie pour jeunes filles élevées par les loups

Karen RUSSELL

Titre original : St. Lucy's Home for Girls Raised by Wolves, 2006

Traduction de Valérie MALFOY

ALBIN MICHEL (Paris, France), coll. Terres d'Amérique
Dépôt légal : mars 2014
Première édition
Recueil de nouvelles, 272 pages, catégorie / prix : 20 €
ISBN : 978-2-226-25608-9
Format : 14,0 x 20,5 cm  



    Quatrième de couverture    
     Un imaginaire digne de Lewis Carroll et de Stephen King doublé d’une énergie littéraire débordante : maître en matière de style et d’invention, virtuose du bizarre, Karen Russell, l’auteur de Swamplandia, finaliste du Prix Pulitzer, a su créer un univers singulier, où l’on croise des enfants terribles et des monstres tendres.
     Qu’est-ce que grandir et devenir adulte ?
     Ces dix nouvelles aux allures de contes fantastiques explorent la question. Les héros en sont de drôles d’animaux : des jeunes filles élevées par des loups-garous (et rééduquées par des religieuses), un astronome amateur qui étudie la délinquance estivale, deux gamins à la recherche du fantôme de leur sœur...
     Comme un défi au renoncement, la plume virevoltante de Karen Russell exalte la part d’animalité, d’innocence et de folie qui fut, ou demeure, en chacun de nous.

     « La jeune prodige des lettres américaines se révèle une éminente exploratrice des recoins les plus sombres et les plus dérangeants... Dix récits inoubliables, délicieusement délirants. » Elle USA

    Sommaire    
1 - Accident Brief, Occurrence # 00/442 (Accident Brief, Occurrence # 00/442), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
2 - Ava Wrestles the Alligator (Ava Wrestles the Alligator), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
3 - Foyer Sainte-Lucie pour jeunes filles élevées par les loups (St. Lucy's Home for Girls Raised by Wolves), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
4 - From Children's Reminiscences of the Westward Migration (From Children's Reminiscences of the Westward Migration), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
5 - Haunting Olivia (Haunting Olivia), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
6 - Lady Yeti and the Palace of Artificial Snows (Lady Yeti and the Palace of Artificial Snows), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
7 - Out to Sea (Out to Sea), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
8 - The City of Shells (The City of Shells), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
9 - The Star-Gazer's Log of Summer-Time Crime (The Star-Gazer's Log of Summer-Time Crime), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
10 - Z.Z.'s Sleep-Away Camp for Disordered Dreamers (Z.Z.'s Sleep-Away Camp for Disordered Dreamers), nouvelle, trad. Valérie MALFOY
 
    Critiques    

            Voici un recueil de neuf (et non pas dix, contrairement à ce qu’indique l’éditeur) nouvelles des plus étranges. Des textes inclassables qui n’auraient pas déparé la rubrique « Insolite » de feue la revue Fiction. Un vrai bazar du bizarre…

            La quatrième de couverture évoque un imaginaire digne de Lewis Carroll et de Stephen King. S’il est explicitement fait allusion à Lewis Carroll page 153 : « Ce n’est pas précisément un trou de lapin où dégringoler par inadvertance », c’est la mise en scène récurrente d’ados ou d’enfants qui justifie ces références auxquelles j’ajouterais volontiers Serge Brussolo, pour les raisons ci-dessus, mais surtout parce que Karen Russell sait, comme lui, créer des endroits fantastiques sans recourir au fantastique ni au surnaturel. Sous la plume de l’Américaine les lieux les plus improbables semblent s’inscrire dans l’ordre naturel des choses. Quoi de plus normal en fait que d’avoir pour père un (pas le) minotaure qui part à la Conquête de l’Ouest ? D’être fille de loup-garou ? De trouver un masque de plongée permettant de voir les fantômes et, partant, de chercher celui de leur défunte sœur au décès de laquelle ils ne sont pas étrangers… L’une des plus belles histoires de fantômes qu’il m’ait été donné de lire…

            La plupart de ces textes on pour cadre l’île – une île, peut-être sur la côte atlantique des États-Unis – qui finit par apparaître comme un de ces endroits surgis tout droit dans le monde de l’imagination de l’auteur, à l’instar du Vermillion Sands de Ballard ou de l’Archipel du Rêve de Priest. La moitié de ces contes comprend un élément fantastique ainsi que l’on vient de le voir. On y ajoutera une cité de conques géantes qui se visitent comme un parc d’attraction. Si les autres récits ne comprennent pas d’éléments aussi étranges, ils n’en sont pas moins bizarres pour autant !

            Ainsi, un gamin qui s’intéressait à l’astronomie commence à faire quelques « conneries » d’ados au contact d’autres jeunes et à braver les interdits. Rien là-dedans d’extraordinaire, mais la manière fait glisser subrepticement le récit de l’autre côté du miroir. Dans un camp pour dormeurs perturbés, l’un des lieux les plus étranges et les plus réussis de Karen Russell, ceux qui rêvaient des calamités du passé se réjouissent de la survenue d’un événement macabre dans le présent sur lequel ils vont enfin pouvoir intervenir. Il y a encore ce « Rapport d’enquête » sur un accident survenu lors d’une manifestation traditionnelle dans une vallée perdue jadis conquise par les pirates. Et ce « Palais des neiges artificielles » où les adultes viennent se livrer à des jeux de leur âge.

            En neuf nouvelles, Karen Russell nous convie à explorer la cruciale question : qu’est-ce que grandir, devenir adulte ? Il faut bien admettre qu’elle s’entend à merveille à faire miroiter les diverses facettes de la problématique. On y voit l’astronome en herbe se débarrasser des outils de la fonction pour ne pas risquer de se voir rejeté par la graine de petits voyous qu’il commence à fréquenter. Chacune des nouvelles apporte son éclairage particulier sur la question, l’aborde par un biais différent. Russell met en scène l’instant où le protagoniste bascule de l’enfance vers l’âge adulte avec une sombre sensibilité qui parfois dérange.

            Une fois n’étant pas coutume, la quatrième de couverture dit tout ce qu’il y a à savoir sur ce remarquable recueil de l’auteure du très beau Swamplandia, et la présente comme une virtuose du bizarre ayant su créer un univers singulier où l’on croise des enfants terribles et des monstres tendres. Elle apparaît au détour d’une page comme l’héritière du Bradbury de La Foire des ténèbres ou du Sturgeon de Cristal qui songe. Tout amateur de littérature un brin décalée saura apprécier.


Jean-Pierre LION
Première parution : 1/10/2014 dans Bifrost 76
Mise en ligne le : 19/4/2020


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 70938 livres, 81362 photos de couvertures, 66133 quatrièmes.
8470 critiques, 38104 intervenant·e·s, 1487 photographies, 3724 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.