Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Akiloë ou le souffle de la forêt

Philippe CURVAL



Illustration de Philippe CURVAL

La VOLTE
Dépôt légal : février 2015
Roman, 480 pages, catégorie / prix : 18,50 €
ISBN : 978-2-37049-008-7
Format : 18,8 x 23,0 cm  
Genre : Hors Genre


Autres éditions

Sous le titre Akiloë   FLAMMARION, 1988

    Quatrième de couverture    
     Au cœur de la Guyane, un garçon de dix ans, un Indien wayana, voit sa tribu décimée par une épidémie. Porté par le souffle de la forêt, il descend le cours du fleuve pour rencontrer la civilisation occidentale.
     Au contact d'une institutrice à l'âme de missionnaire, puis d'un physicien immigré de Pologne pour cultiver des terres ingrates, devenu cuisinier par défaut, Akiloë connaîtra un véritable parcours initiatique. Passer de l'âge du cueilleur-chasseur à celui de la modernité se révèle d'une singulière complexité.
     Quels effets l'éducation républicaine peut-elle produire sur un habitant de la forêt ? Tel est le thème principal de ce roman nourri d'émotion où, de l'adolescence à l'âge adulte, le jeune Indien devra être en mesure d'affronter un avenir hors du commun.
     Dans un roman fort éloigné des codes de la science-fiction, Philippe Curval s'est inspiré de l'imagination indienne pour tisser une fable contemporaine cruelle et magique. Avec pour décor déconcertant celui d'une Guyane confrontée à l'oubli d'un passé douloureux, à ses contradictions économiques, sociales, ethniques, au moment où l'avenir spatial s'ouvre sur son territoire.
 
    Critiques    

            Au cœur de la forêt guyanaise, décimée par la grippe amenée par les Blancs, la tribu Wayana se meurt lentement. Lorsque les conditions deviennent intenables, Akiloë et sa mère Kuliwallilu rejoignent la civilisation pour y trouver de l’aide. Quelle chance a un enfant de la jungle de réussir dans l’école de la République ? De Pidima, village au cœur de la réserve, à Papa Ichton, avant-poste de la civilisation où l’instruit Clarisse, de Saint-Laurent-du-Maroni, où un Polonais désabusé l’initie aux plaisirs de la table et à la physique quantique, à Kourou, au centre spatial, la trajectoire d’Akiloë ressemble moins à une parabole qu’à un parcours erratique, avec de nécessaires épisodes lui assurant de conserver ses racines. L’interprétation animiste du monde, qui lui fait imaginer Awale, un troisième pied indépendant de sa personne, à qui il impute sa lenteur lorsqu’on lui reproche sa démarche atypique, semble peu compatible avec la raison et la logique dont on veut l’abreuver. Pourtant il existe des zones de contact où l’esprit de la forêt jointe avec le monde des figures mathématiques. C’est bien parce que l’enfant intelligent et curieux est parfaitement adapté à son milieu qu’il dispose de cette richesse d’imagination lui permettant de voir au-delà des apparences. L’intelligence d’Akiloë passe avant tout par les sens : c’est un festival d’odeurs et de couleurs, d’impressions instinctives qui lui permet d’élaborer des relations révélant la structure intime des choses.

            Ainsi, son intérêt pour la gastronomie s’explique par la découverte et le désir de maîtrise de sensations plus élaborées. C’est aussi la compréhension de la texture du béton qui lui fait entrevoir les états de la matière. C’est encore par l’exploit physique qu’il s’élève, au sens propre comme au figuré, dans la société, jusqu’à finir par tutoyer les étoiles. Akiloë réalise cet exploit sans jamais en adopter tout à fait les codes, ni renoncer à son savoir ancestral duquel il tire des rêves primitifs épousant les visions les plus futuristes des Blancs. Car s’il se passionne pour la science occidentale, Akiloë récuse le fait qu’elle puisse être appliquée à la forêt : lui la connaît de l’intérieur. Les problèmes qu’apporte la civilisation lui donnent raison, entre épidémies et pollution, conflits ethniques et saccages écologiques, nuisances économiques et sociales aux graves répercussions sur les autochtones.

            Le roman, dense, généreux, propose une large palette de sensations et d’émotions. Curval use pour ce faire d’une solide connaissance de la forêt guyanaise et d’une grande richesse de vocabulaire. On ne peut que suivre avec intérêt l’itinéraire romantique de cet attachant Indien ni rester insensible à la poésie de l’écriture.

            Akiloë est un roman auquel Philippe Curval tient beaucoup. En 2003, il annonçait déjà (cf. Bifrost n° 31) son intention de réécrire la version parue précédemment chez Flammarion en 1988, sous la houlette de Françoise Verny, version ici considérablement augmentée. Il s’agit, comme il l’affirme, d’une autobiographie imaginaire qui réunit les plaisirs de la table et de l’entendement, sa passion pour l’espace. L’attitude instinctuelle adoptée par Akiloë ne s’apparente-t-elle pas, dans une certaine mesure, à une démarche surréaliste à laquelle Curval est attaché ?

            Peut-on parler de science-fiction ? Absolument pas, même si la trajectoire d’Akiloë s’achève dans l’espace et qu’il effectue mentalement l’équivalent d’une téléportation quantique pour réaliser un exploit sportif. Mais il est pourtant question de thèmes que seule la science-fiction sait traiter. Nul ne sera surpris de constater qu’on aborde des notions de physique en pleine jungle, ni qu’on y réalise une expérience imaginaire du pendule de Foucault. Le livre est traversé par cette sensibilité particulière qui permet d’observer le monde avec le regard particulier de la SF. Ce choc des civilisations est assez proche, en définitive, de la fameuse suspension de l’incrédulité propre aux littératures de l’Imaginaire, cette sidération devant la brutale découverte d’un autre monde.

            Si Akiloë n’est pas un roman de science-fiction, il parle avant tout à son lecteur qui, comme Curval l’a bien compris, reste ce sauvage émerveillé devant un océan de possibles à partir desquels spéculer. Une réussite à tous points de vue.


Claude ECKEN (lui écrire)
Première parution : 1/7/2015 dans Bifrost 79
Mise en ligne le : 1/6/2020

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition FLAMMARION, (1989)


 
     1988 aura sans doute été la meilleure année pour la SF, en ce qui concerne la pénétration de ses auteurs au sein du vaste marché de la Littérature Générale. Après Pierre Pelot (Si Loin de Caïn : Flammarion), Jean-Pierre Andrevon (Tout à la Main ;Carrère/Kian), Michel Jeury (Le Vrai Goût de la Vie ; Robert Laffont), Dominique Douay (Les Voyages ordinaires d'un Amateur de Tableaux ; Valpress), Brian Aldiss (Ruines ; Pierre Belfond), Jim G. Ballard (Le Jour de la Création ; Flammarion), en attendant Serge Brussolo, Joël Houssin, Gène Wolfe, Ursula K. Le Guin et John Brunner, Philippe Curval publiait lui aussi, à son tour, il y a quelques semaines, un roman hors-collection, poursuivant vis-à-vis du Mainstream une action de « noyautage » débutée il y a bien longtemps avec La Forteresse de Coton, Attention les Yeux et Ah! Que c'est Beau New York.
     Ce roman, le premier qu'il ait publié depuis cinq ans, est à mon sens, plus qu'un bon roman, un grand roman, un de ces ouvrages qu'on lit émerveillé et que l'on referme à regret. D'abord intitulé La Vie est un Coupe-Gorge et Ia Nuit Tombe, il est selon les dires de son auteur « une sorte de roman autobiographique imaginaire », au sens où il raconte les événements du récit comme s'ils lui étaient arrivés personnellement :Akiloë, jeune indien guyanais vivant au cœur de la forêt amazonienne à la manière de ses ancêtres, se retrouve seul du jour au lendemain suite au décès de son père. Il rejoint alors le monde des blancs, ce que d'autres appelleraient la civilisation, et se fait adopter par Clarisse, jeune institutrice française, puis par dobcewski, restaurateur philosophe et marginal, qui lui permettront de grandir avant de prendre son envol...
     Ce que nous montre ici Curval, c'est surtout le choc de deux cultures radicalement différentes et l'initiation difficile d'un jeune homme partagé entre ses racines et le vingtième siède technologique, un monde manquant souvent pour lui de poésie et de naïveté.
     Roman de la sensibilité et de l'émotion, Akiloë, qui est écrit comme un roman de SF, le décor et les artifices en moins, laisse des empreintes profondes dans la conscience et reste un moment de plaisir et de jubilation intense !

Richard COMBALLOT
Première parution : 1/2/1989
dans Fiction 405
Mise en ligne le : 10/3/2015




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69411 livres, 77749 photos de couvertures, 64502 quatrièmes.
8384 critiques, 36812 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3710 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.