Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Terreur dans la nuit

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Dashiell HAMMETT

Titre original : Creeps by Night: Chills and Thrills, 1931

Illustration de Laurent RIVELAYGUE

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Outre Fleuve
Dépôt légal : mars 2016
Première édition
Anthologie, 216 pages, catégorie / prix : 16,90 €
ISBN : 978-2-265-11577-4
Format : 13,5 x 20,0 cm



Quatrième de couverture

Ces dix nouvelles horrifiques — sélectionnées et préfacées par Dashiell Hammett, auteur du Faucon maltais et fondateur du roman noir américain —  constituent des classiques des années 1930, mais aussi des curiosités intemporelles !

Qu’y a-t-il de commun entre des orchidées au charme vénéneux, une maison aux passages secrets, la rumeur d’un loup-garou gallois et un violoniste muet ? Rien, sinon une inquiétante étrangeté qui distillera le trouble. Quant à la renommée d’un chef d’orchestre atypique, est-il possible qu’elle soit plus terrifiante qu’une histoire de fantôme ou de sorcière ? Le risque existe.

Tout comme la contemplation innocente d’une énigmatique voisine peut conduire à une expérience parfaitement effroyable.

 

Terreur dans la nuit (Creeps by Night) — anthologie de littérature d'horreur — est inédit en France.

Critiques

     Terreur dans la nuit est la traduction (tardive) de la fameuse anthologie Creeps by Night, parue originellement en 1931, et concoctée par le maître du roman noir, Dashiell Hammett ; il ne s’agit cependant pas d’une compilation de récits policiers, comme on aurait pu l’attendre de la part de l’auteur du Faucon maltais, mais d’une belle sélection de récits horrifiques très divers, dus à des auteurs aux profils variés. Le sommaire de l’anthologie a varié au fil des rééditions, et Terreur dans la nuit compile dix nouvelles jugées essentielles. Le moins qu’on puisse dire est qu’il y a des beaux noms à l’affiche, essentiellement anglo-saxons (le lecteur de Bifrost notera peut-être plus particulièrement la présence de Lovecraft, pour « La Musique d’Erich Zann »), mais avec aussi un Français (André Maurois, pour un très court récit dont la concision n’a d’égale que l’élégance), et un Allemand, Hanns Heinz Ewers (pour sa célèbre nouvelle « L’Araignée », délicieusement perverse).

     La variété des thèmes comme des approches est sans doute le principal atout de Terreur dans la nuit – d’autant plus appréciable qu’elle ne constitue pas à proprement parler une dispersion, aux connotations fâcheuses, mais plutôt une volonté d’exploration du genre dans toute sa diversité. On y trouve des textes très pulp, d’autres probablement bien plus raffinés ; l’horreur peut s’y avérer crue ou subtile, indifféremment, et avec un égal plaisir ; la psychologie complexe de certains récits répond avec bonheur à l’efficacité franche de quelques autres ; les thèmes classiques (fantôme, loup-garou, double, sorcière…), joliment traités, y côtoient des trésors d’inventivité plus difficiles à rattacher à une quelconque tradition du genre, à moins qu’ils ne viennent tout bonnement en susciter une. L’humour, enfin, est à l'occasion de la partie – tranchant sur la noirceur viscérale d’autres contes.

     Outre les nouvelles de Maurois, Ewers et Lovecraft déjà citées, relevons, parmi les récits les plus enthousiasmants, la merveille d’efficacité, avec des histoires joliment enchâssées, concoctée par l’étonnant Peter Fleming ; la descente aux enfers de la folie de L.A.G. Strong ; la parabole sur le destin, d’une cruelle ironie, signée Irvin S. Cobb ; la satire improbable de la bonne société qu’autorise « Le Roi des chats », de Stephen Vincent Benét. Peut-être un cran en dessous, mais sans jamais rien de mauvais à proprement parler, l’orchidée anthropophage de John Collier, annonçant La Petite Boutique des horreurs ; la malédiction provençale rapportée par W.B. Seabrook ; enfin, la maison étouffante de mystère et de culpabilité décrite par Paul Suter.

     Le bilan est tout à fait appréciable. L’anthologie est d’un autre temps, sans doute, mais conserve une certaine fraîcheur et une inventivité constante qui lui permettent de ne pas constituer aujourd’hui simplement une pièce de musée amusante mais poussiéreuse, et bien plus qu’une curiosité nostalgique. Une traduction très bienvenue.

Bertrand BONNET
Première parution : 1/7/2016 dans Bifrost 83
Mise en ligne le : 13/9/2022

Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo...)
La Fenêtre , 1970, Jacques Pierre (d'après le texte : L'Araignée), (Téléfilm)
Night Gallery ( episode : The House ) , 1970, John Astin (d'après le texte : La Maison), (Episode Série TV)
Music of Erich Zann (The) , 1980, John Strysik (d'après le texte : La Musique d'Erich Zann), (Court métrage)
Music of Erica Zann (The) , 2002, Jeremy Hechler (d'après le texte : La Musique d'Erich Zann)
Shunned House (The) , 2003, Ivan Zuccon (d'après le texte : La Musique d'Erich Zann), (Film à sketches)
Musik des Erich Zann (Die) , 2005, Anna Gawrilow (d'après le texte : La Musique d'Erich Zann), (Court Métrage d'Animation)

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 77945 livres, 89439 photos de couvertures, 73891 quatrièmes.
8687 critiques, 42386 intervenant·e·s, 1613 photographies, 3751 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.