Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Nous allons tous très bien, merci

Daryl GREGORY

Titre original : We Are All Completely Fine, 2014

Traduction de Laurent PHILIBERT-CAILLAT

POCKET (Paris, France), coll. Science-Fiction / Fantasy n° 7235
Dépôt légal : septembre 2017
Nouvelle, 192 pages, catégorie / prix : 6.30 €
ISBN : 978-2-266-27759-4
Format : 10,8 x 17,8 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Ils sont cinq, traumatisés, victimes de maniaques, poursuivis par leurs peurs, leurs démons, prisonniers d’un choc post-traumatique, et rassemblés par le Dr Jan Sayer pour une thérapie de groupe. Médecin psychiatre, elle est là pour les aider, les amener à se libérer des événements qui ont irrémédiablement marqué leur vie du sceau de l’horreur.
     Mais quelque chose de plus profond les lie tous. Une menace que certains d’entre eux sentent, d’autres voient, dont ils portent la marque dans leur chair, leurs os...
     Ces êtres brisés vont devoir trouver la force de s’ouvrir les uns aux autres et de s’allier pour stopper le cauchemar qui s’apprête à prendre forme et envahir le monde.

     « Véritable page-turner ne reculant devant aucune barrière du genre, Nous allons tous très bien, merci dissèque l’horreur et ses personnages au scalpel. Concis et prenant, le roman de Daryl Gregory n’en oublie pas d’être intelligent et sacrément surprenant par moments. Une sucrerie à l’arrière-goût cendreux qui laisse des marques. » Nicolas Winter – Just a word

    Prix obtenus    
World Fantasy, novella / Court roman, 2015
Shirley Jackson, novella / Court roman, 2014
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition BÉLIAL', (2015)


     Nous allons tous très bien, merci est le roman de l’Après : comme le dit l’auteur dans le très intéressant entretien qui clôt l’ouvrage, le projet consiste à aller voir ce qui se passe après qu’on ait refermé un Stephen King, après le générique de fin d’un film d’horreur des années 70. Quand les protagonistes survivants essayent de reprendre une vie normale.
     Cinq victimes traumatisées, qui semblent rescapées d’un roman d’épouvante ou d’un slasher-movie, sont donc réunies dans un groupe de parole par une psychothérapeute. Séance après séance, la confiance s’installe, les langues se délient... Et puis l’horreur revient progressivement, parce que, comme le savent les amateurs du genre, le Mal ne peut jamais être totalement vaincu.
     L’originalité de Nous allons tous très bien, merci réside dans le fait de traiter les héros habituels des histoires fantastiques comme des personnages normaux, des victimes de stress post-traumatique qui ont besoin d’aide. Par cet effet de réel, Daryl Gregory apporte un surcroît de crédibilité au genre, il permet au lecteur de s’identifier aux divers personnages puisqu’on lui montre que ceux-ci réagissent comme tout un chacun avec les mêmes faiblesses.

     On pourrait craindre un roman un peu statique et très verbeux. Au contraire, une tension très forte s’installe dès les premières pages et ne retombe jamais. Elle tient au contraste entre la description du rituel des séances de psychothérapie dans un décor minimaliste et l’histoire que raconte chaque personnage, narration difficile, à demi-mots, entrecoupée de silences et de mensonges. Dans les non-dits, les euphémismes, l’horreur des expériences vécues par les protagonistes transparaît avec d’autant plus de force qu’il y a peu de détails repoussants, d’effets gore ou d’outrances. Daryl Gregory sait que ce que l’auteur décrit n’est jamais aussi terrifiant que ce que le lecteur imagine se cacher dans les recoins sombres du récit.
     Le style est sobre, tempéré d’un humour un peu cynique, de quelques références à la culture geek et d’une véritable chaleur humaine. La construction est rigoureuse, le rythme efficace et on sent chez l’auteur une grande maîtrise du cliffhanger et de l’art de jouer avec les attentes du lecteur et les codes du genre pour ne dévoiler que le strict nécessaire des éléments fantastiques.

     Ce court roman, aussi intelligent que captivant, se lit d’une traite sans jamais perdre de son intérêt. À la fois un très bon moment de lecture et une réflexion pertinente sur le fantastique et l’horreur.


Jean-François SEIGNOL
Première parution : 10/11/2015
nooSFere




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68143 livres, 71834 photos de couvertures, 63105 quatrièmes.
8186 critiques, 36346 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.