Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Conséquences d'une disparition

Christopher PRIEST

Titre original : An American Story, 2018
Première parution : Londres, Royaume-Uni : Gollancz, 6 septembre 2018

Traduction de Jacques COLLIN
Illustration de Aurélien POLICE

DENOËL (Paris, France), coll. Lunes d'Encre n° (182)
Dépôt légal : août 2018
336 pages, catégorie / prix : 21,50 €
ISBN : 978-2-207-14166-3
Format : 14 x 20,5 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    

2000. Ben Matson noue une relation passionnée avec Lilian Viklund. Il ne le sait pas encore mais, dans moins d’un an, la jeune femme aura disparu. Plus de vingt ans après, le décès de Kyril Tatarov, un scientifique de renom que Matson a jadis interviewé, fait la une des journaux, alors que les débris de ce qui ressemble à un avion sont retrouvés dans l’Atlantique, à une centaine de miles des côtes américaines. Ces deux événements, a priori sans rapport, replongent inexorablement Ben dans les souvenirs de son histoire avec Lil. Se pourrait-il qu’il y ait un lien entre la disparition de la jeune femme, celle de Tatarov et celle d’un avion inconnu ? Et le monde que nous connaissons serait-il en train d’en subir les conséquences ?

Christopher Priest entremêle avec brio les différents fils de son histoire et l’Histoire. Conséquences d’une disparition propose une perspective nouvelle sur un événement récent et marquant de l’histoire contemporaine : les attentats du 11 septembre 2001.

Christopher Priest a connu un succès mondial avec Le Prestige, adapté au cinéma par Christopher Nolan. Il est aussi l'auteur du classique de la science-fiction, Le Monde inverti.

 
    Critiques    

Ben Matson, un journaliste scientifique anglais vit tranquillement en famille dans l’île écossaise de Bute. Mais sa vie a été marquée par un drame : Lil, son précédent amour, qui travaillait dans le milieu littéraire new-yorkais, a disparu le 11 septembre 2001 dans l’avion qui s’est écrasé sur le pentagone. Cette disparition n’est pas sans contradiction : elle était en cours de divorce d’avec Martin Viklund, un membre haut placé du ministère de la défense, lequel nie l’existence de cette procédure de divorce et affirme que Lil travaillait de temps en temps avec lui pour le gouvernement. Et différents événements de sa vie ramènent Ben au 11 septembre : son beau-père, avocat d’un consortium d’assureurs, est mort d’une crise cardiaque la veille d’une réunion à Washington alors qu’il défendait des familles de victimes. Un scientifique américain que Ben avait interviewé, Kyril Tatarov, le convoque pour un nouvel entretien dans une base militaire américaine en Ecosse, entretien secret au cours duquel Tatarov lui parle de Lil, de Viklund et du 11/9, qui serait en relation avec ses recherches. Enfin, l’épave d’un avion est remonté de l’Atlantique, sur la côte est des Etats-Unis, mais rapidement les journalistes sont écartés et le gouvernement annonce que c’est un bateau de la deuxième guerre mondiale.

Après trois romans plus ou moins liés à l’Archipel du Rêve, Christopher Priest change radicalement de sujet en s’attaquant à l’histoire proche : les attaques du 11 septembre et les contradictions des versions officielles. Mais comme le dit l’auteur dans la postface : « Conséquences d’une disparition est évidemment une fiction, un roman. Il ne s’agit pas de journalisme d’investigation. Néanmoins, le narrateur est un journaliste, et il enquête. Les opinions de Ben Matson ne sont pas nécessairement les miennes, mais nous avons en grande partie fait les mêmes recherches ». Nous sommes donc loin des romans putassiers qui utilisent les théories complotistes les plus absurdes ou d’une paranoïa généralisée à la X Files. Pour explorer cette attaque terroriste, Le romancier utilise plutôt le registre de l’intime : cette histoire d’amour brisée qui continue de hanter Ben, ces relations humaines, personnelles ou professionnelles, qui le ramènent aux différents aspects de l’attentat, ces contradictions qu’il perçoit, ces manquements qu’il ne s’explique pas (Mais pourquoi Lil ne lui a pas envoyé de message lorsque l’avion a été détourné alors qu’elle disposait de portables ?) et qui le font douter de la version officielle. 


A cette mise en place minutieuse autour du 11 septembre s’ajoute évidemment une touche typiquement Priestienne : un jeu fin avec la réalité, une interrogation lancinante sur la fiabilité des personnages et des événements. C’est amené suffisamment discrètement pour qu’un lecteur méconnaissant le genre passe à côté, mais pour les amateurs de l’écrivain c’est un plaisir supplémentaire. Conséquences d’une disparition ne parle pas que de la disparition évidente (et suggérée par la couverture) des deux tours, mais aussi de celles d’un amour, de la mémoire, de la vérité et leur remplacement par une nouvelle réalité issue de diverses manipulations et altérations. Comme souvent avec Priest, on ressort avec plus d’interrogations et de questions qu’avant la lecture, on se demande si l’on a bien compris où l’auteur voulait nous emmener, s’il voulait vraiment nous emmener quelque part, et on a envie de relire le roman pour y trouver quelque chose qui aurait pu nous échapper. C’est aussi cela le plaisir de lire un auteur hors-normes, et c’est ce qui fait de chaque roman de Christopher Priest une expérience unique.


René-Marc DOLHEN
Première parution : 6/9/2018 nooSFere


 

Dans la nooSFere : 62408 livres, 58383 photos de couvertures, 56887 quatrièmes.
7958 critiques, 34219 intervenant·e·s, 1310 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.