Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Nuit

Frédéric JACCAUD




GALLIMARD (Paris, France), coll. Série noire
Dépôt légal : mars 2013, Achevé d'imprimer : 6 mars 2013
464 pages, catégorie / prix : 21,9 €
ISBN : 978-2-0701-3985-9
Format : 15 x 23 cm  



    Quatrième de couverture    
     Tromso, une ville tout au nord de l’Europe où le soleil reste sous l’horizon neuf mois par année – une civilisation au bord de l'éclatement, confrontée à la sécheresse désolante d’un désert de glace. Des hommes et des femmes s’y croisent, s’aiment, s'ignorent et s’entretuent, alors que le monde sombre avec lenteur. Karl, vétérinaire urgentiste, écrivain raté, paranoïaque et alcoolique ; Lucie, une jeune militante pour un groupe de libération des animaux domestiques ; Gjermund, le professeur de mathématiques collectionnant des jouets tirés des poubelles ; Maze et Dix, couple improbable et sanguinaire ; Henry, ancien employé de la Svalbard Global Seed Vault ; Arminius et Sigimer, deux flics de cinéma ; Aleksy, le hacker amoureux du chaos ; quelques misérables parmi tant d’autres.
     À l’approche de l’aube, qui – des terroristes, des bébés bombes, des hommes simples, des golems géants de lumière, des puissants, des militants, des trafiqueurs de réalité – mettra un terme à cette interminable nuit culminant au-dessus de ces destins froissés ?
 
    Critiques    
     Trois ans après son premier roman, Monstre [une enfance] (critique de Laurent Leleu in Bifrost 59), Frédéric Jaccaud revient, cette fois en « Série noire », avec La Nuit. Après s'être penché sur la psyché d'un tueur en série, l'écrivain élargit son champ de vision pour étudier au plus près une société au bord de l'explosion : la nôtre.
     L'action se déroule à Tromso, petite ville du nord de l'Europe, plongée neuf mois par an dans l'obscurité. On y suit le parcours parallèle d'une quinzaine de personnages ordinaires, solitaires le plus souvent, (mal) accompagnés parfois : un vétérinaire urgentiste alcoolique, une militante écolo, un hacker, une pute, une infirmière, une paire de flics, un couple de tueurs... Tous semblent être en bout de course, tous partagent un même mal-être et semblent stagner dans un présent perpétuel et inconfortable auquel pourtant ils se raccrochent, car ils savent que ce qui les attend demain ne peut qu'être pire que ce qu'ils connaissent déjà. Frédéric Jaccaud va longuement s'attarder sur eux, sur ces êtres figés, en repoussant le plus longtemps possible le démarrage de son intrigue, laquelle n'aura d'ailleurs d'autre but que de projeter tout ce petit monde vers le chaos final.
     On pourrait qualifier La Nuit de roman pré-apocalyptique. Tous les éléments sont en place, ne manque plus que l'étincelle qui mettra le feu aux poudres. Chacun des personnages, à sa manière, sera cette étincelle : Karl, ce vétérinaire qui a cessé de vivre le jour où sa femme et son enfant sont morts, et qui va par un malheureux concours de circonstances focaliser l'attention de tous ; Lucie, idéaliste innocente liée à un groupe d'écoterroristes ; Erik, le tueur sadique ; Aleksy, dont les interventions sur le Net vont amplifier cette ambiance paranoïaque délétère qui ne cesse de croitre au fil des pages, une paranoïa qui se nourrit d'elle-même, jusqu'à supplanter la réalité.
     A l'image de cette ville plongée dans la pénombre à toute heure de la journée, La Nuit est un roman d'une noirceur de chaque instant, dans lequel plus personne ne semble croire que le soleil réapparaitra un jour. Il y a une profonde lassitude et une résignation collective à voir le monde s'effondrer, s'achever, et à l'inverse une incapacité à imaginer autre chose, une autre voie possible. Frédéric Jaccaud réussit un remarquable travail d'équilibriste en donnant à voir l'humanité sous son jour le plus sordide sans jamais faire preuve de la moindre complaisance. Au contraire, à l'instar d'un Thierry Di Rollo, il nous fait partager l'intimité de ses personnages, aussi pitoyable soit-elle, avec une belle pudeur et une économie de moyens qui force le respect. Le résultat n'en est que plus tragique.

Philippe BOULIER
Première parution : 1/7/2013 dans Bifrost 71
Mise en ligne le : 5/4/2018


 

Dans la nooSFere : 61960 livres, 57400 photos de couvertures, 56336 quatrièmes.
7958 critiques, 33876 intervenant·e·s, 1281 photographies, 3649 Adaptations.
 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés. Vie privée et cookies/RGPD

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !