Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Des choses fragiles

Neil GAIMAN

Titre original : Fragile Things, 2006
Première parution : New York : William Morrow, 2006

Traduction de Michel PAGEL

J'AI LU (Paris, France), coll. Fantastique (2007 - ) n° 9435
Dépôt légal : juin 2018, Achevé d'imprimer : juin 2018
476 pages, catégorie / prix : 8,10€
ISBN : 978-2-290-02127-9
Format : 11,1 x 17,8 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    

Rencontrer les Grands Anciens dans les rues de Londres, goûter la chair de l'oiseau-soleil d'Égypte, survivre aux antivirus de la Matrice, voilà un aperçu des voyages auxquels nous invite Neil Gaiman, dans autant de fables tragiques et grotesques, de poèmes doux et cruels, de récits terribles et merveilleux, où réalité et fantasme s'accouplent à l'ombre de Conan Doyle, H P Lovecraft, C S Lewis ou encore Ray Bradbury. Une mosaïque de sons, d'odeurs, d'idées, d'échos, de souvenirs éphémères, de choses fragiles à garder précieusement dans le grenier de sa mémoire.


    Sommaire    
1 - Introduction (Introduction), pages 9 à 35, Introduction, trad. Michel PAGEL
2 - Le Cartographe (The Mapmaker), pages 17 à 20, trad. Michel PAGEL
3 - Une étude en vert (A Study in Emerald), pages 37 à 67, trad. Michel PAGEL
4 - La Grand'roue féerique (The Fairy Reel), pages 69 à 70, Poésie, trad. Michel PAGEL
5 - La Présidence d'Octobre (October in the Chair), pages 71 à 89, trad. Michel PAGEL
6 - La Chambre dissimulée (The Hidden Chamber), pages 91 à 93, Poésie, trad. Michel PAGEL
7 - Les Épouses interdites des esclaves sans visage dans le manoir secret de la nuit du désir redoutable (Forbidden Brides of the Faceless Slaves in the Secret House of the Night of Dread Desire), pages 95 à 114, trad. Michel PAGEL
8 - Le Chemin caillouteux du souvenir (The Flints of Memory Lane), pages 115 à 119, trad. Michel PAGEL
9 - L'Heure de la fermeture (Closing Time), pages 121 à 137, trad. Michel PAGEL
10 - Devenir sylvain (Going Wodwo), pages 139 à 140, Poésie, trad. Michel PAGEL
11 - Amères moutures (Bitter Grounds), pages 141 à 168, trad. Michel PAGEL
12 - Les Autres (Other People), pages 169 à 172, trad. Michel PAGEL
13 - Souvenirs et trésors (Keepsakes and Treasures : A Love Story), pages 173 à 196, trad. Michel PAGEL
14 - Les Bons garçons méritent des récompenses (Good Boys Deserve Favours), pages 197 à 203, trad. Michel PAGEL
15 - La Vérité sur le cas du départ de Mlle Finch (The Facts in the Case of the Departure of Miss Finch), pages 205 à 228, trad. Michel PAGEL
16 - D'étranges petites filles (Strange Little Girls), pages 229 à 236, trad. Michel PAGEL
17 - La Saint-Valentin d'Arlequin (Harlequin Valentine), pages 237 à 249, trad. Michel PAGEL
18 - Boucles (Locks), pages 251 à 254, Poésie, trad. Michel PAGEL
19 - Le Problème de Susan (The Problem of Susan), pages 255 à 266, trad. Michel PAGEL
20 - Instructions (Instructions), pages 267 à 269, Poésie, trad. Michel PAGEL
21 - Qu'est-ce que tu crois que ça me fait ? (How Do You Think It Feels?), pages 271 à 281, trad. Michel PAGEL
22 - Ma vie (My Life), pages 283 à 285, trad. Michel PAGEL
23 - Quinze cartes peintes d'un tarot de vampires (Fifteen Painted Cards from a Vampire Tarot), pages 287 à 296, Poésie, trad. Michel PAGEL
24 - Nourrir et manger (Feeders and Eaters), pages 297 à 308, trad. Michel PAGEL
25 - Le Coup de l'inventeur de maladies (Diseasemaker's Croup), pages 309 à 312, trad. Michel PAGEL
26 - À la fin (In the End), pages 313 à 313, trad. Michel PAGEL
27 - Goliath (Goliath), pages 315 à 331, trad. Michel PAGEL
28 - Pages d'un journal trouvé au fond d'une boîte à chaussures laissée dans un bus Greyhound, quelque part entre Tulsa, Oklahoma, et Louisville, Kentucky (Pages from a Journal Found in a Shoebox Left in a Greyhound Bus Somewhere Between Tulsa, Oklahoma, and Louisville, Kentucky), pages 333 à 338, trad. Michel PAGEL
29 - Comment parler aux filles pendant les fêtes (How to Talk to Girls at Parties), pages 339 à 357, trad. Michel PAGEL
30 - Le Jour de l'arrivée des soucoupes (The Day the Saucers Came), pages 359 à 361, Poésie, trad. Michel PAGEL
31 - L'Oiseau-soleil (Sunbird), pages 363 à 390, trad. Michel PAGEL
32 - Inventer Aladin (Inventing Aladdin), pages 391 à 394, Poésie, trad. Michel PAGEL
33 - Le Monarque de la vallée (The Monarch of the Glen), pages 395 à 461, trad. Michel PAGEL
34 - (non mentionné), À la rencontre de Neil Gaiman, pages 465 à 467, Biographie, trad. Michel PAGEL
35 - (non mentionné), Une conversation avec Neil Gaiman, pages 469 à 477, entretien avec Neil GAIMAN, trad. Michel PAGEL

    Prix obtenus    
British Fantasy, recueil, 2007
Grand Prix de l'Imaginaire, nouvelle étrangère, 2010
Locus, recueil, 2007
Prix obtenus par des textes au sommaire :
Comment parler aux filles pendant les fêtes : Locus, nouvelle / Short story, 2007
Les Épouses interdites des esclaves sans visage dans le manoir secret de la nuit du désir redoutable : Locus, nouvelle / Short story, 2005
L'Heure de la fermeture : Locus, nouvelle / Short story, 2004
L'Oiseau-soleil : Locus, nouvelle / Short story, 2006
La Présidence d'Octobre : Locus, nouvelle / Short story, 2003
Une étude en vert : Hugo, nouvelle / Short story, 2004, Locus, novelette, 2004
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition AU DIABLE VAUVERT, (2009)


     Après l'indispensable Miroirs et fumée (critique in Bifrost n°22), Neil Gaiman, que l'on ne présente plus, nous revient aujourd'hui avec un second recueil de nouvelles, poèmes et autres expérimentations diverses et variées, dont bon nombre de textes primés. Et l'auteur britannique, à n'en pas douter, a choisi pour son ouvrage à la fois dense et volumineux le meilleur des titres. Ce sont bien, en effet, « des choses fragiles » que ces trente-deux textes de taille variable, et bien souvent des « merveilles ». Une succession d'instants précieux, de petites histoires enchâssées les unes dans les autres, de fragments plus ou moins hermétiques, de saynètes tantôt drôles, tantôt cauchemardesques, alternant gravité et légèreté, quelque part entre l'enfance de tous les possibles et les tristes réalités de l'âge adulte. Des petits bijoux, camées fourmillant de détails, gravés avec délicatesse et méticulosité. La confirmation, s'il en était besoin, de l'art de l'auteur, tout particulièrement pour ce qui est de la forme courte.

     Difficile, ceci étant, d'en dire beaucoup plus : dans bien des cas, en dire quelques mots, c'est déjà en dire trop. Et détailler par le menu ce recueil confinerait à l'absurde...

     Il faudra donc bien se contenter ici d'impressions, de survol, de souvenirs plus particulièrement saillants : évoquer par exemple la confrontation des univers de Lovecraft} et de Conan Doyle dans « Une étude en vert », la nouvelle qui ouvre ce recueil (prix Hugo 2004).

     Ou mentionner parallèlement la novella (on préférera ce terme à celui de « court roman » employé un peu abusivement par la quatrième de couverture...) intitulée « Le Monarque de la vallée », qui clôt le volume et rappelle à notre bon souvenir Ombre, le héros du roman sur-primé American Gods (chroniqué dans notre n°27) ; Ombre, ici amené à participer à d'étranges festivités au cœur de l'Ecosse la plus embrumée et la moins touristique, où il croisera les inquiétants et fascinants personnages que sont Smith et son employeur M. Alice, que l'on avait déjà suivis auparavant dans « Souvenirs et trésors », une nouvelle particulièrement glauque.

     C'est qu'il y eut, entre temps, bien des « nouvelles et merveilles », expérimentations plus ou moins anecdotiques, poèmes épars et, surtout, petits bijoux de nouvelles. « La Présidence d'Octobre », par exemple (prix Locus 2003) ; ou « Amères moutures » et ses filles-café ; ou « Les Bons garçons méritent des récompenses » et son merveilleux souvenir d'enfance ; ou encore « L'Oiseau-soleil », avec ses fins gourmets en quête du plus précieux des repas... Mais on pourrait en citer bien d'autres : « La Vérité sur le cas du départ de Mlle Finch », « Comment parler aux filles pendant les fêtes »...

     Il y eut aussi, régulièrement, des univers accaparés et/ou revisités (dont, dans un sens, celui de Matrix avec « Goliath »), des histoires et archétypes renouvelés, de Boucles d'or à Arlequin. Un texte de jeunesse au titre à coucher dehors, également (« Les Epouses interdites des esclaves sans visage dans le manoir secret de la nuit du désir redoutable »). Et nombre de bizarreries souvent savoureuses, et en tout cas largement rétives à la classification comme au commentaire.

     Bien des choses, tout ce qui, en somme, fait de Neil Gaiman un des meilleurs auteurs du genre, a fortiori en tant que nouvelliste. Ce n'est sûrement pas un hasard si le volume est dédié à Ray Bradbury, Harlan Ellison et Robert Sheckley, « grands maîtres de l'art ». Et le fait est qu'il se montre ici à son meilleur, particulièrement convaincant quand il se livre au travail de précision. Des choses fragiles le confirme, s'il en était encore besoin après Miroirs et fumée : Neil Gaiman est bel et bien un des meilleurs nouvellistes de sa génération.

Bertrand BONNET
Première parution : 1/7/2009
dans Bifrost 55
Mise en ligne le : 1/11/2010




 

Dans la nooSFere : 62663 livres, 58977 photos de couvertures, 57153 quatrièmes.
7958 critiques, 34386 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.