Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Les Océans Stellaires

Loïc HENRY



Illustration de Alain BRION

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 617
Dépôt légal : octobre 2018, Achevé d'imprimer : 10 octobre 2018
432 pages, catégorie / prix : F8
ISBN : 978-2-07-271643-0
Format : 10,8 x 17,8 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    

Luu Ly vient seulement de commencer sa carrière d’Explo, mais elle a déjà réussi l'exploit de trouver deux Seuils, ces passages cachés au fond des océans, permettant de franchir instantanément les espaces interplanétaires. Elle compte bien ne pas s'arrêter en si bon chemin.
Stella est psycho-éthologue pour la Fédération. La découverte récente de planètes encore inconnues va la plonger au cœur d’un conflit dont l’issue pourrait mettre en péril l'humanité tout entière.
Et si les destins de ces deux femmes étaient étroitement liés?

Deuxième roman de Loïc Henry, Les océans stellaires confirme, après Loar, son talent pour écrire des space opéras novateurs dotés d'un imaginaire florissant.

Loïc Henry est né en 1971. Bercé par l'océan pendant son enfance et son adolescence, il a quitté la Bretagne pour poursuivre ses études à Lille, en Angleterre puis à Paris. Il a ensuite travaillé deux ans au cœur d’un Hong Kong encore britannique, avant de revenir en France en 1997. Loïc Henry est lauréat du prix Imaginales des lycéens 2014 et du prix Rosny aïné 2018, catégorie nouvelles.

 
    Critiques    

Loïc Henry est un Breton qui a bien bourlingué ! De Paris à Hong-Kong, en passant par l’Angleterre, ingénieur, financier, coach, il ne manque pas de cordes à son arc ! Voici Les océans stellaires, déjà publié en 2016 par Scrinéo et, donc, réédité chez Folio SF. Après Loar bien accueilli (NooSfere 2011) et Eros ou Thanatos qui avait un peu déçu (Bifrost numéro 66), qu’en est-il de ce roman qui précède Vert céladon, le lauréat 2018 du prix Rosny aîné ?

Cachés au fond des océans, les seuils permettent aux vaisseaux spatiaux de voyager instantanément d’un point à l’autre de l’espace. Les Explos les recherche sans arrêt mais sans véritable méthode. Luu Ly en a une et la fait partager à deux associés rencontrés un peu par hasard, du moins le croit-elle. Les primes pour les découvertes sont conséquentes car un nouveau système solaire à conquérir représente d’immenses richesses et parfois des surprises, comme des formes de vie..potentiellement intelligentes…

Dans ce space opera un peu original, la Ligue, la Fédération et quelques indépendants, se partagent l’univers connu. La situation politique est par conséquent complexe mais n’est pas exploitée à sa juste mesure. D’autre part, le récit se déroule sur plusieurs planètes et on passe de l’une à l’autre à l’aide du seul sous-sous-titre de chaque chapitre, cela est un peu mince. Il y a aussi un grand nombre de personnages : Luu Ly l’Explo, Stella la Psycho-éthologue, Gurloes le Hors-la-loi, Lontxo et ses collègues issus d’une sélection génétique, quelques militaires et diplomates, sans oublier les associés de Luu Ly… le lecteur finit par se perdre un peu. À cela s’ajoute un sytème narratif qui sous-entend pas mal d’éléments au lieu de les expliciter. Les mystères de l’histoire familiale de Luu Ly, par exemple, renforcent énormément l’attrait du texte mais demanderaient aussi plus de détails. Enfin l’exploration des nouveaux mondes réserve de belles surprises qu’il aurait fallu décrire plus complètement. C’est seulement en surmontant tous ces obstacles qu’on peut apprécier cette intrigue riche et travaillée, captivante par certains côtés et ayant un grand potentiel.

L’intérêt de la multitude des thèmes abordés n’est donc pas discutable mais chacun nécessiterait d’être présenté et développé plus longuement pour ne pas nous laisser sur notre faim. Il n’en est pas un dont le traitement nous satisfasse pleinement et pourtant tous nous accrochent. Des bonnes choses donc mais avec un arrière goût. Comme le dit lui-même Loïc Henry dans l’interview que lui a consacré Galaxies numéro 54, il est avant tout un conteur (assez talentueux), même si on peut aussi percevoir un message dans Les océans stellaires. Ce message est sans doute que l’Homme est une espèce bien belliqueuse dans son ensemble mais extrêmement diverse dans le détail de chacun des individus qui la composent. Alors rien de bien nouveau, mais un space opera qui se laisse lire.


Antoine ESCUDIER (lui écrire)
Première parution : 9/4/2019 nooSFere


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 66536 livres, 67250 photos de couvertures, 61389 quatrièmes.
8090 critiques, 36390 intervenant·e·s, 1463 photographies, 3690 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.