Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Amatka

Karin TIDBECK

Titre original : Amatka, 2012
Première parution : Mix, 2012

Traduction de luvan
Illustration de Pascal GUÉDIN

GALLIMARD (Paris, France), coll. Folio SF n° 642
Dépôt légal : septembre 2019, Achevé d'imprimer : 9 septembre 2019
320 pages, catégorie / prix : F8
ISBN : 978-2-07-282277-3
Format : 10,8 x 17,8 cm  
Genre : Science-Fiction

Roman traduit de l'anglais et du suédois.



    Quatrième de couverture    

C’est une colonie sans soleil, enclavée dans un désert glacial. Amatka, lieu interdit à la dissidence et aux sentiments, espace exigu où la liberté niche dans les recoins obscurs du langage, est une communauté égalitaire et heureuse mais totalement figée. Ici, seuls les mots façonnent la réalité et protègent le collectif du chaos. 
Vanja arrive à Amatka pour réaliser une étude de marché. Peu à peu, les allusions séditieuses du bibliothécaire, les contradictions du comité et la désagrégation inhabituelle des objets la troublent, attisent ses doutes et ravivent des interrogations enfouies. Refusant de respecter plus longtemps des tabous devenus intolérables, elle explore les failles de la ville pour découvrir la vérité sur cet écosystème inouï, au risque d’en rompre le fragile équilibre. 

Amatka est une fable politique sur le contrôle social, la peur du changement et la plus insensée des révolutions.

Karin Tidbeck est originaire de Stockholm, en Suède. Elle vit et travaille à Malmo en tant qu'auteure, traductrice et professeure de création littéraire. Les histoires recueillies dans Jagannath, sa première œuvre écrite et publiée en anglais en 2012, ont connu un succès immédiat et remporté plusieurs récompenses.

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition La VOLTE, (2018)


Dans un monde aux allures post-apocalyptiques, la faible population vit dans des conditions spartiates entre 4 colonies : Essre, la capitale administrative, Balbit, dédiée à la science, Odek, pour l'industrie et Amatka, spécialisée dans les champignonnières.

Une jeune femme, Vanja, est envoyée d'Essre à Amatka pour étudier les conditions d'hygiène et voir si elles peuvent être améliorés. Mais des événements étranges se produisent : une champignonnière s'écroule, un survivant est récupéré et raconte être remonté par une canalisation issue d'un autre monde; le bibliothécaire local parle à Vanja de la disparition il y a quelques années d'une centaine d'habitants et derrière le concret de la vie quotidienne d'Amatka semble apparaitre une autre réalité.

 

Karin Tidbeck est une autrice à peu près inconnue des lecteurs francophones. Si son premier recueil de nouvelles a été acclamé aux Etats-Unis, un seul texte est pour l'instant disponible en français sur le podcast Coliopod. Amatka, son premier roman, a d'abord été écrit en suédois en 2012 avant d'être traduit en anglais par Karin Tidbeck elle-même et publié en 2017, soutenu notamment par Jeff et Ann Vandermeer. Et pour cause : Amatka, c'est un peu le mélange entre le New Weird cher aux Vandermeer et 1984.

L'aspect Orwellien est assez transparent : la population des colonies est organisée et contrôlé par un régime politique simple, un communisme autoritaire primitif, où le collectif prime totalement sur l'individuel, où les citoyens déviants peuvent être punis. Pour limiter justement ces déviances, le langage a été remodelé pour éviter toute référence au passé. Dans ce monde où les animaux n'existent pas, où la culture principale est le champignon qui sert aussi bien d'aliment que de matière première, tout mot ou expression faisant référence à une nature disparue a été supprimée; le langage est devenu purement descriptif. Cette organisation, comme toute dictature, est basée sur la stabilité et sur le présent et refuse tout changement, toute référence à un passé ou un avenir différent, quitte à travestir le passé proche ou à contrôler les possibles changements (par une incroyable séance publique d'autocritique, par exemple).

C'est là qu'intervient le coté Weird : tout n'est pas si stable dans ce monde. Les objets, malgré un étiquetage systématique descriptif, au bout d'une certaine période, perdent leur structure et se tranforment en une mousse nocive. Wanja, qui semble n'avoir jamais maîtrisé sa vie, découvre qu'elle peut avoir un certain pouvoir sur les objets, qu'elle peut faire autre chose que se conformer à la structure autoritaire de son monde. Et cela entraine le glissement progressif du roman dans l'étrangeté la plus totale.

Amatka, malgré sa brièveté (ou grâce à celle-ci ?) contient plus d'idées et de pistes de réflexion que la quasi-totalité de la production actuelle. Dans un accord parfait entre le fond et la forme, entre le maniement du langage et celui de la société, Karin Tidbeck utilise deux des thèmes les plus usés de la science-fiction, la dystopie et le post-apocalyptique, pour délivrer l'un des romans les plus originaux et les plus forts de ces dernières années.

René-Marc DOLHEN
Première parution : 19/3/2018
nooSFere




 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 65722 livres, 64972 photos de couvertures, 60478 quatrièmes.
8089 critiques, 36020 intervenant·e·s, 1452 photographies, 3687 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.