Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
New York 2140

Kim Stanley ROBINSON

Titre original : New York 2140, 2017
Première parution : Orbit, mars 2017

Traduction de Sylvie DENIS
Illustration de Stephan MARTINIÈRE

BRAGELONNE (Paris, France), coll. Science-fiction
Date de parution : 18 novembre 2020
Dépôt légal : novembre 2020, Achevé d'imprimer : octobre 2020
Première édition
Roman, 672 pages, catégorie / prix : 25 €
ISBN : 979-10-281-1437-4
Format : 15,3 x 23,8 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    

« S'il fallait choisir un écrivain dont l'œuvre fera référence pour la science-fiction à l'avenir, ce serait Kim Stanley Robinson. » The New York Times

« Dans quelques décennies, la science-fiction de Robinson ne sera peut-être plus de la fiction. » Atlantic

Avec l’élévation du niveau des mers, chaque avenue est devenue un canal, chaque gratte-ciel, une île. Pour les habitants d’un immeuble de Madison Square, cependant, New York en 2140 est loin d’être seulement une cité submergée par les eaux.
Il y a le trader, qui trouve des opportunités là où d’autres voient des problèmes. Il y a la policière, dont le travail ne disparaîtra jamais… de même que celui des avocats, bien sûr. La star d’Internet, adulée par des millions de personnes pour ses aventures en dirigeable, et le gérant de l’immeuble, respecté par tous pour son souci du détail. Et puis il y a deux gamins qui n’habitent pas ici, mais qui n’ont pas d’autre foyer, et qui sont plus importants que quiconque pourrait l’imaginer. Enfin, il y a les codeurs résidant temporairement sur le toit, et dont la disparition provoque une série d’événements qui vont menacer la vie de tous, et jusqu’aux fondations secrètes sur lesquelles repose la ville…

Une vision audacieuse et brillante de la ville de New York au siècle prochain, finaliste du prix Hugo, catégorie « meilleur roman ».

Kim Stanley Robinson est un best-seller international, lauréat des prix Hugo, Nebula et Locus. Il a été nommé « Héros de l'environnement » par le magazine américain Time.

 
    Critiques    

En 2140 le niveau des mers a monté de 15 à 18 mètres. La partie basse de Manhattan est sous les eaux; certains gratte-ciels ont été étanchéifiés tandis que d’autres s’écroulent. Dans l'immeuble Metlife, Charlotte, la responsable de l'association locale, doit faire face à une mystérieuse tentative d'achat de l'immeuble. Elle recoit l'aide de quelques habitants, dont un trader, une vedette de télé, un gardien peu loquace et deux gamins chercheurs de trésors.

Deuxième livre de Kim Stanley Robinson paraissant aux éditions Bragelonne après l'excellent Aurora, New York 2140 change radicalement d'ambiance en retournant dans une ville en partie engloutie. Robinson est avant tout un écrivain de hard-science et s'attaque cette fois aux théories économiques et aux conséquence du réchauffement climatique.
Si sa description de New York en partie sous les eaux et de l'adaptation de ses habitants à ces nouvelles conditions de vie est réussie, notamment avec les fermes sur les toits, le développement de la pisciculture, l'utilisation de moyens de déplacements aquatique ou l'organisation face à l'arrivée d'une tempête d'une force exceptionnelle, Robinson ne s'en tire pas aussi bien avec la partie économique.
Régulièrement, tous les cinq ou six chapitres, l'auteur nous fait un cours d'économie aride, où l'on découvre notamment qu'il a beaucoup lu Piketty. Remercions Robinson d'avoir indiqué clairement ces chapitres, ce qui permet de les lire en diagonale, voire de les sauter sans trop de remords. L'autre défaut, et il est certainement plus décevant au niveau spéculatif, c'est que si l'auteur est au point sur les théories récentes et sur le fonctionnement actuel de l'économie, il ne fait aucune prospective. Et donc, toute la partie économique et financière de l'intrigue (autour de l'achat de l'immeuble et de la création d'une bulle financière immobilière) est écrite comme si la finance de 2140 fonctionnait globalement comme la finance actuelle, avec du trading haute-fréquence, des programmeurs qui tentent de fausser le système et l'avènement d'une crise suite à l'éclatement d'une bulle. Bref, il nous rejoue la crise de 2008 dans 120 ans sans y changer grand chose.

New York 2140 est donc un roman à moitié raté (ou à moitié réussi si on veut rester positif) : si la partie écologique, avec les conséquences du réchuffement climatique est inspirée et remplie d'images marquantes, il est dificile de rester accroché à l'intrigue économique qui oscille entre l'ennui et le manque de vision. Dommage.

 


René-Marc DOLHEN
Première parution : 17/1/2021 nooSFere


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 72060 livres, 83881 photos de couvertures, 67339 quatrièmes.
8483 critiques, 38800 intervenant·e·s, 1495 photographies, 3729 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.