Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Viendra le temps du feu

Wendy DELORME

Première parution : Paris, france : Cambourakis, 2021

Illustration de Karine ROUGIER

CAMBOURAKIS (Paris, France), coll. Sorcières
Date de parution : 3 mars 2021
Dépôt légal : mars 2021, Achevé d'imprimer : janvier 2021
Première édition
Roman, 272 pages, catégorie / prix : 18 €
ISBN : 978-2-36624-557-8
Format : 13,0 x 21,0 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture

« Elles étaient toutes brisées et pourtant incassables. Elles existaient ensemble comme un tout solidaire, un orchestre puissant, les organes noués en ordre aléatoire, un grand corps frémissant. Et j'étais l'une d'entre elles. »
Une société totalitaire aux frontières closes, bordée par un fleuve. Sur l'autre rive subsistent les vestiges d'une communauté de résistantes inspirée des Guérillères de Monique Wittig. Dans la capitale du territoire fermé, divers personnages se racontent, leurs aspirations, leurs souvenirs, comment survivre, se cacher et se faufiler dans un monde où les livres sont interdits.
Une dystopie où se reflètent les crises que nous traversons aujourd'hui. Un roman choral poétique et incandescent, où l'on parle d'émancipation des corps, d'esprit de révolte et de sororité. Un hommage à la littérature et à son potentiel émancipateur et subversif.

Critiques

Suite à un suicide massif d’une génération adolescente devant l’inaction climatique des gouvernements, un Grand Pacte National a été promulgué, non pour lutter contre le dérèglement du climat, mais pour relancer la natalité en forçant les femmes à enfanter avant vingt-cinq ans et pour annihiler toutes les sources de subversions. Le pouvoir est devenu dictatorial, les livres et autres sources d’informations sont interdits ou contrôlés, la contestation a été dissoute dans le sang. Seuls quelques personnes résistent, majoritairement des femmes, vivant clandestinement dans la ville ou refugiées dans une région éloignée.  

C’est par de multiples voix (quatre femmes, un homme, un enfant) situées à deux époques différentes, la première juste après l’instauration de la dictature du pacte national, la seconde (et plus importante) un peu plus d’une trentaine d’années après, que l’on découvre ce pays dystopique. Ces voix, ce sont celles des personnes ayant résisté à ce pacte : d’abord un groupe de femmes qui ont fui la ville pour se réfugier dans des grottes qu’elles ont creusées en partie, établies en une communauté autonome mais fragile. Mais aussi celles qui sont nées après le pacte, qui n’ont connu que le pouvoir autoritaire, comme le couple Louise et Raphaël. Louise, mascotte de supermarché le jour, danseuse nue la nuit dans un club/librairie clandestin, mais aussi lieu de rencontre homosexuel fréquenté par Raphaël.

Viendra le temps du feu est bien évidemment, le quatrième de couverture ne s’en cache pas, un roman féministe militant. On y parle d’oppressions des femmes et des homosexuels, résistance à un pouvoir patriarcal extrême, sororité et auto-organisation. Ce n’est pas pour autant un essai politique déguisé en roman : l’autrice y déploie un vrai talent de conteuse, donne vie à ses personnages qui ne sont pas là pour déclamer de longs monologues ressemblant à des tracts, mais qui nous rappellent juste que les premières victimes des pouvoirs autoritaires sont souvent les femmes et les minorités sexuelles. L’utilisation de ces six voix, couplée à des chapitres courts, donne au roman un rythme rapide, sans temps morts, rendant ce monde et ses résistances aussi vivants que possible.

Certes, pour le lecteur ou la lectrice de dystopies, les références paraitront nombreuses et un peu trop évidentes : certains passages évoquent 1984 (la découverte des quartiers les plus populaires de la ville par exemple, ou la fuite dans la nature), Fahrenheit 451 (pour l’interdiction et la sauvegarde clandestine de la littérature) ou, forcément, la Servante écarlate de Margaret Atwood. On pourra aussi regretter l’utilisation un peu maladroite d’allusions à notre époque, notamment avec le personnage de Geïa Walden (encore un clin d’œil, cette fois à l’œuvre de Thoreau), mais cela n’enlève rien aux qualités du récit.

Viendra le temps du feu est une dystopie aussi réaliste que glaçante racontée avec talent par Wendy Delorme. C’est aussi un roman où perce l’espoir, où malgré un univers sombre et autoritaire, les personnages bougent, vivent et ne se laissent pas écraser, où les jours heureux peuvent encore revenir.

 

René-Marc DOLHEN
Première parution : 16/5/2021 nooSFere

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 73639 livres, 80884 photos de couvertures, 69142 quatrièmes.
8521 critiques, 39690 intervenant·e·s, 1517 photographies, 3734 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2021. Tous droits réservés.