Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
En direct

Norman SPINRAD

Titre original : Pictures at 11, 1994
Première parution : New York : Bantam Books, décembre 1994

Traduction de Bernard SIGAUD

DENOËL (Paris, France), coll. Présences n° (30)
Dépôt légal : mai 1996, Achevé d'imprimer : mai 1996
Roman, 624 pages, catégorie / prix : 149 FF
ISBN : 2-207-24469-5
Format : 14,0 x 20,5 cm  
Genre : Hors Genre



    Quatrième de couverture    
     A KLAX-TV, petite chaîne de télévision qui vivote à Los Angeles, commence apparemment une journée comme les autres au milieu de la chaleur torride et de la pollution atmosphérique.
     Apparemment. Car les Brigades vertes, des écoterroristes de choc, viennent briser la routine des feuilletons débiles et du blablabla sur les derniers scandales hollywoodiens. Aussi décidés qu'organisés, ce n'est pas seulement le personnel de la station qu'ils prennent en otage mais L'INFORMATION. Cette information qui nous cache tant de choses...
     Mauvaise nouvelle : ils ont bourré la station d'explosifs assez puissants pour faire sauter l'immeuble et tous ses occupants si leurs revendications — exorbitantes ! — ne sont pas satisfaites.
     Bonne nouvelle : les animateurs de KLAX ont l'exclusivité sur leur propre kidnapping et l'audimat est en passe de crever le plafond...
 
     Construit comme un reportage en direct, un huit clos haletant au cours duquel des terroristes d'un nouveau genre affrontent le pouvoir de l'image. Une occasion pour Norman Spinrad de renouer avec la veine (et la verve !) de Jack Barron et l'éternité.
 
     Norman Spinrad, né à New York en 1940 et installé à Paris depuis 1988, s'emploie à faire de la science-fiction la littérature même des grands enjeux contemporains. Auteur de nombreuses nouvelles et de seize romans dont certains ont fait date dans l'histoire du genre, journaliste, critique, essayiste, parolier, il fait feu de tout bois pour dénoncer, des plus évidentes aux plus insidieuses, les diverses formes d'aliénation qui nous menacent.
 
    Critiques    
     Un commando écologiste s'empare d'une petite chaîne de télévision privée californienne. Il prend en otage le directeur et les trois animateurs, menace de tout faire sauter, annonce même que l'explosion libérerait une bonne quantité de poussière de plutonium sur Los Angeles. S'ensuivent huit jours de huis clos, de portraits de présentateurs et de « terroristes », de retournements et de suspense : les otages manoeuvrent pour survivre, entre la violence des policiers locaux, le cynisme des officiels et les contradictions de leurs geôliers, sans que l'on sache vraiment où est le plus grand danger pour eux. Le tout est raconté par Spinrad avec son efficacité habituelle, ce qui n'est pas peu dire.
     Certes, les ficelles habilement manipulées sont celles du thriller, et il y a apparemment peu de SF là-dedans, en dehors de l'aggravation de la pollution et de la sécheresse, peut-être du système d'interconnexion des chaînes, et surtout de la raison initiale de la prise d'otages, alerter l'opinion avant qu'elle accepte par référendum l'installation d'une série de réacteurs nucléaires dans une zone connue pour ses tremblements de terre. Reste qu'il s'agit bien d'extrapolation, et qu'en dehors même des antécédents de l'auteur, le roman mérite tout à fait qu'on le mentionne ici, et qu'on le dévore. D'autant qu'il fait réfléchir sur notre monde. Car les preneurs d'otages sont eux-mêmes pris en otage, par les médias. Ils deviennent un élément du spectacle ; en même temps, les plus sympathiques, les moins fanatiques, acceptent cette absorption, qui leur bénéficie, et permet de faire avancer une partie de leurs idées, alors que les autres ne cachent qu'une pulsion de mort sous leur radicalité. Et si l'auteur, nostalgique des années soixante, appelle les lecteurs à se mêler de tout ce qui les regarde, de ce qui pèse sur leur vie, en même temps, il est loin de condamner le star-system, politique ou médiatique — il faut dire qu'il y participe un peu. Dernière pirouette, tout est fait pour que ce livre sur les médias soit facilement adaptable au cinéma ou à la télévision. Tout cela évite à ce roman éminemment politique les lourdeurs et les tristesses de la démonstration, et confirme Spinrad dans son rôle de liberal, mais au sens américain du mot, c'est-à-dire plus près de Cohn-Bendit que de Juppé ou de Madelin : on ne s'en plaindra que modérément.

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/9/1996 dans Galaxies 2
Mise en ligne le : 1/12/2001


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68980 livres, 76504 photos de couvertures, 64032 quatrièmes.
8383 critiques, 36571 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.