Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Glace et le fer / A la poursuite de Lincoln

Wilson TUCKER


Traduction de C. et L. MEISTERMANN
Illustration de SULMER

OPTA , coll. Club du livre d'anticipation n° 71
Dépôt légal : 3ème trimestre 1979
Recueil de romans, 528 pages, catégorie / prix : nd
ISBN : 2-7201-0114-1   
Genre : Science-Fiction

Tirage limité à 3 000 exemplaies numérotés + 100 H.C.



    Quatrième de couverture    
La Glace et le Fer. Les Hivers de plus en plus rigoureux que nous connaissons ne sont que les signes avant-coureurs d'une nouvelle glaciation. Dans quelques siècles, des stations avancées seront chargées de ratisser les terres encore libres et l'une d'elles récupérera d'étranges briques en argile et mille autres objets semblables à ceux recensés naguère par Charles Fort... parmi lesquels des cadavres. Mais des cadavres en provenance de quel monde ?

A la Poursuite de Lincoln pourrait être considéré comme un roman historique, mais conçu par le monde de l'an 2578. Il n'en reste pas moins que l'auteur, tout comme dans La Glace et le Fer ou le Maître des Ages (coll. G. Bis) nous réserve énigmes et rebondissements à intervalles réguliers.

    Sommaire    
1 - La Glace et le fer (Ice and Iron), pages 11 à 269, Roman, trad. C. et L. MEISTERMANN
2 - A la poursuite de Lincoln (The Lincoln Hunters), pages 275 à 520, Roman, trad. C. et L. MEISTERMANN
 
    Critiques    
 
     Le Temps obsède Tucker. Le Temps qui oblige à la confrontation entre univers parallèles, reliés par d'étranges time travellers.
     La Terre connaît une nouvelle période glaciaire. Suivant la route des glaces vieilles de douze mille ans, l'inlandsis du Groenland pousse ses langues de gel jusqu'aux fleuves Ohio et Missouri. Petit à petit la civilisation recule et laisse la place au froid, au blizzard et aux loups. Ce n'est pas Le navire des glaces et sa tragique beauté, mais plutôt la tristesse de Quintet, l'amertume d'un monde à l'agonie inexorablement repoussé par des murailles de gel. Aux avant-postes de la mort blanche, sur la frange de l'inlandsis, « Fisher » Yann Highsmith et le personnel de la base de Regina se livrent à une étonnante besogne : récolter les étranges débris qui tombent du ciel, analogues à ceux recensés naguère par Charles Fort dans son fameux Livre des damnés. D'où viennent-ils, ces fragments d'artefact ? De quel monde futur sont-ils les défenseurs, ces cadavres de guerriers -morbides time travellers — qui tombent doucement, dans le silence ouaté d'un éternel hiver qui se répand sur la planète ? De quelle civilisation à venir « Fisher » Yann Highsmith est-il l'archéologue ?
     Dans L'année du soleil calme 1, Brian Chaney était envoyé par le Pentagone dans le futur, vérifier les prévisions des prospectivistes. Dans A la poursuite de Lincoln, c'est vers le passé qu'est propulsé le Chercheur Temporel Benjamin Steward. Le travail des C.T. consiste à collecter des objets historiques afin de satisfaire la demande des musées et des collectionneurs privés. (A vrai dire, le but réel n'est pas d'ordre culturel, mais plus prosaïquement d'ordre financier : un tir temporel coûte très cher, et l'argent ainsi gagné atterrit directement dans les caisses impériales !) Apparemment, la mission de Benjamin Steward est des plus simples : enregistrer te discours prononcé par Abraham Lincoln le 29 mai 1856 à la Convention Républicaine de Bloomington et que l'Histoire n'a pas retenu. Hélas, dès le début tout foire dans le tir. Benjamin est envoyé le lendemain du fameux discours. Un nouveau tir l'envoie — avec ses coéquipiers — au jour J ; mais, s'il s'attarde, ne risque-t-il pas de se rencontrer et donc de s'annuler ?
     Par petites touches, Tucker décrit avec sobriété deux mondes en présence. Celui de Lincoln et celui des Chercheurs Temporels (700 ans après la Seconde Révolution). Celui de la Glace et celui du Fer. Des mondes que tout oppose et que Tucker évoque par bribes et ricochets, le lecteur étant sommé de reconstituer la mosaïque à l'aide de quelques fragments. Tout comme « Fisher » Yann Highsmith. Décor et personnages sont brossés avec réalisme, une tranquille autorité et un sens certain de l'humour.Il se passe peu de choses dans ces deux romans, mais il est pourtant bien difficile d'échapper à l'envoûtement du texte, étonnant d'intelligence et de charme.
     Wîlson Tucker est un auteur peu connu en France, malgré le remarquable L'année du soleil calme. Né en 1914. fan d'une prodigieuse activité dans les années 30., il a fait paraître sa première nouvelle en 1941. Sa production est très étalée dans le temps, puisque A la poursuite de Lincoln date de 1957 (avec un additif de 1968) et La glace et le fer de 1974 (et non 1979, comme l'indique le copyright). En réunissant ces deux passionnants romans sous une même couverture, le CLA, justifie parfaitement sa formule omnibus en permettant de mieux faire connaître un auteur grâce au double éclairage ainsi réalisé. Une réussite !

Notes :

1. Laffont « Auteurs et Demain » (réédité au livre de Poche).


Denis GUIOT
Première parution : 1/6/1980 dans Fiction 309
Mise en ligne le : 1/5/2009


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68142 livres, 71764 photos de couvertures, 63104 quatrièmes.
8172 critiques, 36327 intervenant·e·s, 1472 photographies, 3700 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.