Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Par-delà les murs du monde

James Jr. TIPTREE

Titre original : Up the Walls of the World, 1978
Traduction de Élisabeth VONARBURG
Illustration de Stéphane DUMONT

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 283
Dépôt légal : 3ème trimestre 1979
Première édition
Roman, 352 pages, catégorie / prix : 4
ISBN : néant
Format : 11,0 x 18,0 cm
Genre : Science-Fiction



Quatrième de couverture
     Dans l'espace. Une vaste entité immatérielle, avide d'énergie, détruit un à un les systèmes solaires pour obéir à un Ordre sacré dont elle-même ignore les raisons.
     Sur Tyree. Tivonel et ses compagnes chevauchent les vents afin de nourrir les mâles de leur espèce, occupés par une mission si haute qu'ils sont seuls à pouvoir la mener à bien : porter et élever les enfants.
     Sur la Terre. Un groupe de télépathes rassemblés sous l'égide de l'armée explore les facultés psi.
     Des êtres, des civilisations que tout sépare et qui pourtant devront sous peine de mort collaborer et même d'avantage : échanger leurs âmes et leurs corps.

L'auteur :
James Tiptree Jr est resté pendant longtemps l'auteur-mystère de la S.-F. américaine.
Des nouvelles percutantes et « viriles » l'avaient fait connaître.
On sait depuis peu qu'il s'agit d'une femme, une sexagénaire, nommée Alice Sheldon.
Par-delà les murs du monde, son premier roman, est en piste pour le Hugo.
Critiques
 
     COLLISION COSMIQUE

     Le premier roman de James Tiptree Jr., dont on resta longtemps sans savoir que le pseudonyme masculin dissimulait une vénérable aïeule.
     Le ressort d'écriture adopté par Tiptree est, semble-t-il, simple : une alternance stricte de trois points de vue — une sorte d'immense arche stellaire apparemment douée de conscience ; sur Terre, les protagonistes d'une expérience « psi » ; une planète lointaine en train de mourir (Tyree) et peuplée de « raies manta » intelligentes et télépathes. Pendant un bon tiers du livre, les trois perspectives, hétérogènes, se succèdent avec une régularité métronomique, elles se passent sagement la balle. Mais elles tardent à se lier. Ce qui a pour résultat, tout le temps que dure la mise en place, de produire un effet de collage. Aucune partie n'apparaît motivée par les deux autres. Du coup, le procédé s'exhibe, il devient évident, un peu encombrant, au lieu de rester discret, dynamique. Mais ce n'est qu'un petit reproche. Lorsque le collage est dynamité, lorsque les parties s'interpénètrent, pour raconter une formidable histoire d'échanges de corps et d'esprits (cf. le titre-référence à Lovecraft), l'effet produit est l'abattage des cloisonnements qui fusionnent à tous les niveaux. Formel : la succession des points de vue s'étiole. Thématique : choc des civilisations et des personnages par le biais d'une sorte de « possession » et d'un « voyage astral » à l'échelle galactique. Ce qui, au début, faisait croire à un pur procédé transforme le texte en une belle machinerie (dictionnaire : « ensemble de machines concourant à un but commun ») à rêver.
     A noter également la traduction en tous points excellente d'Elisabeth Vonarburg (on chuchote qu'elle assurerait désormais la traduction du cycle de Tanith Lee, Karrakazi, dont Marabout a entamé la publication. Eu égard à son travail remarquable sur Tiptree, on ne peut que s'en réjouir).

Bruno LECIGNE
Première parution : 1/2/1980 dans Fiction 306
Mise en ligne le : 11/7/2009

retour en haut de page

Dans la nooSFere : 76657 livres, 87789 photos de couvertures, 72508 quatrièmes.
8552 critiques, 41745 intervenant·e·s, 1594 photographies, 3744 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres et ne publions pas de textes.
Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2022. Tous droits réservés.