Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Tonnerre Lointain

Serge LEHMAN


Cycle : F.A.U.S.T.  vol. 3


Illustration de Philippe JOZELON

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. F.A.U.S.T. n° 3
Dépôt légal : juin 1997
238 pages, catégorie / prix : 69 FF
ISBN : 2-265-06193-X   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Mai 2095. Aux frontières de la Fédération européenne, la tension est montée d'un nouveau cran. En dépit de l'hostilité des pays-membres, l'Instance étend son emprise sur le Veld et commence à édifier des villes-franches —  les Haciendas, quadrillées par les légions de B-men.
     Pour nombre de citoyens européens, il n'existe désormais qu'un seul recours  : les Défenseurs —  ces agents semi-humains, véritables soldats du droit, dont Chan Coray est le chef de file. Partout, on attend, on espère, on guette un signe de leur part... En vain. Chan a disparu. Il a quitté le siège du Square et s'est lancé dans une quête désespérée. De Paris à Vladivostok, en passant par la Mandchourie en guerre, Chan arpente le vieux monde à la recherche d'un spectre, une fille-fantôme qui a juré sa perte et qui, pourtant, est pareille à lui. Il marche sur les traces du tonnerre.

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
Denis Guiot, Stéphane Nicot & Alain Laurie : Dictionnaire de la science-fiction (liste parue en 1998)  pour la série : F.A.U.S.T.
Association Infini : Infini (3 - liste francophone) (liste parue en 1998)  pour la série : F.A.U.S.T.

 
    Critiques    
     A l'évidence, Serge Lehman marque une pause dans le cycle de F.A.U.S.T.
     Le voyage entrepris par Chan Coray pour retrouver sa « jumelle » Katryn est une sorte de voyage initiatique. Mais à l'inverse d'un Luke Skywalker à la recherche de la Force, Chan cherche à se dépouiller de ses pouvoirs de Défenseur acquis contre son gré, pour tenter d'atteindre au fond de lui-même l'essence de son être : « La seule question était : et moi, que sais-je faire ? » (p 135).
     Et ce « que sais-je faire ? » est très proche de la question existentielle : « qui suis-je ? ». Chan a une conscience aigue d'être utilisé par le Square, mais surtout d'avoir été utilisé dans son enfance, par son père adoptif : « J'ai l'impression de ne pas être réellement un homme — juste l'incarnation d'un plan, échafaudé par un vieil érudit paranoïaque » (p 49). Certes, Paul l'a aimé. Mais comment exister lorsqu'on est programmé ?
     Il y a peu d'action, peu de suspense dans Tonnerre Lointain, et les péripéties sont contingentes. Chan se cherche, et seule la grande maîtrise de l'auteur permet au roman — très introspectif — de tenir la route, sans convaincre pleinement pour autant.
     Curieusement, Lehman éprouve le besoin de surligner le contexte idéologique de la série. Certes, c'est la règle du jeu si l'on veut que le roman puisse être lu de manière autonome, mais cette volonté démonstrative étonne de sa part. Comme s'il voulait rappeler que F.A.U.S.T. n'est pas un feuilleton à consommer sans réfléchir.
     La scène où le jeune Gary découvre la bande annonce de la nouvelle série telmat est, à cet égard, très révélatrice : « Combats de bondisseurs dans un ciel de tempête, mouvements de troupes, explosions et jets de flammes multicolores, silhouette de héros solitaire, debout au milieu des nuées... Gary ouvrit des yeux ronds.
     — Hé ! Ça a l'air bien.« (p 75)
     On découvre 110 pages plus loin que cette série dont le héros est un B-Man nouvelle manière « qui ne se contente pas de descendre dans le Veld pour casser du wonderboy » s'appelle .... F.A.U.S.T. !
     C'est l'éternelle hantise de l'intellectuel qui craint d'être récupéré. Voilà pourquoi, Lehman multiplie les mises en garde idéologiques et tout particulièrement celle-ci : « Il n'y a rien à attendre des Puissances. Leur objectif est le profit » (p 64), même si l'Instance évolue ; ajoutant dans la foulée que la solution viendra du retour du politique 1.
     Cette crainte obsessionnelle d'être utilisé éclaire aussi d'un jour nouveau la « quête du père », constante de l'univers lehmanien 2. En fait, à travers le rapport au père, c'est le fondement de toute relation humaine que questionne Lehman : peut-il exister des relations entre deux êtres humains sans que personne ne soit utilisé, même pour une bonne cause ? Ce sont aussi les rapports qu'entretient l'auteur avec son éditeur, ses lecteurs, les critiques et le marché de l'édition qui sont interrogés ; ceux-ci ne s'opposent-ils pas à la liberté créatrice de l'auteur ? In fine, il s'agit même de savoir si la créature n'utilise pas son créateur !
     Cette interrogation n'a rien d'égocentrique, car Chan l'accompagne d'un christique : « A qui vais-je être utile ? ». Réconcilié avec lui-même et son statut de Défenseur (ou désabusé ?), il retourne au Complexe après son périple, instruire les nouvelles recrues.
     Le 4ème volume de la série s'intitulera « L'Age de chrome ».


Notes :

1. Il faut bien avouer qu'en ces temps de Pensée Unique basée sur les diktats de la loi des marchés, l'insistance de Lehman est parfaitement compréhensible.
2. Interviewé par André-François Ruaud dans le recueil La Sidération (co-éditions Encrage/Destination Crépuscule), Serge Lehman propose une curieuse explication : « Ce n'est que l'un des stéréotypes qui encombrent mon travail — et il y en a tant d'autres ! »


Denis GUIOT
Première parution : 1/9/1997 dans Galaxies 6
Mise en ligne le : 1/2/2001


     Chan Coray le leader des Défenseurs, revient pour le troisième volet de ce qui est bien l'un des événements éditorials les plus marquants de ces derniers mois : le cycle FAUST. Un événement, dit-on ? Sans doute et à double titre. D'abord de par sa forme, bien sûr, parce qu'une série (annoncée par l'auteur en plusieurs dizaines de tomes !) sous une unique signature, par un écrivain Français et en grand format qui plus est, il y a là de quoi en étonner plus d'un. De par son fond, ensuite, c'est à dire les qualités éventuelles de la dite série, qui, après lecture des trois premiers opus, ne peuvent qu'enthousiasmer un lectorat francophone qui commence tout juste à se rendre compte qu'avec des gens comme Ayerdhal, Bordage ou Genefort (j'en oublie mais c'est exprès...), et bien une S-FF tant pertinente que divertissante, ça n'a rien d'un vœu pieux ! La preuve.
     Donc, et chacun l'aura compris, FAUST, c'est très bien. Sauf que, à force de lire des trucs très biens, eh !, on devient exigeant (le lecteur est un animal bruyant : il crie quand c'est pas bien parce qu'il a le sentiment de s'être fait voler, il crie aussi quand c'est bien histoire d'être sûr de ne pas se faire voler la prochaine fois...). Aussi, force est de constater que Tonnerre lointain nous laisse, après lecture, comme un petit arrière-goût de déception.

     L'auteur le dit lui-même, dans ce qu'il a plaisamment nommé son « pathos final », le présent volume marque la fin de ce que l'on pourrait appeler une première partie dans l'œuvre énorme que représente FAUST pris dans son intégralité future. Et, pour conclure cette fameuse première partie, Lehman a délibérément choisi de recentrer l'action autour de son héros, Chan Coray. Un choix apparemment légitime, puisque Coray s'impose comme pilier de l'actuelle trilogie, une trilogie de mise en place, est-on tenté d'écrire. Si le choix est légitime, il n'en fait pas moins passer très au second plan le cadre général de la série, à savoir la guerre que se livrent l'Instance (les entreprises-états, les méchants, quoi) et les gouvernements démocrates. Envolées donc les lourdes ambiances d'espionite aiguë de Les défenseurs, envolées aussi les multiples facettes d'une intrigue à plusieurs vitesses (globalement, bien sûr, car Lehman continue de construire ses romans en mêlant les points de vue, les lignes narratives, mais il le fait ici de manière nettement moins systématique et pertinente). Un recentrage, donc, autour d'un Chan Coray embarqué dans une quête personnelle qui a tout d'une initiation... Ainsi Tonnerre lointain perd-il en intensité dramatique, en efficacité. En revanche et naturellement, le personnage de Coray se développe de bien belle manière. À tel point qu'on en vient a s'interroger sur les motivations de l'auteur quant au choix évoqué plus haut, lorsque ce dernier avoue, toujours dans son « pathos final », réserver un rôle bien moindre à son jeune héros dans les volumes à venir... Mais pourquoi, alors, l'avoir présentement développé de la sorte ?

     Bref, Tonnerre lointain n'est pas le meilleur des trois premiers tomes de FAUST (la palme allant incontestablement au tome deux) ; l'auteur se contentant d'exploiter son univers, d'affiner ses personnages. Ce qui n'en fait pas un mauvais roman, loin de là : l'écriture de Lehman garde toute son acuité, toute sa limpidité, et il continue de nous assener de ces retournements surprises dont-il a le secret, On ira même au-delà en affirmant qu'avec ce tome, Lehman démontre comment, à partir d'une simple histoire de quête (encore... !) sans beaucoup d'originalité, en fait d'une intrigue bien mince, il parvient a édifier un roman malgré tout captivant, ce qui est bien là la preuve d'un talent indéniable (mais ça, on le savait déjà).

     En attendant donc impatiemment la suite, un quatrième volume intitulé L'âge de chrome (la date de publication n'est pas, au moment ou nous imprimons, annoncée, mais l'on peut présager du début d'année 98 1), une longue nouvelle space op' dans Bifrost 07, mais surtout et plus près de nous L'ange des profondeurs, premier volet d'une série de six tomes à paraître, toujours au Fleuve Noir, dans la collection « Mystère S-F ».

Notes :

1. Non paru à l'heure où nous mettons cette chronique en ligne — Note de nooSFere.


ORG
Première parution : 1/10/1997 dans Bifrost 6
Mise en ligne le : 6/11/2003

 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 

Dans la nooSFere : 62621 livres, 58864 photos de couvertures, 57111 quatrièmes.
7958 critiques, 34368 intervenant·e·s, 1334 photographies, 3656 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.