Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
L'Elvissée

Jack WOMACK

Titre original : Elvissey, 1993

Traduction de Jean BONNEFOY
Illustration de Michel BORDERIE

DENOËL (Paris, France), coll. Présence du futur n° 558
Dépôt légal : avril 1995
368 pages, catégorie / prix : 6
ISBN : 2-207-30555-4
Format : 11,0 x 18,0 cm  
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Retour au XXIe siècle parallèle évoqué dans Terraplane  : l'Amérique de la toute-puissante multinationale Dryco, de la délingue généralisée et des sectes délirantes. La dernière en date  : l'Église d'Elvis, qui attend le retour du Messie de Memphis. Toujours prête à renforcer son pouvoir, la Dryco a décidé de dépêcher dans les années 50 deux de ses agents, Isabel et John, pour récupérer le King à l'aube de sa carrière et l'offrir à la foule de ses adorateurs. Mais double problème  : 1) l'apartheid fait rage dans l'Amérique (elle aussi parallèle) de 1954 et Isabel et John, qui sont noirs, doivent subir un traitement « décolorant  » aux effets secondaires redoutables  ; 2) l'Elvis local, une fois découvert, est loin de correspondre au personnage légendaire  ; c'est bien la voix d'Elvis, son rictus charmeur, sa dégaine équivoque, mais le reste...

     Jack Womack, né dans le Kentucky en 1956, a réussi l'exploit d'être reconnu dès ses premiers romans comme un des représentants les plus originaux de la mouvance « cyberpunk  ». Bruce Sterling et William Gibson l'encensent, et la critique américaine a salué en lui un digne successeur du Dick de Blade Runner et de l'Anthony Burgess d'Orange mécanique.

    Prix obtenus    
Philip K. Dick, roman, 1994
 
    Critiques    
 
     Nous sommes en 2003, mais dans un univers parallèle au nôtre, où la toute-puissante multinationale Dryco étend son pouvoir sur un monde bien déglingué, ravagé par la montée des océans (au point qu'il a fallu rebâtir une « nouvelle New York » pour garder les pieds au sec) et celle, concomitante, des sectes dont une, gratinée, l'Eglise d'Elvis, qui n'attend rien moins que le retour du Messie de Memphis (d'où le titre, L'Elvissée, croisement explicite d'Elvis et de l'Odyssée).
     Jack Womack s'était déjà fait remarquer avec Terraplane, premier tome de sa saga uchronique délirante, où le personnage pivot était là aussi un musicien, en l'occurrence Robert Johnson, bluesman des années trente connu entre autres pour son « Terraplane Blues ». Rappelons que dans cette chanson, la Terraplane (un modèle fabriqué par Hudson entre 1932 et 1938), devient une métaphore du sexe : la Terraplane, rétive au démarrage de l'auteur, convoque l'idée de sa petite amie qui se laisserait monter par un autre homme, et les divers problèmes mécaniques y prennent des connotations sexuelles. (Thématique qui n'est pas tombée dans l'oreille d'un sourd, puisque le titre devait inspirer quantité de chanteurs et de groupes dont, last but not least, Led Zep avec leur « Trampled Under Foot ».)
     Dans ce deuxième tome de sa saga, Dryco, pareille à la Rome antique face aux premiers chrétiens, sent son pouvoir menacé par le succès grandissant des disciples d'Elvis. Elle décide donc de recourir aux grands moyens pour rectifier le tir et dévier le cours de l'histoire : elle envoie des agents dans le passé. C'est que (détail qui n'en est pas un), dans cette uchronie, on voyage dans le temps, et, en toute logique, ce passé est lui aussi « parallèle ». Oui, je sais, ça paraît compliqué, mais c'est heureusement plus simple à lire qu'à expliquer.
     Mais voilà, ces agents se retrouvent en 1954 dans une Amérique ravagée par l'apartheid, au point qu'ils doivent recourir aux grands moyens en se faisant « décolorer » (ah oui, c'est que nos deux agents sont noirs, c'est ballot). Sans compter que l'Elvis qu'ils retrouvent (après moult péripéties) est bien loin d'être la célèbre rock star à l'orée de sa carrière... On pourra songer au film Jean-Philippe de Laurent Tuel, mais ici Elvis n'est pas un anonyme et bien inoffensif Jean-Philippe Smet, patron d'un bowling miteux, mais un redoutable prédateur sexuel, psychotique et schizophrène pour faire bonne mesure (on le serait à moins).
     C'est au point que les agents de Dryco n'ont d'autre choix que de l'« exfiltrer » dans leur monde contemporain — décision malheureuse qui ne fera qu'aggraver la situation et l'état mental d'Elvis lorsque ce dernier découvre, accablé, l'image christique qu'il est devenu pour ses fans, pour le coup fanatiques au sens propre du terme. Tout cela culminera lors d'une Fancon tenue à Londres...
     On songe bien sûr aussitôt au film Galaxy Quest qui joue, là aussi, sur le suintement de la légende dans le réel et la force médiatique de ces héros mythologiques contemporains que sont devenus nos rock stars ou nos acteurs de séries télévisées (d'où le titre du roman, encore une fois).
     Le roman va toutefois plus loin que la simple pochade et n'hésite pas à soulever des questions dérangeantes : le pouvoir des sectes, l'emprise des multinationales, l'impossibilité de rectifier l'« effet papillon » de décisions politiques malencontreuses... tout cela ponctué par la guitare et la voix d'un Elvis devenu contre son gré le « Tommy » d'un opéra-rock sombre et saccadé.

Jean BONNEFOY (lui écrire)
Première parution : 1/1/2013 dans Bifrost 69
Mise en ligne le : 17/12/2017


 
retour en haut de page
Dans la nooSFere : 66123 livres, 66013 photos de couvertures, 60921 quatrièmes.
8090 critiques, 36179 intervenant·e·s, 1459 photographies, 3689 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2019. Tous droits réservés.