Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Ligne verte

Stephen KING

Titre original : The Green Mile, 1996

Traduction de Philippe ROUARD
Illustration de Philippe JOZELON

Éditions 84 (Paris, France)
Dépôt légal : août 1997, Achevé d'imprimer : août 1997
Roman, 400 pages, catégorie / prix : 89 FF
ISBN : 2-277-25020-1
Format : 15,0 x 24,0 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Maître incontesté du suspense et de l'épouvante, Stephen King a connu depuis la publication de son premier roman, un succès phénoménal qui ne s'est jamais démenti à ce jour. Il est aujourd'hui l'un des écrivains les plus lus au monde.
     En 1996, Stephen King décide de relever un défi étonnant. Écrire un roman en épisodes ! S'il veut garder l'attention de son lecteur, le suspense ne doit jamais faiblir et chaque épisode est une nouvelle surprise...
     A l'origine parue en Librio sous forme de six épisodes publiés à un mois d'intervalle, La ligne verte est enfin rassemblée en un seul volume, enrichi d'illustrations originales.
 
     Octobre 1932. Cold Mountain, un pénitencier d'état, en Louisiane.
     A l'écart des autres, le bloc E. Celui des condamnés à mort, l'antichambre de l'enfer. Au bout du long couloir, celui que les prisonniers appellent la ligne verte, trône la chaise électrique. Miss Cent Mille Volts au baiser mortel...
     Sa prochaine victime, John Caffrey. Le meurtrier des petites jumelles Detterick, découvert en larmes devant leurs cadavres ensanglantés. L'air étrangement absent... Et sa réponse quand on l'a interrogé : « J'ai pas pu faire autrement »...
     Paul, le gardien-chef, l'accueille comme les autres, sans états d'âme.
     Pourtant, quelque chose se trame... L'air est étouffant, la tension à son comble.
     Un rouage va lâcher, mais pourquoi ? Les provocations sadiques d'un maton dérangé, une exécution de trop, l'arrivée d'un autre condamné ?
     Et puis il y a la souris, qui était là avant tout le monde. Mister Jingles. Une souris trop curieuse qui trottine dans le couloir de la mort. Partout à son aise, partout chez elle. Comme si elle portait un terrible secret que les hommes ignorent...

    Sommaire    
1 - Lettre au lecteur, pages 7 à 10, Préface, trad. Philippe ROUARD
2 - Postface, pages 397 à 399, Postface, trad. Philippe ROUARD

    Prix obtenus    
Bram Stoker, roman, 1997

    Adaptations (cinéma, télévision, BD, théâtre, radio, jeu vidéo, ....)    
La Ligne verte , 1999, Frank Darabont
 
    Critiques des autres éditions ou de la série    

 
Edition J'AI LU, Littérature générale ()


     Avec une certaine sobriété, King démontre une fois de plus l'aisance avec laquelle il peut développer une intrigue, somme toute assez mince, en peignant notamment les multiples incidents qui font la vie quotidienne de la ligne verte, le couloir de la mort. Dans ce cadre monotone, l'arrivée d'une souris suffit ainsi à révéler les personnalités, à cristalliser les émotions...

     Si le talent de conteur de l'auteur ne fait aucun doute, il se montre peut-être trop bavard, désamorçant ainsi la tension qui devrait monter, rendant presque pittoresque et attendrissant ce microcosme carcéral.
     Certes le fait que le narrateur soit un des geôliers offre un point de vue initialement intéressant... Certes le personnage de John Caffey, cet immense noir couvert de cicatrices, à la mémoire défaillante, est un étrange "étranger", un coupable probable que rien ne semble atteindre... Certes le quotidien de ces hommes, comme par exemple les répétitions des exécutions, est souvent sinistre... Certes le récit fantastique qui se dessine autour des dons de John Caffey est une jolie histoire qui se lit d'une traite... Cependant, nous avons l'impression que King est passé à côté de son sujet.

     En effet, le roman aurait gagné à être plus incisif, davantage centré sur l'essentiel. De plus, il ne suffit pas de montrer l'horreur d'une exécution (volontairement) manquée, ni même de mettre en avant le risque d'erreur judiciaire, pour réfléchir sur la peine de mort. C'est bien dans le cas d'un crime inexcusable et d'une justice irréprochable que la question prend tout son sens : est-il juste de tuer ? Omettant d'aborder de front cette question, ce roman cesse d'être dérangeant, et demeure moins percutant que d'autres oeuvres traitant du même sujet, comme par exemple De sang-froid de Truman Capote.

     Malgré ces défauts, La ligne verte est pourtant l'un des romans les plus intéressants de l'auteur. La préface nous apprend que cet ouvrage a été conçu comme un roman-feuilleton, à la manière de Dickens, et qu'il est paru en six parties... En dehors de quelques répétitions lors des transitions entre ces parties, il est difficile de voir ici un roman populaire tant le thème central est grave et tant l'action y est réduite. Mais King a voulu mettre tout son talent au service d'une réflexion sérieuse qu'il savait destinée à un grand public, et c'est peut-être là le mérite principal de cet ouvrage par ailleurs fort agréable à lire.

Pascal PATOZ (lui écrire)
nooSFere




 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 69029 livres, 76655 photos de couvertures, 64083 quatrièmes.
8383 critiques, 36583 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.