Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Livre d'Or de la science-fiction : La science fiction soviétique

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Leonid HELLER


Traduction de Jacqueline LAHANA
Illustration de Marcel LAVERDET

POCKET (Paris, France), coll. Le Livre d'or de la science-fiction n° 5174
Dépôt légal : janvier 1984
320 pages
ISBN : 2-266-01341-6   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Le paradis sur terre ? Il suffit de le chercher... ou de l'instaurer ! L'utopie future ? Mais elle est déja réalisée par l'Etat tsariste... ou soviétique ! A ces exigences contradictoires, la science-fiction russe répond traditionnellement par des discours à double sens, un art du clin d'oeil poussé à l'occasion jusqu'au sarcasme, une imagination étincellante qui se joue des pièges. Elle se nourrit de l'espoir (scientifique ou mystique selon les cas) qu'il y a un avenir derrière chaque porte. On peut toujours rêver, non ?
     La S.-F. soviétique ne se réduit pas aux quelques noms célèbres en Occident, comme Efremov ou les frères Strougatski. Officielle ou dissidente, elle est d'une richesse et (du fait de son isolement ?) d'une originalité peu communes. C'est à sa découverte que nous convie Leonid Heller, dans cette anthologie très largement inédite.

    Sommaire    
1 - Leonid HELLER, Un avenir derrière chaque porte : L'histoire en N dimensions de la science-fiction russe, pages 7 à 42, Préface
2 - Evgueni Ivanovitch ZAMIATINE, Contes de Theta (Skazi o fite), pages 43 à 52, trad. Jacqueline LAHANA
3 - Alexeï GASTEV, Mot sous presse (Slovo pod pressom), pages 53 à 59, trad. Jacqueline LAHANA
4 - Nicolaï ASSEEV, Demain (Zavtra), pages 61 à 71, trad. Jacqueline LAHANA
5 - Danil HARMS, Comment les messagers me rendirent visite (O tom, tak menia posetili vestniki), pages 73 à 75, trad. Jacqueline LAHANA
6 - Alexandre BELIAEV, La Lumière invisible (Nevidimyï svet), pages 77 à 93, trad. Jacqueline LAHANA
7 - Ivan EFRÉMOV, Olgoï-Khorkhoï (Olgoï-Khorkhoï), pages 95 à 112, trad. Jacqueline LAHANA
8 - Genrikh ALTOV, Icare et Dédale (Ikar i Dedal), pages 113 à 120, trad. Jacqueline LAHANA
9 - Olga LARIONOVA, Divorce à la Martienne (Razvod po-marsianski), pages 121 à 132, trad. Jacqueline LAHANA
10 - Ilia VARCHAVSKI, Évasion (Pobeg), pages 133 à 147, trad. Jacqueline LAHANA
11 - Dimitri BILENKINE, Incident sur Oma (SloutchaÎ na Ome), pages 149 à 154, trad. Jacqueline LAHANA
12 - Alexandre GORBOVSKI, Selon la méthode Stanislavski (Po sisteme stanislavkogo), pages 155 à 163, trad. Jacqueline LAHANA
13 - Guennadi Samoïlovitch GOR, Le Sculpteur (Skoulptor), pages 165 à 174, trad. Jacqueline LAHANA
14 - Igor ROSOKHOVATSKI, Le Maître (Outchitel), pages 175 à 183, trad. Jacqueline LAHANA
15 - Kir BOULYTCHEV, Ne te fâche pas, sorcier (Ne gnevi koldouna), pages 185 à 192, trad. Jacqueline LAHANA
16 - Arcadi STROUGATSKI & Boris STROUGATSKI, La Forêt, pages 193 à 281, trad. Anne COLDEFY-FAUCARD
17 - Abraham TERTZ, Pkhentz (Pkhentz), pages 283 à 305, trad. Anne COLDEFY-FAUCARD
18 - Dictionnaire d'auteurs, pages 307 à 317, Dictionnaire d'auteurs
 
    Critiques    
     Ce n'est pas si souvent qu'on nous offre l'occasion d'un coup d'oeil sur une SF que tant la difficulté du langage que les particularités politiques de l'édition locale occultent à nos yeux occidentaux.
     Et l'importance de la partie immergée de l'iceberg est suggérée par l'introduction de Heller, qui donne un long aperçu historique sur la science-fiction russe au XIXe siècle. A lui seul, il justifierait l'achat du volume. Les nouvelles, elles, forment une chronique des hauts et des bas de la SF sous le régime soviétique.
     On pense en général, à la SF soviétique en termes d'ennui — et, si la littérature avalisée par le pouvoir est en général tout-à-fait ennuyeuse, un satiriste comme Zinoviev s'est de son côté fait le peintre de l'ennui. On ne trouvera pas ici de chevaliers ou de cow-boys (mais n'oubliez pas que la SF française paraît aussi mortelle aux Américains).
     Bien qu'opposant au régime, et fier d'inclure dans son recueil des textes de dissidents à côté de ceux publiés avec l'accord du bureau soviétique des copyrights, Heller présente quelques nouvelles qui relèvent du ton enthousiaste des futuristes bolcheviques des années 20, ou plus tard de celui du réalisme socialiste (Gastev et Efremov respectivement).
     On n'entrera toutefois dans le vif du livre qu'avec les textes « critiques », qu'ils soient allégoriques comme chez Zamiatine (l'auteur de Nous autres est représenté par une série de vignettes sur Thêta, dictateur fou né des classeurs suspendus d'un bureau de police) ou d'un quotidien étouffant comme chez Abram Tertz (A. Siniavski), qui conte le calvaire d'un extraterrestre laissé en rade.
     On trouvera aussi d'excellentes inventions qui relèvent plus de la SF proprement dite, comme Sculpteur de Gor, qui met en jeu des personnalités artificielles d'une façon qui rappelle Philip K. Dick ; enfin un bon quart du livre est consacré à un long récit des frères Strougatski, prélude à L'escargot sur la pente. On pourrait peut-être parler de fantasy : des villageois ignorants vivent sans le bénéfice de la technologie (mais pas sans celui de la propagande) dans une sombre forêt peuplée de monstres et de brigands. Des articles aussi ordinaires que les vêtements sont le fruit de l'agriculture et non celui de l'industrie, et la science se réduit à quelques souvenirs brumeux du protagoniste. Il ne faudrait pourtant pas croire que ce récit perde de vue la réalité : si on sait le lire, il constitue une attaque contre le mode de vie soviétique aussi violente que celles de Zinoviev ou Soljenitsine.


Pascal J. THOMAS (lui écrire)
Première parution : 1/10/1984 dans Fiction 355
Mise en ligne le : 21/5/2005


 
     J'ai essayé, je vous jure. J'ai pris chaque nouvelle séparément, puis j'ai relu l'ensemble d'un seul coup. J'ai aussi relu l'introduction (très bien faite, au demeurant) et j'ai soigneusement détaillé les notes de lecture et les notices bibliographiques. Rien à faire, ça ne passe pas. Ou plutôt si, ça passe, mais sans laisser de traces, sans arrière-goût. Ce n'est même pas mauvais, c'est insipide, éventé.
     Il y a là seize récits. Le plus ancien date des années vingt, le plus récent des années soixante-dix et la très grande majorité d'entre eux ont été écrits avant les années soixante. Est-ce un défaut ? Je dirai qu'il est difficile de s'attendre dans de telles conditions a des textes réellement neufs, ou même bien démarqués de ce qui se faisait à la même époque dans d'autres pays. Je triche un peu en disant cela parce que j'ai déjà lu le livre, mais on pouvait s'en douter de toute façon. Essayez un peu de lire L'Amérique aux fantasmes ou Le Livre d'Or d'ORBIT juste après celui-ci et vous comprendrez. Malaise.
     Cela ne sert à rien de critiquer plus particulièrement tel ou tel texte. L'effet est général. Ils ont tous vieilli d'un point de vue SF et ont perdu leur fraîcheur. C'est d'autant plus dommage que Léonid Heller a fait de l'excellent travail. Son introduction est un modèle du genre et il a réussi à réunir quelques textes-clés de la SF soviétique encore inédits en France (en particulier la nouvelle des Strougatski, pour moi le texte le plus marquant de ce recueil). Il est certain que, d'un point de vue historique, ce livre d'or fera référence. J'aurais tout de même préféré lire directement le tome 2, de 1970 à nos jours.

Jean-Claude DUNYACH (lui écrire)
Première parution : 1/5/1984 dans Fiction 351
Mise en ligne le : 16/12/2008


 

Dans la nooSFere : 62445 livres, 58481 photos de couvertures, 56926 quatrièmes.
7958 critiques, 34229 intervenant·e·s, 1310 photographies, 3653 Adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous écrire.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2018. Tous droits réservés.