Site clair (Changer
 
  Critiques  
 
  Livres  
 
  Intervenants  
 
  Prix littéraires  
 
  Adaptations  
    Fiche livre     Connexion adhérent
Le Vieil homme et son double

Joe HALDEMAN

Titre original : The Hemingway hoax
Traduction de Jean-Daniel BRÈQUE
Illustration de Éric SCALA
GALLIMARD, coll. Folio SF n° 100
Dépôt légal : mai 2002
256 pages, catégorie / prix : F8
ISBN : 2-07-041926-6   
Genre : Science Fiction 



    Quatrième de couverture    
     Lorsque John Baird, universitaire spécialiste d'Heming­way, rencontre par hasard le faussaire Castle, une idée apparemment judicieuse leur vient à l'esprit : pourquoi ne pas recréer de toutes pièces les manuscrits de jeunesse que l'auteur du Vieil homme et la mer a perdus en 1922, avant de les publier ? Un moyen pour Baird de se payer la tête de ses collègues et néanmoins amis, gonflés de suffisance.
     Les deux compères dénichent une vieille Corona d'un modèle identique à la machine à écrire qu'utilisait l'écri­vain. Et le projet suit son cours, jusqu'à ce que Baird soit assassiné par un être étrange doté de facultés surhu­maines. Petit détail : cet inconnu est le sosie parfait d'Hemingway...
     Course-poursuite effrénée d'un monde parallèle à l'au­tre, hommage jubilatoire aux œuvres d'Ernest Hemingway, Le vieil homme et son double a obtenu les prix Nebula 1990 et Hugo 1991.

     Né en 1943 a Oklahoma City, Joe Haldeman débute sa carrière d'écri­vain en 1969, après avoir suivi des études d'astronomie. Vétéran de la guerre du Viêt Nam, il a consacré la majeure partie de son œuvre à exor­ciser celte expérience traumatisante et à dénoncer l'absurdité de tout conflit.


    Prix obtenus    
Hugo, novella / Court roman, 1991
Nebula, novella / Court roman, 1990
 
    Critiques    
     Après un purgatoire d'une bonne décennie, l'œuvre de Joe Haldeman connaît depuis peu un retour en grâce auprès des éditeurs français. On peut ainsi découvrir cette année trois de ses romans récents — un vrai chef-d'œuvre non S-F chez Denoël, Les Deux morts de John Speidel (cf. Bifrost n° 26 pour une courte critique), et les deux ouvrages dont il est question ici 1. Autant le dire d'entrée : il s'agit, pour ces derniers, de livres relativement mineurs, mais non dénués de qualités.

     [...]
     Le Vieil homme et son double est un tantinet plus ambitieux — la novella qui lui sert de base a d'ailleurs réalisé le doublé Nebula/Hugo, ce qui n'est pas si fréquent. Ici, tout part de la rencontre d'un érudit et d'un escroc. Spécialiste d'Hemingway, l'érudit envisage un article sur les œuvres de jeunesse perdues de l'écrivain... jusqu'à ce que l'escroc le persuade de les « découvrir » (autrement dit, de rédiger sur machine à écrire et papier d'époque des pastiches plus vrais que nature). Mais ce serait sans compter sur certains êtres qui veillent sur la trame des possibles et qui estiment que la supercherie, menée à son terme, mettrait en péril la structure du réel, vu la place que l'image de l'œuvre d'Hemingway occupe dans la psyché américaine et, partant, mondiale. L'érudit devra donc mourir... plusieurs fois, au besoin.
     Cette idée tordue permet à notre auteur de s'en donner à cœur joie sur le registre des univers parallèles et des paradoxes temporels, jusqu'au vertige. (Ce n'est sans doute pas pour rien que le texte cite Heinlein, coupable de deux des traitements définitifs de ces questions.) Mais l'ouvrage vaut aussi par le jeu sur les écrits d'Hemingway, y compris quelques extraits de « pages perdues » très réussis, et par le montage de la supercherie littéraire. Un livre goûteux comme un cuba libre.

     Voici donc deux romans futés, plaisants et, ce qui ne gâte rien, traduits à la perfection par deux des meilleurs professionnels du domaine. S'ils sont, oui, mineurs, c'est comme Mozart à l'occasion : cent coudées au-dessus de la concurrence, tout de même.

Notes :

1. Cette chronique porte sur Le Message et sur Le Vieil Homme et son double. La partie de la chronique traitant exclusivement du Message n'a pas été reproduite ici : se reporter à cet ouvrage. [note de nooSFere]


Pierre-Paul DURASTANTI (lui écrire)
Première parution : 1/10/2002 dans Bifrost 28
Mise en ligne le : 1/11/2003


     La collection Folio SF publie parfois des inédits. Souvent des ouvrages atypiques comme celui-ci, qui devrait satisfaire l'amateur de SF et intéresser le tenant du mainstream. Ou du moins d'Hemingway. Poussé par un escroc, un universitaire envisage, entre arnaque et canular, d'en reconstituer les premiers textes perdus. On est entre mœurs intellectuelles, vaudeville (du fait des relations entre la femme de l'universitaire et l'escroc, ou de l'irruption d'une ex-call-girl) et roman noir (assez vite, tout se gâte). Mais à partir de là, on passe à une affaire de police temporelle et d'univers parallèles, via d'inquiétantes considérations sur le rôle d'un retour en force d'Hemingway dans une fin du monde accélérée. Ou dans son évitement. Les assassinats successifs du personnage principal le projettent d'un univers à l'autre, tous très voisins, l'un même presque semblable au nôtre (on découvre alors que celui de départ devait en être assez différent), mais de plus en plus désagréables et dangereux. Pour lui s'entend. Jusqu'à ce que la police temporelle en soit réduite à l'envoyer Gare de Lyon en 1922, tandis que le roman noir se résout en bain de sang — à quelques paradoxes et bricolages près. On peut ajouter qu'à ces emboîtements en répondent d'autres, entre la guerre de 14-18 décrite par Hemingway, celle définitive qui menace le monde, et celle du Viêt-Nam, obsession de l'auteur et souvenir douloureux pour son personnage principal, avec dégâts anatomiques variant d'univers en univers. On le voit, si le prétexte peut paraître mince, il y a assez de plans différents, de glissements et de façons d'aborder le roman pour que chacun y trouve sa pâture. Reste à espérer que l'amateur de mainstream ne soit pas repoussé par le logo « SF », ni le tenant de la science-fiction par la multiplication de portraits d'Hemingway sur les touches d'une antique machine à écrire, qui pourrait sembler assez loin du genre. Ce serait dommage pour l'un et l'autre.

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/9/2002 dans Galaxies 26
Mise en ligne le : 17/2/2004


 

 
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.

NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.
Vie privée et cookies