Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
Héritage

Greg BEAR

Titre original : Legacy, 1995

Cycle : Univers de l'Hexamone  vol. 3

Traduction de Guy ABADIA
Illustration de MANCHU

LIVRE DE POCHE (Paris, France), coll. SF (2ème série, 1987-) n° 7234
Dépôt légal : septembre 2001
Roman, 608 pages, catégorie / prix : 8,40 €
ISBN : 2-253-07234-6   
Genre : Science-Fiction



    Quatrième de couverture    
     Les disciples de Lenk, dissidents de l'Hexamone, désireux de revenir à une vie naturelle, ont entrepris de coloniser Lamarckia, planète de type terrestre.
     Mais ce monde grouille d'une vie radicalement étrangère. D'immenses êtres, vastes comme des continents, y inventent sans cesse de nouvelles formes pour s'adapter aux changements de leur environnement. Sont-ils intelligents ? Sont-ils hostiles ?
     Et l'intrusion brutale des humains ne risque-t-elle pas de détruire ces merveilles issues d'une évolution différente ? C'est ce que Olmy Ap Sennon, déjà héros d'Eon et d'Eternité, publiés dans la même collection, veut tenter d'empêcher.
     Dans l'univers infini de l'Hexamone, Greg Bear, l'une des stars de la science-fiction américaine, invente une écologie différente, surprenante, inoubliable.

    Sommaire    
 
    Critiques    
     Olmy Ap Sennon, qui doit être éloigné quelques temps du monde de l'Hexamone, est envoyé incognito en mission d'observation sur la planète Lamarckia, où une faction de dissidents a émigré quelques années auparavant. Les expatriés, menés par un certain Lenk, ont choisi de repartir à zéro sur cette planète à l'atmosphère terrestre, afin de recréer une civilisation plus proche de la nature et moins dépendante de la technologie. Une fois transporté sur Lamarckia, Olmy Ap Sennon fait connaissance avec un monde inédit peuplé de gigantesques écosystèmes vivants, les écoï, qui s'étendent sur des surfaces immenses et adoptent des formes incroyablement variées. Mais Olmy découvre aussi que les humains ont eu beaucoup de mal à y survivre et que des conflits d'ordre politique les ont durement éprouvés et divisés. Se faisant passer pourun naturaliste amateur, Olmy est recruté par une mission scientifique qui se lance dans l'exploration de la planète, entreprise où toutes les expéditions antérieures ont échoué. Mais quelles étranges lois biologiques régissent le monde vivant de Lamarckia ? L'homme pourra-t-il s'y établir durablement ?

     Précisons-le d'entrée  : je n'ai lu aucun des deux volumes qui s'inscrivent avant Héritage dans l'univers de l'Hexamone de Greg Bear  ; il me sera donc difficile de replacer ce troisième tome dans la perspective du cycle ouvert par Eon et Eternité. Quoi qu'il en soit, je n'ai cru éprouver aucune difficulté à pénétrer dans la série par cette troisième porte, l'auteur ayant pris soin de disséminer dans le prologue de son récit tous les éléments indispensables à la compréhension du contexte.
     La tendance actuelle semble exiger qu'un roman de science-fiction américain compte au minimum six cents pages. Héritage ne déroge pas à la règle. Hélas, une telle inflation narrative s'accompagne quasi-systématiquement de longueurs parfois épuisantes, ce qui est également le cas d'Héritage (ne cherchons pas à savoir quels obscurs impératifs éditoriaux gouvernent un tel délayage des textes  : ils nous décevraient sans doute par leur prosaïsme). Cela revient à dire que le lecteur devra entamer ce roman avec résignation, en s'attendant à bâiller de temps à autre. Mais finalement, ne soyons pas trop sévère, car si on a parfois l'impression de flotter dans du coton au milieu d'un récit qui ne se décide pas à devenir trépidant, on se prend aussi souvent à se laisser mener de page en page, avec une douce passivité et une curiosité non feinte, comme un téléspectateur insomniaque peut se délecter de documentaires animaliers qu'il aurait jugés ineptes à l'heure des variétés.
     Il est parfois très appréciable de lire un roman comme un simple divertissement, et c'est à mon sens dans cette disposition d'esprit qu'il faut aborder Héritage Les inconditionnels de la science-fiction engagée ou donneuse de leçons voudront sans doute déceler en filigrane du propos de Greg Bear une sévère mise en garde contre les injures de l'homme à son milieu, j'ai pour ma part choisi de ne voir dans ce texte qu'un dépaysant récit d'aventures, parfois un peu poussif, certes, mais aussi merveilleusement reposant. En bref, ce roman n'est pas taillé pour révolutionner le genre, loin de là, mais sa lecture n'en est pas moins agréable.

Julien RAYMOND (lui écrire)
Première parution : 18/11/2001 nooSFere


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 67644 livres, 69820 photos de couvertures, 62587 quatrièmes.
8101 critiques, 36051 intervenant·e·s, 1468 photographies, 3698 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.