Site clair (Changer
 
    Fiche livre     Connexion adhérent
La Mante au fil des jours

Christine RENARD



Illustration de Philippe JOZELON

FLEUVE NOIR / FLEUVE Éditions (Paris, France), coll. Bibliothèque du Fantastique
Dépôt légal : avril 1998
Recueil de romans, 512 pages, catégorie / prix : 69 FF
ISBN : 2-265-06486-6
Format : 10,8 x 17,7 cm  
Genre : Fantastique



    Quatrième de couverture    
     Il se pourrait que la mante “au fil des jours” se prénomme Elisabeth. Mais alors, quel est l’âge d’Elisabeth : dix-huit ans ou deux cent cinquante-deux ans ? Qui est-elle vraiment : une jeune fille belle et désirable, ou bien une vieille dame ridée et inquiétante ? Depuis qu’Elisabeth est entrée dans sa vie, Jacques Bréal n’est plus le même — tour à tour passionné et indifférent, plein d’énergie et languissant. Son père se plaisait à raconter l’histoire d’une mante religieuse... mais d’autres y verront les maléfices d’une autre Carmilla. Thomas Owen, enthousiasmé par ce roman, dira toute son admiration à sa “Chère cousine en fantastique” et aj otuera plsu tard : “Une histoire de vampire comme je les aime, insidieuse, ambiguë, menée délicatement dans une atmosphère d’érotisme et de bonne compagnie.” Entre la vie et la mort, entre le rire et les larmes, Christine Renard (1929-1979) se consacra entièrement à l’approche des frontières impalpables. Ecrivain du trouble psychologique, le fantastique et la science-fiction furent ses terrains d’élection. Entrez dans le monde de Christine Renard, mais restez sous vos gardes, car sous le vent des ténèbres l’eau limpide de ses fictions se trouble et laisse le lecteur désemparé.

1 ROMAN ET 17 NOUVELLES EN 1 VOLUME

    Sommaire    
1 - André-François RUAUD, Préface, pages 9 à 19, Article
2 - La Mante au fil des jours, pages 23 à 206, Roman
3 - Le Rendez-vous (La chambre de Claude), pages 207 à 212, Nouvelle
4 - Le Fond de la bouteille (Le vin de corail), pages 213 à 220, Nouvelle
5 - Le Goût du sel, pages 221 à 236, Nouvelle
6 - À la croisée des parallèles, pages 237 à 243, Nouvelle
7 - De l'autre côté, pages 245 à 266, Nouvelle
8 - Le Crocodile, pages 267 à 291, Nouvelle
9 - Lettre perdue (Une bouteille à la mer), pages 293 à 302, Nouvelle
10 - Transistoires, pages 303 à 322, Nouvelle
11 - Dansons la capucine, pages 323 à 347, Nouvelle
12 - Le Jour des comptes, pages 349 à 362, Nouvelle
13 - Miroir, miroir..., pages 363 à 395, Nouvelle
14 - La Vague, pages 397 à 409, Nouvelle
15 - Châteaux de cubes, pages 411 à 430, Nouvelle
16 - Car il faut que jeunesse se passe, pages 431 à 454, Nouvelle
17 - Side effects, pages 455 à 463, Nouvelle
18 - Aux abords des sources, pages 465 à 474, Nouvelle
19 - Tendre humanité, pages 475 à 494, Nouvelle
20 - André-François RUAUD, Bibliographie des œuvres de fiction de Christine Renard, pages 495 à 503, Bibliographie

    Cité dans les Conseils de lecture / Bibliothèque idéale des oeuvres suivantes :    
 
    Critiques    
     La sixième livraison de l'excellente « Bibliothèque du Fantastique » des éditions Fleuve Noir est un événement espéré en vain pendant plus de quinze ans, tellement l'œuvre de Christine Renard semblait vouée — comme celle d'autres auteurs frappés par une injuste malédiction — à disparaître peu à peu des mémoires. Cette parution nous touche d'autant plus que nous avions tenté — dès les années quatre-vingt, avec l'aide d'Éric Vial — de faire aboutir semblable projet. Félicitons donc André-François Ruaud de l'avoir mené à bien.
     Les intégristes du fantastique, comme ceux de la SF, auront cependant matière à s'échauffer puisque Ruaud pratique allègrement le mélange des genres en proposant sous le titre La Mante au fil des jours, nom du roman éponyme qui ouvre le volume, dix-sept nouvelles qui se répartissent à peu près également entre les deux genres.
     Curieusement, à l'exception de La Mante au fil des jours (sans oublier Le Crocodile, la remarquable nouvelle dont est tiré le roman), qui reste, avec la Carmilla de Le Fanu, l'un des chefs-d'œuvre du thème vampirique — c'est le fantastique de Renard qui s'est le plus démodé. On n'écrirait plus aujourd'hui de textes aussi surannés que Le Rendez-vous — une histoire de revenant conventionnelle — ou Le Jour des comptes — au Diable guère effrayant ! Lire ces textes, c'est saisir la distance qui sépare ce fantastique un peu désuet de la terreur contemporaine. Que l'on se rassure : la remarque vaut pour ces deux textes et quelques autres brefs récits d'archéologie littéraire, mais ne concerne pas l'essentiel du volume, à commencer par Miroir, miroir, inquiétante nouvelle que Dorémieux devait publier dans Territoires de l'inquiétude. Ce fantastique-là n'est certes pas celui que publie d'ordinaire Ténèbres mais les meilleurs textes de Christine Renard sont de petits bijoux de perversité et de ressort dramatique. Mai 68 a en effet permis à l'auteur de se libérer d'un puritanisme issu du gaullisme et le lecteur attentif notera le nombre significatif de lesbiennes ou de bisexuelles chez Renard, dans ses textes fantastiques comme de SF.
     Mais plus largement, comme l'a noté fort justement Élisabeth Vonarburg, les thèmes sans cesse abordés par Christine Renard sont « la beauté de l'inconnu, la peur surmontée, l'univers élargi. » Cela méritait bien cette Mante au fil des jours.

Stéphanie NICOT (lui écrire)
Première parution : 1/10/1998 dans Ténèbres 4
Mise en ligne le : 2/11/2003


 
retour en haut de page

Dans la nooSFere : 68978 livres, 76503 photos de couvertures, 64030 quatrièmes.
8383 critiques, 36571 intervenant·e·s, 1476 photographies, 3709 adaptations.
 
Vie privée et cookies/RGPD
A propos de l'association. Nous contacter.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique.
Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres. Trouver une librairie !
© nooSFere, 1999-2020. Tous droits réservés.