Encyclopédie Infos & Actu Recherche Association Sites hébergés
Bienvenue sur le site nooSFere.
Le javascript est nécessaire à l'affichage du menu dynamique.

recherche rapide
    nooSFere > Encyclopédie > Littérature Choisir un autre habillage   
    Critiques    
    Littérature    
    Identification    
    Fiche livre    

Aventures lointaines 02

ANTHOLOGIE

Textes réunis par Gilles DUMAY


Science Fiction  - Cycle : Aventures lointaines  vol. 2

Traduction de Michelle CHARRIER & Brigitte MARIOT
Illustration de Vincent DUTRAIT
DENOËL, coll. Présence du futur n° 629, dépôt légal : avril 2000
160 pages, catégorie / prix : 4, ISBN : 2-207-25071-7
Couverture

    Quatrième de couverture    
     Au sommaire de ce second numéro, Sylvie Denis, Stephen Baxter, et une novella éblouissante de Gary Kilworth et Robert Holdstock en collaboration. Quatre auteurs qui nous livrent le meilleur de la science-fiction et de la fantasy, des textes qui mélangent allègrement les genres et dynamitent leur cloisonnement.

     Où l'on fait la connaissance du terrible roncier, l'arbre aux épines. Un arbre cité dans de nombreux textes, la Bible, Hamlet, l'épopée de Gilgamesh, ete lié à un mythe très ancien capable de garantir la vie éternelle. Un texte récompensé par le World Fantasy Award et le Reader's Poll Interzone 1991.

     Où l'on rencontre la scientifique Celia Bureau-Bassant qui, expatriée aux Etats-Unis, travaille sur le rêve et la mémoire afin de trouver un remède à une terrible maladie infantile qui condamne sa nièce.


    Sommaire    
1 - Gilles DUMAY, Avant-propos, pages 9 à 9, Introduction
2 - Stephen BAXTER, Mittelwelt (Mittelwelt), pages 13 à 37, trad. Michelle CHARRIER
3 - Robert HOLDSTOCK & Garry KILWORTH, L'Arbre aux épines (The Ragthorn), pages 41 à 95, trad. Brigitte MARIOT
4 - Sylvie DENIS, Nirvana, mode d'emploi, pages 99 à 156

    Prix obtenus    
L'Arbre aux épines : World Fantasy, novella / Court roman, 1992, British Science Fiction, nouvelle / Short story, 1993
 
    Critiques    
     Second volume, hélas, et non deuxième. Des gens qui comptent faute de lire, et veulent 15% de rentabilité, ont tué PdF. À voir ce volume, et d'autres, on voudrait en appeler à Amnesty. À l'Éternel. À la police. Au FLNC. Calimeroter que c'est trop injuste. Parce que la couverture est tout aussi belle que celle du numéro 01, et tout aussi éloignée — Dieu me tripode  ! — de textes tout aussi bons.
     Stephen Baxter reste dans son monde astronomiquement incorrect et politiquement peu avenant. En 1940, l'Allemagne victorieuse de 1918, dirigée par Goering, se heurte au Japon et essaie un bombardier balistique. C'est court, dense, et assez efficace pour intéresser même ceux qui dédaignent l'uchronie et qu'une maquette d'avion n'a jamais fait rêver. Après ce hors-d'œuvre de choix, Robert Holdstock et Garry Kilworth offrent une novella fantastique accumulant les références érudites, avec des fragments inventés de Gilgamesh et de la Bible, d'Homère ou de Shakespeare, au service d'une quête d'immortalité et d'une botanique imaginaire parente très lointaine de celle de La Forêt des mythimages (du premier cité, dans la même feue collection). Enfin, la novella de Sylvie Denis mêle avenir immédiat, prions, mémoire, liens familiaux et attachement fanatique au Film, le Film, qui parle à tout fan de SF même s'il fait mine de le mépriser. Avec en contrepoint une esquisse de space-opera, en métaphore du réel. C'est de la SF, indubitablement  : c'est trop bien pour être de la littérature générale, c'est sans rapport avec Sollers, Harlequin et autres niaiseries.
     Bref, on a trois raisons de plus de haïr les petits cochons-tirelires mangeurs de rêves. Et de s'accrocher aux cinq mots de l'avant-propos suggérant que la série pourrait continuer sous une autre forme...

Éric VIAL (lui écrire)
Première parution : 1/6/2000
dans Galaxies 17
Mise en ligne le : 26/10/2001


     Deuxième, et déjà dernière parution pour cette anthologie : décidément, les choses changent vite dans le petit monde de l'édition française, et pas forcément pour le meilleur. Au sommaire, quatre noms pour trois textes seulement, dont une assez longue novella. « Mittelwelt », uchronie signée Stephen Baxter, se déroule dans un univers proche, sinon identique, à celui de sa première nouvelle parue dans Aventures Lointaines n°1, « Tu ne toucheras plus jamais terre ». On y assiste au premier vol d'un bombardier révolutionnaire devant permettre à l'armée allemande d'asseoir sa supériorité militaire. L'histoire ne présente guère d'intérêt et, contrairement à la précédente, qui s'achevait sur la découverte d'un artefact assez stupéfiant, se révèle sans surprise.

     Le texte co-signé Robert Holdstock et Garry Kilworth est d'une autre trempe. Présenté sous la forme d'un journal intime, et s'étendant sur une vingtaine d'années, il conte la quête d'un homme à la recherche de l'immortalité. Les auteurs font montre dans cette novella d'une érudition impressionnante, s'ingénient à mêler le vrai et le faux. Le résultat est passionnant.

     Troisième et dernière nouvelle, « Nirvana, mode d'emploi », de Sylvie Denis, met en scène une jeune scientifique partageant sa vie entre ses recherches sur une maladie infantile détruisant la faculté de mémorisation de ses victimes, et sa passion pour « LE film », lequel n'est jamais cité, mais aisément reconnaissable. Parallèlement, un second récit décrit l'arrivée sur une planète sauvage de divers extraterrestres, réunis dans l'attente de l'arrivée de leur mentor. J'avoue que cette nouvelle m'a laissé perplexe, en particulier quant à sa résolution, qui me semble d'une gratuité totale.

     Deux petits tours et puis s'en va, donc. Dommage, même si ce second volume s'avère inférieur au premier, nul doute que cette anthologie aurait pu nous proposer encore quelques beaux moments.

Philippe BOULIER
Première parution : 1/7/2000
dans Bifrost 19
Mise en ligne le : 3/10/2003


     Aventures lointaines est une anthologie périodique de SF, fantastique et fantasy, avec la volonté de proposer des novellas plutôt que des nouvelles. De fait, ces 150 et quelques pages ne proposent que trois textes, dont deux assez longs.

     Stephen Baxter ouvre le feu, si j'ose dire, avec Mittlewelt, un uchronie dans laquelle les Allemands ont gagné la première guerre mondiale et ont unifié l'Europe. En 1940, Göring est chancelier du Reich. Tandis que menace la guerre contre le Japon, qui affiche des ambitions similaires envers l'Asie, un aviateur américain est convié par les Allemands au premier vol d'essai d'un nouveau bombardier, qui tient à la fois de la fois de la fusée, du vaisseau orbital et de l'avion classique.
     L'intrigue, si elle est plaisante, n'est pas époustouflante, pas plus que sa chute. Mais comme souvent avec les uchronies, le plaisir vient avant tout de la découverte d'un monde parallèle, où se mélangent faits réels, détournés et imaginaires. Plus long, il aurait certainement ennuyé. Mais ici cette nouvelle constitue une très bonne entrée en matière.

     On passe alors à la vitesse supérieure avec L'arbre aux épines, de Robert Holdstock et Garry Kilworth. Cet extrait fragmentaire d'un journal intime raconte la quête-enquête d'un archéologue anglais, de 1958 à 1978. Le grand-oncle de ce dernier avait découvert dans de nombreux textes (réels ou imaginaires : Bible, pages inédites de Shakespeare, épopée de Gilgamesh) des références à un « arbre épines » qui dans certaines conditions aurait le pouvoir de conférer l'immortalité. L'archéologue poursuit la quête de son grand-oncle, d'autant qu'il existe justement un mystérieux arbre devant la maison familiale...
     Cette novella s'avère comme un long voyage, dans le temps, en Europe et au Moyen-Orient, et dans l'histoire de la littérature et des religions. Imaginez un épisode érudit d'Indiana Jones dans lequel Spielberg aurait cédé sa place à Umberto Ecco et à Borges. L'arbre aux épines est une réussite qui ravira sans problèmes les amateurs de ce genre de récit !

     On termine enfin en beauté avec Sylvie Denis et son Nirvana, mode d'emploi. Pour lutter contre une nouvelle maladie infantile qui s'attaque à la mémoire, une scientifique effectue des recherches sur les souvenirs et sur le rêve. Elle-même est obsédée par une célèbre saga de space opera. S'entrelacent alors deux histoires, celle de la scientifique et un épisode de cette saga ; peut-être pour qu'à la fin elles se rejoignent...
     L'idée de départ est assez originale, et le traitement à la hauteur : on s'attache rapidement à l'histoire de cette scientifique, un personnage particulièrement réussi, et à sa fascination pour un univers imaginaire. Sylvie Denis mélange avec bonheur science, imaginaire et cette sensibilité qu'on retrouve dans plusieurs de ses textes, pour nous donner ce très bon texte.

     Ce deuxième opus d'Aventures lointaines s'avère donc d'un excellent niveau, qui plus est à un prix très abordable. Je le comparerais volontiers à un très bon numéro de Étoiles Vives, dont on retrouve — ce n'est bien sûr pas un hasard — l'esprit et l'ambition.

Philippe HEURTEL
Première parution : 1/9/2000
dans Dragon & Microchips 18
Mise en ligne le : 20/10/2003


 
Base mise à jour le 9 septembre 2017.
Écrire aux webmestres       © nooSFere, 1999-2017. Tous droits réservés.
NooSFere est une encyclopédie et une base de données bibliographique. Nous ne sommes ni libraire ni éditeur, nous ne vendons pas de livres.